Frissonnez de plaisir et laissez-vous envoûter par Les Zombies au cinéma aux Edition Hoëbeke

Tremblez. Ils sont partout et viennent pour vous comme le dit si bien Johnny à sa sœur avant que tout bascule dans l’horreur dans La Nuit des morts-vivants «Ils viennent te chercher, Barbara».

Palpitant. Captivant. Voici les termes qui caractérisent le mieux Les Zombies au cinéma, ouvrage qui se définit lui-même comme «L’Histoire ultime des morts-vivants».

Nous devons cet ouvrage des plus complets et des plus divertissants à la passion zombiesque de deux hommes: Ozzy Inguanzo qui est tout à tour réalisateur et écrivain. Il a travaillé entre autres sur: la Trilogie Spiderman de Sam Raimi, Green Lantern, Wolverine le combat de l’immortel. Mais aussi au talent de Max Landis qui a rédigé la préface de Les Zombies au cinéma. Elle comporte des dessins humoristiques illustrant certains thèmes abordés. La préface est rédigée sur un ton léger, détendu plein d’humour qui facilite la lecture. Contrairement à d’habitude, j’ai lu avec intérêt ce préambule.

Si le nom de Max Landis vous semble familier, rien de plus normal, il est connu entre autres pour ses scénarios de: Chronicle, Dirk Gentle et d’American Ultra entre autre. Max Landis est aussi le fils du cultissime John Landis qui a propulsé les zombies au cœur de la pop culture grâce au clip Thriller de Mickale Jackson en s’adressant à un large public.

On trouve un clin d’œil à ce clip dans un de mes films fétiches sur les zombies Shaun of The dead. Une comédie romantique zombie à l’humour noir des plus décalés d’Edgar Wright et Simon Pegg. Chose amusante, ce film a reçu le soutien de George A. Romero, le maître des zombies, à qui on doit l’incomparable et grand classique du genre La Nuit des morts-vivants. Romero les a pris comme figurant pour jouer les zombies dans Le Territoire des morts.

Les titres des chapitres de Les Zombies au cinéma ne manquent pas de mordant et donnent le ton de cet ouvrage teinté d’humour : Hollywood invoque les morts, Les envahisseurs venus du tombeau, L’infection se propage, Rouge et épais… Vous découvrirez avec Les Zombies au cinéma l’histoire de ses monstres assoiffés de chair humaine. Durant les années 30 et l’avènement du parlant, les films d’horreur s’imposaient comme une tendance majeure. Le but des studios est de susciter l’excitation et de les faire frissonner de terreur, pour y arriver ils adaptaient des œuvres littéraires.

Les Zombies au cinéma vous apprendra que le premier film consacré aux zombies date de 1932. On le doit à l’imagination des frères Halperin qui ont adapté le récit de voyage de William Seabook L’Ile magique. Ils répondaient à l’attrait grandissant de l’Amérique pour le Vaudou. Au début au cinéma, les zombies n’étaient pas ces êtres assoiffés de chair humaine ou de cervelle humaine, c’était plutôt des êtres sans volonté soumis à celle d’un maître.

Les frères Harpin lancent la mode des morts-vivants avec White Zombie. Dans ce film Jack P. Pierce, responsable du maquillage d’Universal, donnent aux zombies leur maintenant classique mine hagarde grâce à un maquillage foncé savamment appliqué qui permet de creuser les traits des acteurs et de faire saillir les yeux. Pierce a donné a chacun de ses zombies une allure et une garde-robe spécifique, son travail a influencé une génération de grands maquilleurs contemporains dont: Rick Baker et Tom Savini.

Autre chefs-d’œuvre zombiesque qui saura séduire les cinéphiles et les fans de films d’horreur comme moi I walk with a zombie de l’exceptionnel Jacques Le Tourneur. Réalisateur de l’inoubliable et angoissant film La Féline.  Dans ce film il n’y a pas de zombies effrayant ni agressif, mais une femme catatonique.

Au cours de votre lecture du passionnant Les Zombies au cinéma, vous apprendrez  beaucoup de choses intéressantes sur ces créatures cauchemardesques omniprésente dans le monde entier tant au cinéma ( dont le fantastique film coréen Dernier Train pour Busan,…), que dans la littérature et à la télévision (Dead Set, Z nation, I Zombie, Walking Dead,…). Une fois qu’on a mis le nez dans Les Zombies au cinéma on a qu’une envie le dévoré en le lisant en une seule traite.

Cet ouvrage des éditions Hoëbeke est richement documenté, vous pourrez ainsi y trouver pour votre plus grand plaisir: des affiches de films, des photos extraites de films ou de making-of.

Au fur et à mesure des pages de Les Zombies au cinéma, vous ferez connaissance avec les zombies et leur évolution au cinéma. Au début de simples pantins soumis au Vaudou, ramené à la vie en étant exposé à des radiations ou des agents contaminant, parfois les extraterrestres s’en mêlent. Puis nos classiques Zombies lents et amateurs de bonne viande humaine qui au fur et à mesure évolue parallèlement à la société. Ils deviennent plus rapides (World War Z) se servent d’objets ou d’armes, sont plus ou moins conscients (The Girl with all the gift). Une chose est sûre, les zombies veulent propager le mal et ils ont faim.

L’ouvrage Les Zombies au cinéma accorde une place d’honneur au maître du genre George A. Romero qui a donné ses lettres de noblesse aux morts-vivants.  Un chapitre lui est même consacré La Révolution Romero.  La Nuit des morts-vivants a pour origine une nouvelle de Romero, mais surtout une œuvre qui peut sembler étonnant car elle se rapporte plus au mythe du vampire et ne parle pas de zombie Le classique Je suis une légende de Richard Matheson. « Je suis une légende est plus ou moins à l’origine de La nuit des morts-vivants » selon le réalisateur culte. « Il ne  s’agit pas de vampires et ce ne sont pas des zombies. Pour moi les zombies, sont ces créatures dans les caraïbes qui se tapent tout le boulot à la place de Lugosi.  En fait j’avais le sentiment de créer un monstre radicalement nouveau. C’est pour ça que dans le film, je les appelle des goules » Roméro.

La Nuit des morts-vivants, film de zombies culte par excellence dispose  d’une ambiance sombre, Romero place l’horreur à notre porté et instaure la terreur dans un lieu familier créant une sensation proche de l’inquiétante étrangeté. La menace est proche et prend vie ou plutôt non-vie chez des proches (ami, famille, voisin). Vous ne serez plus nulle part en sécurité. Ce film lance un des traits de caractère propre à nos chers zombies : leurs appétits insatiables pour la viande humaine, la chair vivante.

Vous découvrirez aussi grâce à Les Zombies au cinéma que même si le mot zombie n’apparaît pas à proprement parlé dans le film, les spectateurs  ont tout de suite assimilés ces créatures de cauchemar à des zombies et le terme est resté « Du coup je les ai appelé zombies et le mot est resté dans le film suivant Zombie de 1978 » Romero. Dans ce film le mal, le phénomène zombies se propage, ici l’attaque prend place dans un centre-commercial. L’idée est venue à George A Romero après avoir reçu une invitation pour l’inauguration d’un centre commercial.

Vous apprendrez comme moi au cours de votre lecture de Les Zombies au cinéma beaucoup de choses que vous ignoriez. J’ai ainsi appris que Dario Argento grand maître des giallo, films d’horreur, a aidé à réunir les fonds nécessaires à la réalisation de Zombie. Zack Snyder reprend le même principe avec son film L’Armée des morts. Sauf que dans cet opus les zombies sont loin d’être aussi pataudes, lentes d’avant.

Au fur et à mesure de votre lecture, vous connaîtrez pour votre plus grand plaisir tous sur l’histoire des Zombies au cinéma du mythe à peine émergeant et à la propagation de l’épidémie jusqu’au zombie roi qui envahit tous nos écrans ciné, télé, jeux vidéo aussi bien que la littérature. Ces différentes de médias interagissent et s’inspirent les uns des autres.

A l’aube du XXe siècle, les morts-vivants accèdent à la notoriété auprès du grand public avec la série de jeux vidéo Resident Evil et ses adaptations  au cinéma. Les morts marchent et sont parmi nous, ils ne nous quitteront plus grâce  au cinéma et à leurs multiples interprétations qui vous feront soi trembler de terreur ou qui au contraire vous feront mourir de rire.

 

Découvrez un livre qui ne manque pas de mordant avec Les Zombies au cinéma et dévorez-le d’une traite.

 

Les Zombies au cinéma d’Ozzy Inguanzo et Max Landis, Edition Hoebeke.

Prix : 29.90€

Pour plus d’information: http://www.hoebeke.fr/


No Comments (yet)

Laisser un commentaire

Protected by WP Anti Spam

Comments RSS Souscrire au Flux RSS des Commentaires.
Trackback Faire un trackback à partir de votre site.
Trackback URL: http://www.broadcastmodart.com/2018/03/07/frissonnez-de-plaisir-et-laissez-vous-envouter-par-les-zombies-au-cinema-aux-edition-hoebeke/trackback/