Culture

Craignez de nouveau l’obscurité et ce qui s’y cache prêt à vous saisir grâce aux nouvelles de Shining in the Dark

Anthologie Shining in the dark. Éditions Actusf. Photo Philippe Lim
Anthologie Shining in the dark. Éditions Actusf. Photo Philippe Lim

Angoissant. Passionnant. Effrayant. Voici les termes qui caractérisent le mieux Shining in the Dark. Cette anthologie d’horreur proposée par les Éditions Actusf vous fera trembler de plaisir. Âmes sensibles s’abstenir. Nous devons ce petit bijou d’horreur pure à Hans-Ake Lilja. Il est le fondateur du premier site de référence sur l’œuvre de Stephen King : lilja’s library. Pour fêter dignement les 20 ans de cette fenêtre sur le monde de King, Hans-Ake Lilja a fait appel à la fine fleur de la littérature fantastique pour composer Shining in the dark.

Treize auteurs célèbres nous donnent dans ce livre proposé par les Éditions Actusf leur vision voire leur incarnation de la terreur. Vous retrouverez entre autres dans cette anthologie d’horreur quelques nouvelles spécialement créées pour l’occasion racontant « les horreurs et les peurs de 13 auteurs ». Ainsi qu’un texte inédit en français de Stephen King : Le Compresseur bleu.

Shining in the dark nous incite à entamer un voyage au cœur d’un univers cauchemardesque où l’horreur prend plusieurs nuances ou formes selon la nouvelle ou l’auteur. Nous pénétrons ainsi dans l’imaginaire entre autres de Jack Ketchum à qui nous le célèbre Une fille comme les autres, Clive Barber à qui l’on doit les cultissimes Hellraiser et Livres de Sang, Ramsey Campbell et bien d’autres.

Vous retrouvez aussi dans cette anthologie proposée par les Éditions Actusf un grand classique du genre la nouvelle le cœur révélateur d’Edgar Allan Poe. Il est de même fait référence à cette œuvre dans la nouvelle Le Compresseur bleu de Stephen King. Nous retrouvons dans une des nouvelles de Shining in the Dark une référence voire un hommage à un autre maître du fantastique Lovecraft.

Entamons maintenant notre voyage au cœur des ténèbres. L’horreur y prend plusieurs formes. Elle peut être représentée à l’état pur ou à l’aide d’êtres cauchemardesques, à grand renfort de gore ou de façon plus tenue, mais parfois plus efficaces avec des récits mettant mal à l’aise. Ces derniers montrent les ténèbres au cœur de l’âme humaine et ne sont pas loin de rappeler Les Contes de la crypte ou la série Alfred Hitchcock présente.

Notre aventure dans cette anthologie d’horreur proposée par les Éditions Actusf commence par un récit horrifique de Stephen King. Le Compresseur bleu. Le personnage principal Gérard Nately est un écrivain. Il se rend au cottage qu’il a loué. Composé de courts paragraphes ce texte se lit d’une traite. Il alterne entre les pensées du narrateur qui dresse un scenario face à ce qu’il vit et voit.

Stephen King rompt le 4e mur en s’adresse à nous dans des apartés. Cela souvent avec l’humour qu’on lui connaît « je m’immisce pour la même raison que le pape défèque. Parce que c’est nécessaire ». « Il (le narrateur) était bel et bien guidé par une main la mienne ».

De même, Stephen King explique la genèse de cette nouvelle. Il l’a inventé quand il s’ennuyait à la fac de littérature du Maine lors d’un cours durant lequel le professeur abordait d’Edgar Allan Poe. Dans Le Compresseur bleu, il est plusieurs fois fait référence à ce dernier. Dont à un de ses récits en particulier « c’est la ! c’est là ! c’est le battement de son affreux cœur ». A savoir Le Cœur révélateur.

Stephen King nous lire une des clés d’un bon récit horrifique réussit « Dans une histoire d’horreur, il est impératif que le grotesque soit élevé au rang de l’anormal ». Nous pourrons être tentés de voir entre autres dans cette nouvelle une sombre histoire d’obsession.

Shining in the dark proposé par les Éditions Actusf nous entraîne ensuite dans une histoire plus d’actualité si l’on peut dire. Le Réseau de Jack Ketchum et PD Cacek. Ils nous invitent à suivre la correspondance sur un chat en MP des deux protagonistes. Ceci est restitué à merveille. On peut même apercevoir le curseur de la souris. Nous pouvons noter un grand sens du détail.

Puis on a accès à des extraits des journaux des deux personnages principaux : Andrew et Cassie. Leurs échanges se font plus pressant, plus familier, mais attention aux désillusions sur le net. Tout n’est pas forcément ce qu’on croit. Il faut se méfier des apparences.

Cette anthologie proposée par les Éditions Actusf nous amène ensuite à faire connaissance avec Aeliana de Bev Vincent. Une étrange créature polymorphe charognard sur les bords dont la forme humaine est celle d’une enfant de douze ans. Nous suivons l’histoire à travers différents points de vue. Celui de l’agent de police enquêtant sur le tueur en série dont Aeliana se nourrit des proies et celui de cette dernière.

L’angoisse, l’horreur prend milles et une forme dans Shining in the dark pour vous confronter à vos pires cauchemars. On y trouve des âmes en peine hantées par leur souvenirs La fin de toutes choses de Brian Keene rédigé à la première personne.

Ces somptueuses nouvelles rassemblées par Hans-Ake Lilja vous transporteront au cœur de l’angoisse de la terreur avec une grande habilité. Nous suivons un groupe d’enfants qui a rompu un interdit. Ils vont à l’encontre de l’avis de leurs parents qui les ont mises en garde sans grand résultat.

Les enfants décident de pénétrer au cœur d’une fête foraine « Le Monde de la peur ». Comme ils auront l’occasion de leur découvrir à leurs dépens ce lieu porte bien son nom. La maison hantée va devenir pour eux et ce pour leur plus grand malheur « un film d’horreur devenu réalité ».

Nous serons amenés dans cette anthologie d’horreur proposée par les Éditions Actusf à affronter nos plus grandes peurs et à plonger au cœur des cauchemars. Cela pour notre plus grand plaisir. Pour ma part une fois Shining in the Dark dévoré je me suis fait une liste d’auteurs à découvrir ou à redécouvrir.

Cette œuvre proposée par les Éditions Actusf est des plus complète. Elle se conclut par une section qui donne en partie la parole aux auteurs. Chaque nouvelle composant Shining in the dark y est abordée ainsi que les idées derrières l’histoire.

Ainsi Clive Barker nous y livre une partie de son processus créatif « Je ne sais pas comment font les autres mais, quand j’écris, je me sens tellement proche de mon sujet que je laisse tout se déverser. Je n’écris jamais pour moi. Je ne me dis jamais « oh je ne peux pas faire ça » Alors tout sort et je laisse le tout tel quel ».

A noter aussi entre autres les confidences de Kevin Quigley sur la genèse de L’Attraction des flammes. Nous découvrons que cette nouvelle est liée à l’une des phobies de l’auteur. « Je voulais capturer l’atmosphère menaçante de fête foraine de la façon la plus dérangeante possible. J’ai tiré ce que je pouvais de ma propre phobie », « C’est une des rares fois où je me suis fait peur en écrivant ». Hans Ake Lilja à qui l’on doit cette anthologie proposée par les Éditions Actusf résume assez bien l’idée de cet ouvrage avec humour « Chaque auteur raconte la peur, l’amour, les miracles, l’amitié ou un compresseur ».

Laissez-vous éclairer au cœur de l’horreur par les nouvelles de Shining en the Dark.

Shining in the dark textes rassemblés par Hans-Ake Lilja. Éditions Actusf. Prix : 21,90€

Pour plus d’info : https://www.editions-actusf.fr/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam