Culture

Aurez-vous le courage d’affronter l’horreur et l’inquiétante étrangeté qui règnent au cœur du Cauchemar d’Innsmouth

Le Cauchemar d'Innsmouth d'H.P. Lovecraft. Éditions Bragelonne. Photo: Philippe Lim
Le Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft. Éditions Bragelonne. Photo: Philippe Lim

Un voyageur un peu trop curieux décide de faire un détour sur son chemin pour aller à Arkham. Sa curiosité ayant été piquée par les sombres rumeurs entourant l’énigmatique et inquiétante Innsmouth, le voyageur décide de vérifier sur place.

Dans ce lieu hostile aux étrangers d’inquiétantes et grotesques créatures rôdent. Nombreux sont les curieux qui ont disparu en voulant percer les mystères d’Innsmouth Notre voyageur trop curieux et imprudent ne va pas tenir compte des multiples mises en garde. Il est décidé à déterrer les secrets présents dans ce lieu impies. Le narrateur va apprendre à ses dépens que la curiosité est un vilain défaut.

Angoissant. Étrange. Palpitant. Voici les termes qui caractérisent le mieux le Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft. Les Éditions Bragelonne nous donne l’opportunité de découvrir certains grands classiques du maître du fantastique dans une nouvelle traduction.

Le Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft s’ouvre sur le croquis d’un plan de cette ville maudite. Le texte de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne prend la forme d’un témoignage. Dans un premier temps le narrateur situe l’action du récit « Au cours de l’hiver 1927-2928 l’ancien port de pêche d ‘Innsmouth dans le Massachusetts fit l’objet d’une enquête étrange et confidentielle menée par les agents fédéraux ayant amené à une série de rafles et d’arrestations ».

Nous apprenons dans Le Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft que cette ville inquiétante alimente les rumeurs des régions et des villes voisines. Celles-ci sont riches de promesses et d’horreur « rien ne pouvais dépasser en démences et en abjection les rumeurs qu’ils s’échangent à mots couverts depuis tant d’années ».

Le narrateur de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne après avoir lui-même refusé de prendre en compte les multiples mises en garde écrit ce texte pour avertir. Il oscille entre le témoignage, la confession d’un homme brisé par les révélations auxquelles le voyageur est parvenu. Ainsi « Il est temps pour moi de lever le sceau du secret ».

Dans Le Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft le narrateur possède une grande curiosité ce qui va causer sa perte et à sa fin prochaine. L’implication, l’intensité de ce que ce voyageur va apprendre sont trop lourdes et irrémédiables pour lui. « Car mon implication dans cette histoire excède de loin celle d’un simple profane et les impressions terribles que j’en ai conservé risque fort de me pousser bientôt à quelques malheureuses extrémités ».

Nous découvrirons de même dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne que c’est le narrateur qui a prévenu les autorités après s’être échappé d’Innsmouth. Il a donné l’alerte. Cependant le voyageur se sent dans l’obligation d’écrire ce témoignage, car maintenant que le grand public c’est détourné de cette vieille histoire et n’éprouve plus la moindre curiosité « je ressens le besoin de raconter tout bas l’épouvante de mon bref séjour dans ce port funeste ».

On peut être tenté d’y voir une notion catharsis, une sorte d’expiation « le simple fait de coucher mon récit par écrit m’aide à reprendre confiance en mes facultés mentales à m’assurer que je ne fus pas la première victime d’une épidémie d’hallucination cauchemardesque. Cela m’aide aussi à m’éclaircir les idées qu’en t’a cette terrible décision qui m’attend ».

Ce n’est pas la première fois que nous sommes confrontés chez H.P. Lovecraft à un narrateur qui énonce les terribles événements qui l’ont amené à cette décision irrémédiable. A savoir le suicide. On peut en trouver une autre incarnation dans Le Molosse. Vous en trouverez une magnifique version illustrée dans la collection Les Carnets Lovecraft d’Armel Gaulme proposé par les Éditions Bragelonne.

En quelques phrases le début du Cauchemar d’Innsmouth sait captiver l’intérêt du lecteur. Nous devinons que nous allons plonger au cœur de l’horreur et de l’inquiétante étrangeté. La suite de ce récit peut s’apparenter à un flashback. Le narrateur y aborde les conditions qui l’ont mené sur les sentiers de la perdition. A savoir les circonstances qui l’ont conduite à Innsmouth et ont causé sa perte irrémédiable.

Tout avait pourtant commencé sous les meilleurs hospices. Le jeune homme pour fêter sa majorité décide d’entamer un voyage à viser historique, touristique et généalogique avec comme point de chute Arkham, plus exactement dans sa famille maternelle.

De passage à Newburyport, le narrateur cherche comme toujours le trajet le moins onéreux. C’est à ce moment précis de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne que son destin va être scellé. Il entend parler pour la première fois d’Innsmouth au guichet de la gare de Newburyport. L’employé lui propose un autre trajet pour se rendre à Arkham tout en le mettant en garde.

Dans Le Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft nous retrouverons de nombreuses autres mises en garde dont notre cher narrateur ne tiendra pas compte. Loin de l’effrayer cela tous comme le mystère entourant ce lieu abject pique sa curiosité. « Vous pourrez prendre le bus mais il n’est pas très apprécié dans le coin. Il passe par Innsmouth (…) Si bien qu’on le voit d’un sale œil dans le coin. C’est un gars de cette ville qui le conduit, mais il n’y a jamais personne d’ici ou d’Arkham qui montent dedans. Le ticket ne doit pas coûter cher, mais je n’y ai toujours vue que deux trois passagers et toujours des gens d’Innsmouth ».

Tout au long de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne Innsmouth est associée à de sombres et inquiétants qualificatifs. Dont: « la ténébreuse Innsmouth », « ville plutôt étrange»… La curiosité du narrateur est piquée à vif par le récit du guichetier riche en secrets et imbibé d’une notion d’inquiétante étrangeté. Ainsi ce lieu sombre comporte plus de maisons vides que d’habitants. La pêche dont la pêche au homard est la seule activité de cette ville. Les poissons y sont des foisonnants et cela de tout temps. Innsmouth a subi un revers de fortune. Seule y persiste une raffinerie qui tourne au ralenti.

Selon le guichetier, son propriétaire le vieux Marsh « est un drôle de pistolet toujours cloîtré chez lui ». Il relate les ragots, légendes entourant « La ténébreuse Innsmouth » qui flirtent avec l’étrange « on raconte qu’en vieillissant, le vieux Marsh avoir attrapé une sorte de maladie de peau ou une malformation qui le force à rester cloîtré ».

L’homme aborde de même le mystère entourant l’origine de l’or des Marsh et des étranges bijoux en leur possession. Il fait de même observer que les malformations physiques touchent plus les anciens qui restent cachés. Les jeunes ont l’air pour leurs parts normaux. Selon lui cette ville et ses habitants sont sujets à des rumeurs plus pas peur qu’autre chose.

Dans cette partie du Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft on prend connaissance tout comme le narrateur des étranges et inquiétantes rumeurs entourant ce lieu impie. Il est auréolé de mystères et superstitions qui peuvent provenir de la peur de l’inconnue. Peut-être est-ce pour ça que le narrateur de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne est dans un premier temps sceptique.

Il n’est pas effrayé bois au contraire. Entre autres rumeurs « le capitaine Marsh aurait conclu un pacte avec un diable et accueillerait ses sinistres rejetons à Innsmouth ». Pour lui « c’est bien le capitaine Marsh qui a donné sa sinistre réputation au récif du Diable ». Nous apprenons de même qu’une grande épidémie en 1847 a décimé la moitié de la population.

Selon le guichetier les gens d’Innsmouth ont quelque chose de bizarre. Ce que ce narrateur appellera plus tard dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne « Le masque d’Innsmouth ». Les vieux sont cloîtrés et on ne les voit pas car les mutations, les malformations vont en s’empirant. Les humains ne sont pas les seuls à sentir une certaine répulsion à leur encontre il en va de même pour les animaux.

Dans Le Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft nous sommes de nouveaux confrontés à la figure de la mise en garde. Cette fois-ci relative à l’hôtel d’Innsmouth et à la ville en elle-même « franchement, je vous déconseille d’y mette les pieds ». Le guichetier pour appuyer ses propos raconte l’expérience traumatisante d’un inspecteur qui y a séjourné. La menace se précise les étrangers ne sont pas bien vue. Il y a eu plusieurs disparitions.

 Les habitants sont décrits de façon peu flatteuse comme étant « dépravés, sournois et des plus secrets ». Le voyageur au lieu d’être rebuté par ses mises en garde voit sa curiosité titillée. Il va ainsi mener des recherches à la bibliothèque de Newburyport et tenter de glaner des informations.

L’aura de mystère qui entoure Innsmouth va en s’intensifiant. En regard de sa place dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne, cette ville cauchemardesque peut limite être vue comme un personnage à part entière. Le narrateur va être confronté à la réticence et au silence, car pour ses interlocuteurs « c’est comme si quiconque manifestait le moindre intérêt envers Innsmouth leur devenait irrémédiablement suspect ». cela donne presque l’idée que c’est dernier ont été contaminés par la sinistre réputation de ce lieu. Malgré les mises en garde, la réticence des gens le narrateur voit sa curiosité de plus en plus attisée.

Tout au long du Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft en regard des trouvailles du voyageur, ce dernier va souvent ressentir une impression étrange. C’est comme s’il était irrémédiablement attiré. Malheureusement pour lui le narrateur va apprendre que la curiosité est un vilain défaut et cela à ses dépens.

Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne son voyage va le mener aux confins de la folie et de l’horreur. Au cours de ses investigations à Newburyport, il se rend dans une société historique. Le voyageur n’a d’yeux que pour un objet bizarre qui scintille dans une vitrine.

On retrouve dans ce passage du Cauchemar d’Innsmouth l’idée d’inquiétante étrangeté et de mystère « plus je l’observais plus cet objet (la tiare) me fascinait. Un sentiment troublant que je ne pouvais ni concevoir ni expliquer ». L’étrange tiare semble provenir d’une autre planète. La majorité des gravures ont une tournure presque sinistre. Les êtres y étant représentés son des chimères à mi-chemin entre le poisson et le batracien avec une silhouette grotesque.

Plus le voyageur en apprendra sur ce lieu qui provoque chez la plupart des gens de la répulsion, plus sa cruauté va être piquée. On retrouve dans cette partie une référence liée à un motif propre à Lovecraft : Dagon. Plus particulièrement dans ce texte à « la secte ésotérique de Dagon ». Il s’agit d’une étrange religion secrète des rumeurs y voit un culte satanique.

Le narrateur va ensuite entamer son voyage vers la sinistre Innsmouth. Le bus qu’il emprunte est un vieux tacot. Il y règne une odeur de poisson odeur quasi prédominante dans ce lieu maudit. Le chauffeur a la physionomie des habitants d’Innsmouth.

Durant votre lecture de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne, on retrouve souvent évoqué l’étrange attirance du narrateur pour Innsmouth ainsi que l’inquiétante étrangeté ambiante. Nous en apprendrons l’explication et son implication plus tard dans Le Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft.

Le voyageur est perturbé par un étrange et perturbant sentiment de familiarité. Ainsi en évoluant dans la ville délabrée et en apercevant le Récif du diable, le narrateur remarque « En l’observant j’eus l’impression qu’une subtile et troublante attirance s’ajoutait à ma répulsion. Étonnamment je trouvais cette sensation fugitive plus perturbante encore que mon sentiment premier ».

Il en va de même concernant la population des plus inquiétantes et affublées de bizarreries physiques au premier regard ils lui déplurent, mais en même temps « l’espace d’une seconde leur singulière apparence éveilla quelques images enfouies au plus profond de ma mémoire (…) que j’associais à un événement particulièrement horrible ou accablant, mais ce pseudo souvenir se dissipa vite ». Plus loin dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne « leur aspect éveilla en moi d’insidieux souvenirs enfouis dont la teneur ne cessait pourtant de m’échapper ».

Insensible à ses mauvais présages et aux différentes mises en garde notre cher voyageur poursuit à ses risques et périls ses investigations pour percer les mystères au cœur du Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft. Cela bien qu’un sentiment de menace et de répulsion pèse sur le narrateur. Cela est amplifié par le calme anormal de ce lieu et l’odeur fétide de poisson qui instaurent un malaise et un sentiment d’inquiétante étrangeté. Notre cher voyageur curieux va poursuivre ses investigations et va plonger par degré, mais surtout sans retour possible vers l’horreur.

Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne le narrateur reste insensible aux diverses mises en garde. Au contraire elles semblent attiser sa curiosité, son intérêt. La majorité des personnes qu’il rencontre porte « Le masque d’Innsmouth ». Le narrateur se rend à l’épicerie qu’il devine à raison tenue par un étranger. Ce dernier lui fournit un plan des lieux avec les endroits à éviter et lui parle du vieux Zadok. Un ivrogne qui en échange d’une bonne bouteille raconte de surprenants et effrayants récits sur Innsmouth.

Le voyageur finit par le rencontrer et peine à croire ses récits. Zadok va faire référence à Cthulhu en employant le R’lyeh. Cette langue est associée aux Grands Anciens « Iä ! Ïa ! Cthlulu fnhagh ! (…) Cthulhu R’lyeh ». Zadok après son effroyable récit va mettre en garde le narrateur qui de nouveau ne tiendra pas compte de cet avertissement.

L’ambiance dans Le Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft va se faire de plus en plus oppressante, angoissante. Nous retrouvons tout le brio du maître du fantastique dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne. On n’est jamais totalement confronté à l’horreur, tout est dans l’ambiance, repose sur l’angoisse l’effroi. Cela sans renfort de gore.

Ce récit nous plonge en immersion totale dans l’intrigue. Nous comme captivé par Le Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft on ressent de l’empathie pour le narrateur. Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne l’horreur va crescendo et est plus suggérée que montrée. Elle repose souvent sur une notion d’inquiétante étrangeté. Le narrateur va découvrir que la frontière entre le réel et la folie est des plus minces. Son voyage au cœur des ténèbres ne va pas le laisser indemne. Tous les secrets ne sont pas bons à être révélés.

Si vous désirez poursuivre votre aventure et voir si l’on peut dire l’histoire de l’intérieur. Je vous conseille la BD La Planète du cauchemar proposé par les Éditions rue de Sèvres. Cette adaptation donne corps au Cauchemar d’Innsmouth en conservant la trame.

Entamez un voyage peut être sans retour entre horreur et folie au cœur du cauchemar d’Innsmouth

Le Cauchemar d’Innsmouth d’H.P. Lovecraft. Éditions Bragelonne. Prix = 7,90 €

Pour plus d’info = https://www.bragelonne.fr/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam