Culture

Combattez l’ennui et la morosité avec le film d’animation Le Magasins des suicidés de Patrice Leconte

Dans une ville lugubre où le suicide et le désespoir sont monnaie courante, seule une boutique illumine la morosité ambiante: Le magasin des suicidés. Leur crédo « Vous avez raté votre vie réussissez votre mort« . A la tête de cette entreprise familiale, nous trouvons des êtres moroses, déprimants et déprimés qui font du suicide leur gagne-pain.

Un jour, un grave malheur arrive dans cet univers obscur propice au spleen: un nouveau-né, Alan est l’incarnation de la vie et du bonheur. Il risque de mettre à mal leur commerce. Dans les ténèbres une lumière brille, pour le plus grand maleur des Tuvache…

Le suicide leur va si bien. Décapant. Voici le terme qui caractérise le mieux ce nouveau film de Patrice Leconte.

Le Magasin des suicidés vous fera pénétrer dans un univers des plus dark: une ville terne et lugubre ou les corps pleuvent an continue au son de la chanson de Charles Trenet Y’a de la joie. Dans ce lieu où la mort et le désespoir règnent, les pigeons se jettent aussi dans le vide, seule une boutique resplendie par ses couleurs sucrées et joyeuses, elle ne désemplie pas.

Le seul bémol qui s’oppose aux accents enjoués de cette boutique d’apparence pleine de vie est l’enseigne: Le magasin des suicidés. A l’intérieur, un joyeux bric-à-brac semblant tenir si on n’y fait pas attention de la confiserie ou d’un bazar, vous révèle tous les aspects d’une mort tant désirée.

Ce film d’animation musical donne le ton dès l’ouverture: Mishima le père plante le décor tout en nous renvoyant à la situation actuelle de notre société « Avec la crise qui vous défrise/Quoi de plus d’où qu’une mort exquise« . Vous pénétrez dans un magasin facilite votre suicide et vous garantit sa réussite.

Rassurez-vous, Le Magasin des suicidés est joyeusement décalé et plein d’humour noir qui en fera mourir de rire plus d’un: Vincent, le fils ainé, affûte les lames de rasoir dans la cave. On a la possibilité d’acheter des lames rouillées, car « à défaut de réussir à vous trancher les veines, vous attraperez le tétanos ».

Les attitudes des parents totalement à l’encontre de celles habituelles, vous feront vous identifier à Alan. Cette boule d’énergie et de bonne humeur qui s’est perdu dans cette famille ou sera leur rédemption. Face au dessin coloré et enjoué, les parents s’énervent et lui rappellent qu’on ne dit pas au revoir mais adieu, car les clients ne reviennent jamais.

Beaucoup de situations vous feront rire en jouant sur le décalage entre le lieu et ce qui s’y déroule. On a l’impression en pénétrant dans Le Magasin des suicidés que la vie est suspendue, que deviendraient-ils si le remord commençait à les titiller?

Le magasin des suicidés en tant que film d’animation musical, vous propose plusieurs chansons qui vous transportent parfois dans le subconscient des personnages. Vous découvrirez les psychoses et secret enfoui au plus profond d’entre eux

Vous ressentirez le désespoir des clients résolus à mettre fin à leurs jours, le principe salvateur de ce magasin selon son propriétaire, ….. Le désespoir, le remord, le doute vont vous plonger dans des univers délirants où: les images de Rorschach, chez le psychiatre, se métamorphosent en synonymes de suicide. Vous verrez un paysage qui semble parfois inspiré des toiles de De Chirico.

Faites connaissance avec cette charmante famille d’une morosité et d’un désespoir des plus intenses: Vincent et Marilyn sont deux adolescents désabusés qui se trainent plus qu’ils ne vivent.

Vous vous amuserez des références liées aux prénoms des deux parents: Lucrèce est la maîtresse de maison. Elle tient son nom de Lucrèce Borgia connue pour être une empoisonneuse, sa tache préparer les poisons. Mishima le père est un adepte du seppuku.

Il prône cette méthode avec véhémence à un professeur de gym, en écho à son modéle: l’écrivain Yukio Mishima qui lui la mise en pratique. Alan le petit dernier est l’opposé, il a toujours le sourire aux lèvres et est plein de joie. La question est: La bonne humeur d’Alan contaminera-t-elle le monde morose qui l’entoure ou les idées noires gagneront-elles?

Succombez au charme envoutant et à l’humour noir du Magasin des suicidés tout en gardant espoir.

Le Magasin des suicidés de Patrice Leconte, ARP Sélection. Durée: 1h25

Sortie en salle en 2D et 3D prévue le 26 septembre

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam