Culture

Craignez la vengeance impitoyable d’un homme prêt à tout pour se venger dans Tigre obscur de Gilles Sebhan

Tigre obscur de Gilles Sebhan. Editions Rouergue. Photo: Philippe Lim
Tigre obscur de Gilles Sebhan. Editions Rouergue. Photo: Philippe Lim

Séquestré enfant par une femme qui s’est donné la mort devant lui. A l’adolescence, il a subi des brimades qu’il a préféré cacher, mais qui l’on irrémédiablement marqué. Maintenant tout a changé. Le jeune homme c’est réinventé. Il suit des études en psychologie criminelle. Cependant tapis en lui un tigre obscur est prêt à bondir. Le jeune homme décide de ne plus lutter, mais de lui laisser libre cours en lui offrant des proies….

Captivant. Déstabilisant. Sombre. Voici les termes qui caractérisent le mieux Tigre Obscur de Gilles Sebhan. Les Éditions du Rouergue nous livrent un polar crépusculaire des plus envoûtant. Une fois le nez dedans on a envie dans savoir la fin tant l’intrigue est bien menée.

Pour ma part, je l’ai dévoré en deux jours. J’ai été plus que captivé par ce polar déstabilisant au rythme endiablé proposé par les Éditions du Rouergue. On est tenu en haleine jusqu’à la dernière page. Le brio de Gilles Sebhan dans Tigre obscur est de nous livrer l’intrigue à travers différents points de vue. Dont celui du criminel, de la victime ainsi que celui de l’enquêteur. Nous avons accès à leurs pensées. De même nous avons l’impression de vivre l’action en direct.

Chaque partie de ce polar proposé par Les Éditions du Rouergue nous montre l’intrigue à travers les yeux d’un des protagonistes. Les chapitres sont constitués de courtes sections ce qui facilite la lecture et restitue à merveille le rythme effréné de l’intrigue.

Tigre obscur de Gilles Sebhan commence au cœur de l’action. On voit l’intrigue à travers les yeux d’un jeune homme. Nous le découvrons dans toute sa dualité. Il est sujet à une lutte intérieure. Un tigre est tapi en lui. Ce dernier semble incarné sa rage, la violence.

Personne ne soupçonne cette dualité. Ainsi « personne n’aurait pu soupçonner sur le coup qu’il abritait en lui l’animal pouvait rester assoupi des semaines puis brusquement se réveillait (…) alors le combat commençait ». Car en lui « il y avait l’enfant soumis » celui qui avait subi toutes ces horreurs et « le tigre », « La coexistence des deux le déchirait ».

Dans ce livre proposé par les Éditions du Rouergue, il faudra nous méfier des apparences. Tous cachent un trouble, une part d’ombre. Ainsi officiellement le jeune homme est un étudiant en psychologie criminelle.

Gilles Sebhan dans Tigre obscur distille avec minutie les informations. Il joue sur le suspens et les attentes du public. Le narrateur de cette partie intitulée « l’éveil » se dévoile par touches. Dans celle-ci la bête se réveille.

On apprend qu’il a une nouvelle identité pour un nouveau départ. Ainsi « de ce côté de la frontière vierge comme une feuille pas encore imprimée avec un nom qui ne disait rien à personne ». Désir d’anonymat « l’administration avait considéré sa demande comme légitime en vue de ce qui lui était arrivée ». Notre attention est tout de suite attirée par ce que sous-entend cette phrase.

Cependant cette quiétude va être mise à mal va être menacée. Dans ce livre proposé par les Éditions du Rouergue, un événement va introduire si l’on peut dire un point de rupture ou tout au moins un tournant déterminant.

« La veille avait eu lieu l’accident. Dans un amphi en train de se vider, il avait entendu quelqu’un ricaner. Puis ostensiblement l’appeler par son nom. Son nom de l’autre côté ». Quand le jeune homme se retourne, il n’est pas vraiment étonné de reconnaître le sportif à la fois objet de ses désirs et son tourmenteur qui l’avait précédemment humilié.

Dans Tigre obscur de Gilles Sebhan on discerne chez ce jeune homme une blessure, une dualité, une instabilité. Il nous apparaît des plus tourmentés, borderline. Il se fait un serment, une promesse « il ne laissera personne dévoiler son secret ».

Cet accident éveil réellement quelque chose en lui. Une partie de lui qui aurait dû rester en sommeil. Ainsi le narrateur sait qu’un jour il ne pourra plus le supporter, « ce tigre qui n’attend qu’une chose pour se manifester un jour c’est certain il ne résistera plus à son appel ». Ce jour funèbre est des plus proche. La bête s’éveille. Le récit au cœur de ce thriller proposé par les Éditions du Rouergue est des plus visuel presque cinématographique. On a l’impression de voir l’action en caméra subjective enfin si on peut dire.

Le jeune homme est déstabilisé se met à pleurer sourdement sans gémir puis va vite se ressaisir. Nous découvrons enfin son identité ou plutôt son prénom « Théo ». Ce dernier sens qu’il bascule du côté obscur.

Il ne tente pas de l’éviter bien au contraire. Théo a décidé de relâcher le tigre. Ainsi « Etait-ce une douleur ou un vertige de se découvrir meurtrier ? un vertige qui vous attirait. Un désir fou qui dévale sur vous et vous emporte ».

De même dans ce livre proposé par les Éditions du Rouergue, on apprend que cette part d’ombre, cet attrait pour les ténèbres est une malédiction familiale. Son grand-père avait consacré des ouvrages aux légendes violentes où un homme se construit en détruisant. « Tuer ou être tué, il n’y avait rien d’autre » bien pessimiste façon de penser. Théo est obnubilé par de sombres projets dignes de Dexter en vue de ses études « il s’imagine son futur meurtre anticipant les pistes qui pourraient les conduire à lui ».

Le jeune homme est marqué, changé par des événements tragiques de son passé. Il a survécu, mais ne s’en est pas sortie indemne. Il est borderline « rien ne lui semblait réel parce qu’il était de l’autre côté de la frontière sur les terres de Marcus Bauman. Pourquoi ne pouvait-il s’empêcher de s’identifier à cette ordure qui avait failli tuer son père ». Le suspens est à son comble dans ce livre proposé par les Éditions du Rouergue. De même tout va basculer crescendo jusqu’à la violence la plus totale.

Dans Tigre obscur de Gilles Sebhan nous découvrons Théo sans filtre. On voit une part de son âme, de sa dualité, de ses souffrances. Ce personnage des plus complexe a toujours été vu comme quelqu’un de spécial. Le jeune homme semble se sentir rejeté. Selon lui son père feint de l’oublier au profit de son frère adoptif Ilyas. Il nourrit un profond attachement à ce dernier. Ainsi « il était parti pour ne pas commettre l’irréparable ».

On assiste peu à peu à la métamorphose inquiétante de Théo qui laisse le tigre prendre le dessus. Ainsi le jeune homme était malingre plus jeune, maintenant c’était du passé. Il a subi une métamorphose plutôt inquiétante « courait avec les événements s’entraînait à tuer des petits animaux à main nue ».

Théo se terrait dans une grotte dans laquelle il se livrai à une sorte de méditation. Seul son frère adoptif avait une connaissance absolue de ce qu’il faisait. « A la maison Ilyas accueillait le jeune Théo par un léger sourire « voilà le tigre » et il acquiesçait comme s’il s’agissait d’un secret ».

Théo a cessé de combattre ses démons et ne veut plus être une victime bien au contraire les rôles vont s’inverser. Le jeune homme va irrémédiablement basculer du côté obscur de la force. Nous sommes ensuite amenés à faire connaissance avec le commissaire Dagger et sa vision pessimiste ou réelle du monde. Selon lui ce dernier « c’était assombri ces dernières années ».

