Découvrez à la Fondation Henri Cartier Bresson, le Japon vu à travers l’objectif de Yutaka Takanashi

(c) Yutaka Takanashi Courtesy Galerie Priska Pasquer, Cologne

Jusqu’au 29 juillet 2012, la Fondation Henri Cartier Bresson vous offre le privilège de voir pour la première fois à Paris l’ensemble des travaux de Yutaka Takanashi.

Deux étages sont consacrés au photographe japonais, son travail se focalise sur la ville: elle est au cœur de ses œuvres. Yutaka Takanashi la photographie sous toutes les coutures: de près, de loin, en mouvement à l’intérieur d’une voiture.

Vous découvrirez au cours de vos déambulations dans la Fondation Henri Cartier Bresson l’évolution des œuvres de Yutaka Takanashi: allant d’une recherche de l’invisible jusqu’à une vision plus colorée de la ville vue de l’intérieur.

Détendez-vous et projetez-vous avec Toshi-e (vers la ville) dans une vision poétique de la ville. Ces tirages en noir et blanc restituent des moments de vie parfois magnifiés, véritables captures d’image rappelant certains films anciens: Place Hachiko, station « Shibuya » quartier de Shibuya, 25 avril 1965.

Le réalisme donne l’impression de muter ou de laisser transparaitre un aspect d’habitude invisible. Pour arriver à restituer cette impression, Yutaka Takanashi multiplie les effets qui déroutent, séduisent ou captivent l’attention du visiteur. Vous verrez des jeux sur les reflets: les vitres y deviennent des miroirs où des reflets fugitifs apparaissent figés par l’objectif du photographe. Le brouillard, la fumée, les contrastes sont quelques-uns des artifices que Yutaka Takanashi arrive à immobiliser un court instant pour révéler l’aspect poétique de la ville.

Vous verrez tour à tour: des mouvements de foule, des gens sur le chemin du travail, des clichés de gares (Shinjuku, Shibuya,…), des villes dont certaines semblent proche de bidonvilles opposées à la féérie des spectacles (danseurs) ou la magie du cinéma et autres moments de vie pris sur le vif.

La salle au 2ème étage se consacre à Machi (la ville). Ces clichés se focalisent sur des boutiques et des magasins vus de l’intérieur. Cette thématique de Yutaka Takanashi, nous montre une vision colorée, plus édulcoré de la ville L’aspect pris sur le vif est abandonné pour un travail de portraits d’intérieurs où il n’y a pas âmes qui vivent. Vous apercevrez différents magasins dont: une cordonnerie avec son imposant lot de chaussures bien ordonné et aligné qui couvre presque un pan du mur,….  

La dernière série exposée Goldengai bar  nous montre l’intérieur de bars. A l’ordre de Machi et de ses  boutiques s’oppose l’amoncèlement d’objets et le désordre deGoldengai bar.

Ces photographies en couleur majoritairement vide de vie mettent en valeurs toutes une gamme d’objets: affiches, bouteilles, guitare, entre autres qui renvoient au thème du lieu. Les grands enfants ou ceux qui ont de l’humour à revendre porteront leur attention sur le bar Mickey avec tous son lot d’objets à l’effigie de notre célèbre ami.

 

Voyagez le temps d’une exposition dans l’imaginaire de Yutaka Takanashi où l’invisible se cache sous le visible.

 

 

 

Exposition dédiée à Yutaka Takanashi jusqu’au 29 juillet à la Fondation Henri Cartier Bresson. Pour plus d’information: http://henricartierbresson.org/


No Comments (yet)

Laisser un commentaire

Protected by WP Anti Spam

Comments RSS Souscrire au Flux RSS des Commentaires.
Trackback Faire un trackback à partir de votre site.
Trackback URL: http://www.broadcastmodart.com/2012/05/25/decouvrez-a-la-fondation-henri-cartier-bresson-le-japon-vu-a-travers-lobjectif-de-yutaka-takanashi/trackback/