Décryptez les secrets des beautés empoisonnées qui peuplent notre monde grâce à Poison au Palais de la découverte

 

Pour la 1ere fois en France et ce jusqu’au 11 août 2019, le Palais de la découverte, vous propose une exposition où sont présentés pour le plaisir des petits comme des plus grands une trentaine d’animaux venimeux et vénéneux dans 25 terrariums et paludariums.

Arachnophobes ou phobiques des serpents s’abstenir ou préparez-vous à affronter vos pires peurs lors d’une exposition temporaire des plus captivantes et interactives sur le Poison.

Oubliez toutes idées préconçues sur ce sujet qui a toujours fasciné l’homme, tout en gardant une part de mystère. Grâce à l’exposition Poison, vous apprendrez beaucoup de choses dont une définition précise de ce terme.

Il s’agit d’une substance nocive voire mortelle pour un organisme. Son degré de nocivité dépend de sa composition, de sa quantité, du niveau d’exposition et de l’organisme empoissonné. L’effet vari: cela peut être immédiat voire mettre des années.

Avec Poison, faites connaissances avec des serpents, des araignées, des lézards, des grenouilles, des scorpions. Vous découvrirez grâce à leurs fiches signalétiques leurs principales caractéristiques, certains ont la beauté du diable, mais il faut mieux s’abstenir de s’approcher de trop près.

Ces fiches d’identités si l’on peut dire comportent: une photo de l’animal dans son milieu naturel, une présentation rapide, ils sont situés sur une carte pour indiquer leur lieu de résidence, leur degré de toxicités est indiqué via des smileys, vous apprendrez à quel point ils sont menacés d’extinction ainsi que leur technique de mise en garde. Ainsi, le crotale diamantin de l’ouest s’enroule, lève la tête et agite sa sonnette avant de passer à l’attaque.

Venez observer ces animaux venimeux ou vénéneux vivant et découvrir l’emploi de leur venin que ce soit pour la chasse, se défendre voire s’il a des vertus thérapeutiques.

Poison au Palais de la découverte, vous entraîne dans un parcours interactif et ludique des plus intéressants. Vous êtes convié à suivre un chemin de piste menant aux différents univers de l’exposition, sur le passage vous croiserez de mini tablette en bois dédiées à une espèce toxique en particulier illustrée par une sculpture en métal des plus détaillée.

Le Poison n’aura bientôt plus de secrets pour vous, ainsi vous apprendrez au cours de votre visite de cette exposition qu’il existe deux sortes d’animaux toxiques: les animaux venimeux qui injectent leur venin par morsure ou piqûre. Leurs venins leur permet de capturer des proies, de se nourrir ou se défendre contre des prédateurs. Les autres sont vénéneux: leurs corps contiennent une substance toxique qui n’est libérée qu’au contact d’un assaillant ou lorsqu’ils sont ingérés.

Poison débute en entrant dans le vif du sujet avec une vitrine consacrée aux belles empoisonneuses. Il ne s’agit non pas de tueuses en série ou de veuves noires dont le nom est injustement employé comme vous l’apprendrez plus tard.

Cette partie intitulée Belles empoisonneuses s’intéresse aux plantes qui ont pour certaines la beauté du diable et peuvent se révéler des plus dangereuses. Elles développent pour certaines des défenses chimiques présentes dans les feuilles, les racines, les tiges, les fruits. Quelques-uns de ses poisons ont des vertus curatives, hallucinogène, mais elles peuvent tout autant se révéler nocives voire mortelles.

Une vitrine de l’exposition Poison leur est consacrée, vous pourrez y voir certaines d’entre elles conservées dans des bocaux et associées à leurs dérivés. Vous y trouverez entre autres: la ciguë qui bloque les commandes nerveuses des muscles, des graines de ricin dont on extrait une huile laxative alors même que le ricin se révèle mortel même à faible dose.

L’exposition Poison du Palais de la découverte vous apprendra à vous méfier des apparences. La plupart des plantes vénéneuses ont l’air inoffensives, mais méfiez-vous certaines d’entre elles peuvent vous tuer en moins d’une heure, paradoxalement ces mêmes toxines peuvent dans certains cas vous guérir. Ces plantes sont utilisées comme principe actif des médicaments. La recherche sur les plantes vénéneuses progresse chaque jour.

Après un rapide passage par la flore et ses dangers cachés, vous plongerez en immersion totale dans le sujet de Poison en découvrant la faune et ses menaces. J’ai ainsi appris à ma plus grande surprise et à mon plus grand intérêt qu’il existe à ce jour 3 espèces connues d’oiseaux toxiques. Ces autres beautés empoisonnées appartiennent au genre Pitohui et vivent en Nouvelle Guinée.

Derrière leurs couleurs chatoyantes se cachent une peau et des plumes hautement toxiques. Ces oiseaux ne produisent eux-mêmes aucune toxine, cela est dû aux coléoptères dont ils se nourrissent. Cela les protège des parasites, des serpents et des rapaces.

Préparez-vous à rencontrer au cours de vos déambulations dans cette nouvelle exposition temporaire du Palais de la découverte à côtés d’animaux les plus répandus d’autres moins connus tous plus intéressants les uns que les autres.

De nombreuses espèces d’amphibien (grenouilles, salamandres, crapauds) dont vous retrouvez certains spécimens dans Poisons doivent leur survie à la toxine sécrétée par leur peau, lorsqu’ils se sentent menacés. La plupart des prédateurs se contentent de les recracher.

En règle générale, ces animaux sont inoffensifs pour l’homme à quelques exceptions près. Un milligramme de toxine du Kokoi de Colombie, que vous pourrez voir durant cette exposition, peut tuer 10 hommes adultes.

Pour ma part mon attention a été attirée par une petite grenouille, dont j’ai oublié l’espèce, à la pose plus que zen dont la position m’a fait penser en fan de Star Wars à Yoda.

Intéressons-nous maintenant grâce à Poison à certaines superstitions ou préjugés qui ont la dent longue grâce à la vitrine consacrée aux Bêtes noires qui a su captiver mon attention. Vous y trouverez quelques-uns des animaux qui ont une mauvaise réputation, dans notre imaginaire beaucoup d’entre eux sont chargés d’une valeur positive ou négative voire les deux.

Le serpent est l’incarnation du mal par excellence est aussi le compagnon du dieu romain de la médecine. La chauve-souris a depuis toujours mauvaises réputations bien qu’elle soit inoffensive sauf pour les insectes. Elle doit les persécutions qui la mettent en danger à l’heure crépusculaire à laquelle la chauve-souris chasse ainsi qu’à ses ailes noires qui rappellent celle des démons.

Vous découvrirez aussi avec ces Bêtes noires le Cantharide, un coléoptère doté injustement depuis l’antiquité de vertus aphrodisiaque. Réduit en poudre, il était appliqué sur la peau pour faire réagir l’organisme. Ce faux-ami véritable poison provoquait des brûlures et de graves troubles.

Une section de Poison s’intéresse plus particulièrement aux serpents. Vous apprendrez comme moi que sur plus de 3000 espèces seules 450 sont venimeuses dont: la vipère heurtante, le mocassin à tête de cuivre. Cette mauvaise réputation est tout de même en partie justifiée, les serpents venimeux font le plus grand nombre de victimes humaines après le moustique.

Le venin est stocké dans les glandes situées derrière les yeux, il s’écoule par un petit canal jusqu’aux crochets à venin situés sous la mâchoire inférieure. Il contient aussi des enzymes qui commencent à digérer leurs proies (rongeurs, oiseaux,…).

En plus de cette explication, vous trouverez dans une vitrine une magnifique et spectaculaire maquette montrant en coupe deux espèces de serpents. Elles détaillent le système d’inoculation du venin.

Un peu plus loin vous pourrez observer dans un immense terrarium un serpent assez imposant que nous connaissons tout au moins de nom: Le Black Mamba. Il doit son nom à la couleur de l’intérieur de sa bouche.

Il est rare que le Black Mamba morde un humain, mais il peut se montrer agressif. Ce serpent peut infliger plusieurs coups de crochets quand il se sent menacé. J’ai aussi découvert à mon plus grand étonnement qu’il est le serpent le plus rapide des espèces connues, le Black Mamba se déplace entre 16 et 20km/h.