Tout au long de ce Tigre obscur de Gilles Sebhan il nous faudra être des plus attentif et se méfier des apparences tout prendra sens à la fin. Ce thriller sombre proposé par les Éditions du Rouergue traite de sujets d’actualité comme : le harcèlement scolaire, l’homosexualité, la différence, le regard des autres.

Dagger a recueilli Ilyas considéré par les gens « comme un dégénéré ». Ainsi « il n’y avait rien de néfaste pour l’humanité que les normaux c’était la disgrâce absolue c’était la méchanceté et le manque d’imagination ». Son fils adoptif parle peu et à travers des phrases énigmatiques, mais faisant sens pour lui.

En arrière-plan plane le souvenir « du centre pour jeunes dégénérés » dont provient Ilyas. Comme le dit si bien Dappler « la maladie mentale semblait faire peur ». Ce lieu avait été créé par le docteur Tristan. Cet endroit est dédié à la protection de l’enfance. Il s’agit d’un héritage maudit si l’on peut dire. Dappler va croiser dans les ruines de ce lieu Stella l’ancienne secrétaire du docteur. Cette dernière désire lui remettre des documents concernant son fils.

Dans cette partie de Tigre obscur de Gilles Sebhan nous apprenons que Daggler c’était débarrassé des dossiers compromettants concernant les faits commis avant leur admission. Il voulait leur donner une seconde chance, les protéger. Cette dernière notion tient une place importante dans ce livre proposé par les Éditions du Rouergue. Elle va pousser à l’extrême certaines personnes.

De même nous apprenons que le docteur aimait s’entourer de souffre-douleur. Comme nous aurons l’occasion de le voir dans Tigre obscur de Gilles Sebhan les brimades, le harcèlement sont à cœur du sujet. Dans ce thriller proposé par les Éditions du Rouergue un tueur sadique va mettre à exécution une vengeance implacable suite à un élément déclencheur.

Les autres patients de cet établissement ont été éloignés de la ville. Dappler s’interroge sur ce qu’ils sont devenus sans pour autant avoir mené de recherche. De plus on découvre que l’adoption d’un enfant du centre psychiatrique a donné un coup à sa réputation. Ainsi que les rumeurs liées à son sombre passé dont en partie au scandale de sa naissance. Son passé est entouré de drame, de violence….

Nous apprenons qu’Ilyas est selon les dires de son père un enfant éternel. De plus comme nous l’avons précédemment abordé il a des problèmes de communication. Cependant tout dépend avec qui il interagit.

Ainsi il y a différentes façons d’interpréter ses propos qui ont parfois une consonance prophétique. Ilyas alterne entre mutisme et propos alambiqué. De même il est la cause de la séparation de Dappler et de sa femme. Cette dernière n’avait jamais pu le supporter. Elle le voyait comme la cause de son malheur.

Cependant ils ont décidé de tous se réunir pour le réveillon, car il est peut-être temps de « dépasser le traumatisme ». Ce moment sera l’occasion de retrouvailles « il est prêt à accepter de te revoir de ton côté j’imagine que tu peux faire l’effort de ne pas venir accompagner ».

Dans Tigre obscur de Gilles Sebhan les points de vue se succèdent. On note que certains sur une sorte de rapport de force : dominant dominé. Dont à travers la maîtresse de la mère de Théo qui associe domination et cruauté.

Ainsi elle a acheté la maison où son beau-fils a été séquestré par une folle qui s’est donné la mort devant lui. Elle aime le pouvoir, l’argent et nous apparaît étrangement comme l’un des personnages les plus antipathique.

Par opposition Anna nous apparaît fragile, soumise limite traumatisée ou tout au moins en souffrance. Personnage complexe comme la majorité de ceux au sein de ce livre proposé par les Éditions du Rouergue. Elle voue un amour désespéré à son fils.

Étonnamment Théo ne hait pas la maîtresse de sa mère car plus jeune « il avait senti dans son regard la connaissance de ce qu’il était réellement, c’est pourquoi il ne pouvait pas la haïr (…) car elle partageait son secret ».

Cette notion de rapport de force tient une place importante dans ce thriller. Elle tend à s’inverser tout au moins en partie pour le pire à travers une escalade de cruauté. Tout au long de Tigre obscur de Gilles Sebhan une menace plane sur les protagonistes, mais aussi l’ombre du tueur impitoyable Bauman auquel ils ont été précédemment confrontés.

Peu à peu dans ce livre proposé par les Éditions du Rouergue Théo va laisser la bête sortir. Une fois qu’il aura sauté le pas Théo ne pourra pas faire machine arrière. Il est souvent fait référence au tigre qui se cache en son sein.

Ainsi « ils approfondissaient ses connaissances. Dans les grands amphis des spécialistes venaient faire des conférences et il s’en délectait. Le tigre en lui s’en nourrissait ». De même « il détestait perdre le contrôle lorsque sa vigilance baissait le tigre en risquait de surgir ».

Théo a la sensation qu’il ne sortira jamais de cette malédiction qui semble suivre sa famille. Bien qu’il s’est réinventé une enveloppe charnelle dont les muscles sont comme des cordages, son souhait étant de ressembler à une machine. Il se sent trop humain. Selon lui les sentiments sont une faiblesse.

Cependant bien que Théo se réinvente une part de son ancienne vie persiste. Le jeune homme est hanté par un de ses démons du passé qui a fait sa réapparition des plus remarquée. Théo ressent des sentiments ambivalents envers lui entre amour, désir et haine.

Dans Tigre obscur de Gilles Sebhan comme nous l’avons déjà remarqué les points de vue s’enchaînent. Nous sommes ainsi amenés à voir l’action du point de vue du journaliste qui avait écrit 15 ans plutôt un article sur le lieutenant Dagger dont le fils venait de ressurgir après son enlèvement.

Le succès ne lui avait pas réussi bien au contraire il a pris beaucoup de poids et son hypocondrie ne cesse d’augmenter. En manque d’inspiration il cherche le sujet pour écrire un vrai livre. D’où sa venue dans ce lieu.

Son attention va être captivée par un sujet en particulier. Plus qu’investi dans l’affaire il va mener sa propre enquête et se révéler être un enquêteur digne de ce nom. Cependant tout comme Dappler maintenant devenu commissaire, il va découvrir que toutes les vérités ne sont pas bonnes à être déterrées ou connues.

Un crime atroce a lieu et semble ne marquer que le début d’une série. Nous aurons l’occasion d’assister à cette scène du point de vue du tueur, mais aussi tout au moins en partie de la victime. Le mobile de cet assassinat sadique rejoint l’idée de vengeance qui sous-tend ce thriller proposé par les Éditions du Rouergue.

Cependant ce n’est pas l’unique mobile. Le tueur à l’utopie de rendre le monde vivable pour ceux qui souffraient, mais ses méthodes sont des plus extrême. De même, elles semblent limite le placer à l’égale de ses anciens bourreaux voire pire. Car comme il le dit si bien « on ne peut échapper à la loi des représailles ».

L’intrigue de Tigre obscur de Gilles Sebhan est des plus captivante et mené » tambour battant. Mais surtout elle comporte de multiples pistes, indices à décrypter ou à interpréter et ce jusqu’au rebondissement final. Ce dernier semble riche de promesse et peut être présager une suite.

Toutes les vérités ne sont pas bonnes à entendre c’est ce que vont découvrir à leurs risques  et périls les protagonistes de Tigre obscur de Gilles Sebhan

Tigre obscur de Gilles Sebhan. Éditions du Rouergue. Prix : 18 €

Pour plus d’info : https://www.lerouergue.com/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam