Culture

Apprenez à vos dépens que certains secrets devraient rester enfouis avec L’Anomalie de Michael Rutger

L'Anomalie de Michael Rutger. Editions Bragelonne. Photo: Philippe Lim
L’Anomalie de Michael Rutger. Editions Bragelonne. Photo: Philippe Lim

Nolan Moore est un archéologue anticonformiste critiqué par les experts. Il publie des vidéos documentaires sur YouTube. Nolan s’est spécialisé dans des sujets peu communs qu’il aborde dans son émission Aux frontières de l’anomalie. Nolan Moore à défaut d’être reconnu des experts fascine son public.

Entouré de son équipe des plus enthousiaste, ils vont entamer une nouvelle mission : La visite d’une mystérieuse grotte dans la paroi du Grand Canyon. Nolan et son équipe vont plonger au cœur de l’horreur quand cette grotte va leur révéler ses plus sombres secrets.

Piégés au cœur des ténèbres sans nourriture et guettés par d’étranges créatures, ils vont devoir lutter pour leur survie…

Claustrophobique. Haletant. Oppressant. Terrifiant. Voici les termes qui caractérisent le mieux L’Anomalie de Michael Rutger proposé par les Éditions Bragelonne. Le résumé de ce thriller haletant m’a fait en partie penser à The Descent. Il a su tenir ses promesses en nous entraînant crescendo au cœur des ténèbres et de l’horreur. Comme le dit si bien l’accroche sous le titre « certains secrets devraient rester enfouis ». Tout comme Pandore avec la boite contenant tous les maux, il n’est pas toujours bon de céder à la curiosité.

Michael Rutger avec le prologue d’Anomalie proposé par les Éditions Bragelonne, nous plonge au cœur de l’action. Il restitue à merveille l’angoisse et l’urgence de cette scène de poursuite. Le personnage principal dont nous ignorons pour le moment l’identité « rebrousse chemin en courant. Il sentait sous ses pas un écho. Le frémissement d’une masse extrêmement lourde rencontrant le sol en pierre. Tout près de là impossible de l’affirmer ».

La menace se rapproche inexorablement et certaines de ses proies sont à bout de nerf. Le personnage principal entend un sanglot dans les ténèbres. Ils sont traumatisés. Georges l’un d’eux est usé mentalement. On le serait pour moins avec une menace qui se rapproche et les hurlements à glacer le sang qui rompent le silence de cette grotte. Présages des plus funèbres concernant leur avenir « un nouveau cri s’éleva des profondeurs de la grotte. Un long hurlement qui allait en s’atténuant pourtant encore plus horrible que précédemment puisqu’il suggérait que la personne qui l’avait poussé ne serait bientôt plus en état d’émettre le moindre son ». Fuyant pour leur survie « l’un d’eux est happé dans l’obscurité par une étrange créature ».

Le prologue d’Anomalie de Michael Rutger nous laisse sur notre faim et nous donne envie de savoir la suite. On a qu’une envie poursuivre notre lecture. Le ton de ce livre de Michael Rutger proposé par les Éditions Bragelonne change du tout au tout et ce fait plus léger. Ce qui ne gâche en rien notre intérêt, ni ne nuit au texte. La première partie introduit l’équipe de l’émission Aux frontières de l’anomalie. Elle comporte : Ken qui porte la double casquette de producteur et réalisateur, Molly assistante de production, Pierre le cameraman, Feather une nouvelle venue qui représente leur sponsor et bien sûr le narrateur lui-même Nolan Moore. Gemma une journaliste rejoindra plus tard leur rang.

Le brio de Michael Rutger dans L’Anomalie est de donner la parole à Nolan Moore. Ce livre proposé par les Éditions Bragelonne est entre le journal de bord et le témoignage. Il s’appuie sur des documents extraits de ses archives « les archives de Nolan Moore » pour étayer ses propos. On peut voir : des photos, des extraits de journaux…. Ce qui donne corps à l’histoire, à la légende autour de L’Anomalie.

Le narrateur nous apparaît sans filtre ce qui donne lieu parfois à des scènes assez cocasses. Il est ainsi apostrophé par la réceptionniste de l’hôtel où ils vont séjourner « c’est vous le youtubeur, l’archéologue. Le type qui résout des mystères ce genre de truc ? ». Étant rarement reconnu Nolan se réjouit. Il se présente puis est éconduit « mon père déteste votre émission » précisant pour bien enfoncer le clou « c’est un vrai archéologue lui ». Car bien qu’il rencontre un certain succès auprès du public, Nolan n’en n’est pas moins la risée des professionnels.

Son émission Aux frontières de l’anomalie s’intéresse à des mystères non résolus qui sont parfois aux frontières du réel et de l’horreur, comme cela sera malheureusement le cas avec cette nouvelle mission.

Michael Rutger a fait le choix après un prologue des plus rythmé et éprouvant de nous faire partager le quotidien de Nolan et de son équipe de tournage cela jusqu’au point de non-retour. Le but de cette expédition nous est enfin énoncé dans un billet de Nolan Moore. Il y fait référence comme étant la grotte de Kincaid découverte par l’explorateur et chasseur G. E. Kincaid. Ce dernier l’avait exploré rapidement et avait trouvé quelques reliques. L’explorateur était resté vague sur ce qu’il avait trouvé.

Ces découvertes avaient été au mieux la risée de la communauté archéologique voire scrupuleusement ignorée. Ce qui avait entraîné cette retombé négative c’est qu’elles sont la preuve « selon » Nolan tout au moins « que l’Amérique du Nord a reçu en des temps immémoriaux la visite d’une civilisation distincte de la nôtre ». L’équipe d’ Aux frontières de l’anomalie s’est fixée comme objectif de découvrir la grotte de Kincaid.

Dans L’Anomalie de Michael Rutger proposé par les Éditions Bragelonne, cette équipe de joyeux luron passionnée par leur objectif va décider à leur risque et péril et cela à plusieurs reprises de ne pas tenir compte des mises en garde « ce ne sera pas facile, nous allons enfreindre la loi en descendant dans le canyon via un itinéraire fermé au public. Et pourquoi l ‘est-il je vous le demande bien ? ».

Ils se rendent et cela sans permission sur un territoire sacré Hopi ce qui renforce l’idée de briser un interdit « Nous foulons une terre sacrée. Les tribus de la région ont averti Powell qu’il ne devait pas mettre les pieds dans le Grand Canyon et que s’il désobéissait il s’attirerait le courroux des dieux. Ça ne l’a pas dissuadé. Et ça ne va pas nous dissuader ». Malheureusement pour Nolan et les siens cette mise en garde, malédiction s’avérera prophétique. A défaut de Dieux leur hubris, leur action va entraîner le courroux d’êtres étranges assoiffés de sang et de mort.

Tout au long de notre lecture de L’Anomalie de Michael Rutger proposé par les Éditions Bragelonne, Nolan Moore nous apparaît comme un personnage attachant, humble disposant d’un bon sens de la dérision. Ce livre de Michael Rutger est écrit à la première personne. Parfois Nolan s’adresse directement à nous. Si on était au théâtre ou au cinéma, on pourrait dire qu’il rompt le quatrième mur.

Le texte est empli d’humour et nous livre un personnage pour qui on ressent de l’empathie. Parfois un langage familier est employé « foutu rafiot ». Quand Gemma fait observer qu’il n’est pas un professionnel. Nolan reconnaît humblement qu’il n’est pas « un archéologue ». Trois ans plutôt il était scénariste, métier qu’il a vite abandonné du fait de son peu de talent.

Depuis tout petit, Nolan était intéressé par les histoires bizarres et inexpliquées. D’un naturel rêveur c’est ce qui l’a mené Aux frontières de l’anomalie. Mais comme le dit si bien Feather un peu plus loin dans L’Anomalie de Michael Rutger proposé par les Éditions Bragelonne « Quand j’étais petite ma grand-mère me disait toujours qu’on a tous besoin de croire en quelque chose. Et c’est ce que tu fais Nolan. Tu donnes aux gens quelque chose en quoi ils peuvent croire. Mais je me suis aperçu il y a déjà pleins d’années que tout le monde n’est pas comme nous. Certaines personnes ne sont contentes que quand elles ont l’occasion de mépriser les croyances des autres ».

En butte aux plaisanteries et à l’ironie « Alors c’est vous l’Indiana Jones de service ? » Nolan reste égal à lui-même. Nous découvrons que même s’il est vu comme étant « le chef » du groupe, car il est le présentateur. Nolan n’est pas le dominant au groupe, mais une des parties de celui-ci chacun a son rôle. L’apparente quiétude, bonhomie de cette expédition va être mis à mal tout comme l’esprit d’équipe et la bonne humeur dans cette plongée aux cœurs des enfers. Dans L’Anomalie de Michael Rutger proposé par les Éditions Bragelonne l’oppression, la menace est dans un premier temps tapies dans l’ombre et semblent les guetter attendre un moment d’inattention.

Au cœur de la nuit, Nolan se sent observé. Cette impression lui fait penser à une légende Hopi selon laquelle « quelques parts au cœur des profondeurs du Grand Canyon le dieu Maasani dieu de la mort a élu domicile dans une grotte cachée (…) raison pour laquelle certaines sections du canyon ont longtemps été associées à des accidents, à des crises de panique ». Nolan n’a pas évoqué cette légende avec les autres car selon lui les Hopis s’en servaient pour protéger un site sacré. Pour lui, il n’y avait aucune vérité dans celle-ci. Mais au plus profond de la nuit en proie à son imagination ainsi qu’à la sensation d’être observé Nolan se réjouit que le jour se lève bientôt. On peut être tenté d’y voir un autre mauvais présage, une nouvelle mise en garde qu’ils auraient mieux fait de prendre au sérieux.