Grâce à Poison au Palais de la découverte vous pourrez côtoyer en toute sécurité des espèces vivantes d’animaux venimeux et vénéneux. Vous apprendrez toujours dans l’espace consacré aux serpents qu’ils ont besoin de leurs venins pour survivre. Sans celui-ci les animaux vénéneux peuvent être incapables de se nourrir ou de se protéger, ils évitent donc de le gaspiller. Les serpents mettent ainsi plusieurs semaines à renouveler leur stock.

L’un d’entre eux à particulièrement su captiver mon attention: La vipère du Gabon, trapue, elle  a deux crochets ou cornes sur sa tête. Ce serpent des plus venimeux n’est normalement pas agressif pour l’homme.

Dans la même section d’autres reptiles sont mis à l’honneur: les lézards. On y apprend que le varan de Komodo est venimeux tout comme le lézard perlé. Ils inoculent leur venin dans la plaie en mâchant avec force. Ce venin pénètre dans la plaie, il est produit par les glandes à venin et se mêle à la salive en arrivant dans la bouche.

La majorité des animaux de l’exposition Poison sont vivants, mais vous en trouverez aussi quelques-uns empaillés ou sous forme de maquettes comme les abeilles, les guêpes et les bourdons qui ne sont pas laissés en reste et ont leur propre vitrine.

Les arachnophobes auront une partie de l’exposition en horreur voire tenteront de l’éviter. Cette section des plus intéressantes vous apprendra que contrairement à ce que l’on pensait seules quelques espèces d’araignées sont potentiellement dangereuses pour l’Homme bien que presque toutes sont venimeuses. Le venin paralyse ou tue la proie (souvent un insecte) et participe à sa digestion afin que l’araignée puisse l’aspirer.

Vous pourrez ainsi observer dans cette section de Poison de splendides mygales et de petites araignées dont leurs mauvaises réputations des plus injustifiés leur colle à la peau: les Veuves noires. Ces araignées ne sont pas agressives et ne mordent que si elles se sentent menacées. Après quelques minutes, la douleur devient extrêmement intense accompagnée d’autres symptômes dont des spasmes musculaires et des nausées.

Grâce à l’exposition Poison vous apprendrez que loin d’être uniquement une menace ou synonyme de mort, le venin des animaux est d’une grande importance en médecine. Correctement dosé, un venin toxique ou mortel peut sauver des vies. La recherche sur le venin animal n’en est qu’à ses débuts, mais son avenir est plus que prometteur.

J’ai découvert à mon plus grand étonnement grâce cette exposition que l’ornithorynque fait partie de ses espèces toxiques de même seules quatre espèces de mammifères sont connues pour inoculer du venin par morsure. Toutes possèdent des glandes à venin, seule diffère la façon dont il est injecté. Font parties de ce groupe très limité entre autres: la chauve-souris vampire qui se sert de sa langue, pour la mignonne musaraigne le venin est transmis par la salive.

Ces invités temporaires de l’exposition Poison bénéficient de soins particuliers tout au long de leur séjour. On peut observer un coin soigneur entouré de vitrine où le Palais de la découverte prend soin de ses vedettes en apportant des soins attentifs et adaptés. Une partie de leur travail consiste à les nourrir et nettoyer leur cage.

Durant cette exposition temporaire des plus riches, vous trouverez des endroits où vous poser un instant dont: un espace où vous pourrez vous asseoir un instant pour feuilleter des livres relatifs au sujet de l’exposition Poison disponibles dans la boutique ou vous pourrez décider de vous pauser dans l’un des différents points où vous pourrez visionner des documentaires.

 

Faites connaissances avec les connaissances avec les beautés empoisonnées qui cohabitent avec nous grâce à Poison au Palais de la découverte.

 

Poison jusqu’au 11 août 2019 au Palais de la découverte Avenue Franklin Roosevelt, 75008 Paris

 

 

Pour plus d’information/ réservation: http://www.palais-decouverte.fr/fr/au-programme/expositions-temporaires/poison/


No Comments (yet)

Laisser un commentaire

Protected by WP Anti Spam

Comments RSS Souscrire au Flux RSS des Commentaires.
Trackback Faire un trackback à partir de votre site.
Trackback URL: http://www.broadcastmodart.com/2018/12/03/decryptez-les-secrets-des-beautes-empoisonnees-qui-peuplent-notre-monde-grace-a-poison-au-palais-de-la-decouverte/trackback/