L’Anomalie de Michael Rutger nous trace une mythologie et une tradition Hopi qu’il relit à son intrigue. Ainsi « de jeunes Hopis se rendaient en pèlerinages durant des siècles au Grand Canyon » dans une sorte de rite initiatique. Pour quelqu’un qui recherche l’étrange et côtoie la frontière de l’anomalie à la lisière du réel, Nolan peut nous sembler sceptique.

Dans L’Anomalie proposé par les Éditions Bragelonne, nous partageons l’impatience de ce groupe d’explorateurs qui commencent à perdre espoir. C’est seulement après de multiples péripéties et une bonne baisse d’enthousiasme que la grotte de Kincaid apparaît enfin devant leurs yeux. Plus nous entendons parler de ce lieu, plus nous ne pouvons-nous empêcher de penser à l’épisode du prologue. Nous attendons avec impatience que Nolan Moore et son équipe pénètre dans cet antre de l’enfer.

Une fois à l’intérieur le ton de L’Anomalie de Michael Rutger change à nouveau et se fait oppressant. La menace semble toute proche. Ainsi quand ils s’engagent dans une des galeries de la grotte de Kincaid, Nolan et Molly ont un mauvais pressentiment. Ils éprouvent une certaine réticence. Nolan ressent ainsi une « note de tension s’élevant du fin fond de mon cerveau ». Quant à elle Molly « n’aime pas ça », « ça ne me plaît pas », « je ne veux pas y aller ».

La notion de mise en garde plane à nouveau sur eux sans qu’ils en tiennent réellement compte. La menace se fait de plus en plus oppressante. On peut parfois observer une certaine ironie, Molly s’exclame « je sais que c’est idiot de ma part ». Ce à quoi Nolan répond « ouais… ou alors tu vas être la seule à ne pas te faire bouffer par un gros monstre ». Ils vont découvrir à leur plus grand étonnement que l’issue principale, celle de Kincaid a été murée. Tous s’interrogent, tout comme nous sur la raison.

On peut être tenté de se demander si c’est pour empêcher d’éventuels explorateurs de pénétrer dans ces lieux hostiles voire plutôt d’empêcher quelque chose d’en sortir. Nolan conscient de ses limites veut faire intervenir de vrais archéologues afin d’éviter de faire une bévue, mais leur curiosité et leur esprit d’aventure se révélera plus fort.

Plus nous poursuivons notre lecture de L’Anomalie de Michael Rutger proposé par les Éditions Bragelonne plus l’ambiance se fait oppressante et le danger omniprésent. Dans cette grotte, la mort rode et elle est assoiffée de sang. L’horreur arrive petit à petit. Au début elle se manifeste à travers une sensation d’inconfort : une « atmosphère extrêmement pesante », ils sont « confrontés à une telle intensité de silence que vous vous sentiez différent. Une partie enfouie de votre cerveau rodée, plus ancienne vous engageait à faire profil bas afin d’éviter de vous faire remarquer », « atmosphère étrange », « lieu nocif ». Molly en vient à regretter d’avoir « découvert ce site ».

Au cours de L’Anomalie de Michael Rutger proposé par les Éditions Bragelonne Nolan et son équipe vont de découvertes en découvertes. Toutes plus étonnantes les unes que les autres. Suite à une péripétie digne d’Indiana Jones comme l’exprime si bien le narrateur le « ridicule de cette péripétie qui semble tout droit sortie d’Indiana Jones », Nolan et les siens se retrouvent emprisonnés par une sculpture en forme de pierre qui bouche le passage. Après une course-poursuite durant laquelle la sphère menace d’écraser Feather. Cette dernière se trouve séparée du groupe. Tandis que les autres sont captifs. Malheureusement pour eux ils ne sont pas seuls.

Dans L’Anomalie de Michael Rutger, les phénomènes étranges et inquiétants se multiplient. C’est comme si leur présence avait contaminé les lieux, avait entraîné une réaction en chaîne qui va causer leur perte. Michael Rutger avec L’Anomalie proposé par les Éditions Bragelonne nous tient en haleine du début à la fin. Ce thriller haletant vous entraînera Aux frontières de l’anomalie dans un antre de l’horreur et de la folie dans lequel Nolan et les siens vont devoir lutter pour leur survie.

Affrontez si vous l’osez votre claustrophobie pour pénétrer au fin fond de l’enfer avec L’Anomalie de Michael Rutger

L’Anomalie de Michael Rutger. Édition Bragelonne. Prix : 17,90€

Pour plus d’info : https://www.bragelonne.fr/

Rédactrice freelance, Pigiste

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam