Culture

Dès le 14 octobre, suivez avec passion un homme qui ne veut pas renoncer à ses rêves avec le documentaire No Way

No Way documentaire de Ton Van Zantvoort
No Way un film de Ton Van Zantvoort

Stijn, berger de son métier, ne veut pas abandonner sa vocation : mener une vie simple, dans un grand espace synonyme pour lui de liberté. Stijn est prêt à tout pour arriver à ses fins.

Heureusement, dans cette lutte, il n’est pas seul.

Emouvant. Captivant voire poétique. Voici les termes qui caractérisent le mieux ce documentaire de Tan Van Zantvoort. No Way c’est le leitmotiv, le cri de guerre de Stijn Hilgers. Un homme simple qui n’est pas prêt à renoncer à ses rêves, ni à changer de vie. La profession de berger semble être en danger aux Pays-Bas.

Dans ce documentaire distribué par La Grande Distribution et Juste Doc, nous suivons avec passion Stijn Hilgers dans sa lutte de tous les jours. Nous ne pouvons que ressentir de l’empathie pour cet homme dont l’idéal, les rêves sont mis à mal par les lois du marché, la concurrence déloyale….

Tan Van Zantvoort avec No Way nous offre une œuvre magnifique avec des images d’une rare beauté, des plus picturales voire poétiques mettant en valeur le sujet, mais surtout subjuguant notre regard.

Ce documentaire s’ouvre dans un premier temps sur un splendide paysage, la Lande, envahie par la brume sur fond de lever du soleil. Cette image proche d’une photographie instaure un côté presque irréel à ce lieu où les moutons de Stijn broutent. On peut citer comme autres plans des plus poétiques, une vue de nuit où tout est plongé dans le noir les seules choses qui ressortent le troupeau et la voiture de Stijn, une vue aérienne où les moutons évoluent gracieusement autour d’une vache….

Tout débute dans No Way dans une ambiance paisible, nous faisons ensuite connaissance avec le personnage principal de ce documentaire Stijn. Il est assoupli dans un sac de couchage en travers d’un chemin ou d’une route. En fond sonore, on peut entendre le chant des oiseaux.

La beauté des plans de ce documentaire est souvent à couper le souffle, nous voyons dans une vue d’ensemble Stijn et son troupeau avec comme toile de fond la Lande nimbée de brume, la forêt et bien sûr le lever de soleil.

La caméra se rapproche et nous fait voir la scène sous plusieurs angles avant de se focaliser sur Stijn. Ce dernier nous introduit le sujet « mes choix une vie simple (…) enfin je le croyais », puis le titre apparait. Cette phrase va titiller la curiosité, l’intérêt du spectateur qui va être amené à découvrir la vie de Stijn ainsi que son dur métier : berger.

Différents aspects de son travail nous sont présentés. L’homme nous apparaît de suite sympathique. Stijn partage avec nous sa passion, ce qui fait que de suite nous sommes captivés par l’histoire. Nous retrouvons ensuite dans No Way tout au moins un court instant un superbe plan de la Lande vide, la quiétude est rompue par un coup de téléphone. Le sublime paysage est encore mis en avant.

Dans No Way distribué par La Grande Distribution et Juste Doc, nous voyons une succession de plans des plus attendrissants dont : un bébé agneau qui a élu domicile chez Stijn et sa famille, il  porte une couche et est nourri au biberon. Nous faisons ensuite connaissance avec Anna, sa femme, et ses enfants Artuur et Midas.  

No Way de Tan Van Zantvoort. Documentaire
No Way de Tan Van Zantvoort

Plusieurs scènes de ce documentaire sont des plus touchantes, nous assistons aussi à des scènes de vie. Nous découvrons qu’Anna a étudié l’agriculture, elle ne connaissait rien à l’élevage. Anna est venue découvrir ce milieu et est tombée amoureuse de Stijn, car entre autres tous deux ont la même passion. A la ferme, elle s’occupe des tâches plus terre à terre : compta, paperasse….

Stijn explique à un de ses fils, pour le motiver à manger, que pour devenir berger « il doit être grand et fort ». Nous pouvons observer plusieurs scènes de complicité des plus émouvantes où les petits aident Stijn à leur niveau surtout Midas. Il veut faire comme lui. Selon Stjin l’un des avantages de ce métier est de partager du temps avec ses enfants.

Tan Van Zantvoort nous livre dans No Way une vision sans filtre de la dure condition des bergers aux Pays-Bas. Le réalisateur de ce documentaire nous amène à suivre plus particulièrement le combat d’un homme Stijn Hilgers qui n’est pas prêt à renoncer à ses rêves, sa passion. Même si par moment tout semble se liguer contre lui et tendre à ce qu’il change de profession ou de style de vie, mais pour lui pas moyen (No Way).

Stijn espère avoir un contrat pour le printemps. Nous découvrons grâce à ce documentaire proposé par La Grande Distribution et Juste Doc, la précarité de ce métier rien n’est assuré avant janvier. En arrière-plan durant ce passage une pelleteuse : concurrent direct et moderne des moutons.

Nous apprenons que cela fait 7ans que Stijn et les siens ont un contrat avec un client en particulier, mais cette année rien n’est sûr. Ils vont se réunir pour faire le point. Durant ce meeting nous avons l’impression limite que le couple dépense plus qu’il ne gagne. Le client fait observer que les pelleteuses sont plus efficaces, ont un meilleur rendement lui permettant d’atteindre plus facilement ses objectifs. Stjin et l’homme qui l’accompagne font observer qu’à long terme cette solution n’aura pas uniquement des côtés positifs. Leur client veut trouver un juste milieu, tout en remarquant que cette année sera plus difficile, car il n’a plus de subventions.

La caméra multiplie les angles de prise de vue durant la réunion, afin de nous montrer les différents interlocuteurs et leurs réactions. Cette façon de filmer nous fait ressentir de l’empathie par Stjin et Anna. Cette dernière finit par observer désabusée « on peut aussi arrêter, tout vendre, prendre un nouveau travail », elle insiste en disant « si on garde le troupeau, on risque la faillite ». No Way, pas moyen pour Stjin qui reste sur sa position et ne veut pas renoncer à sa passion, sa vocation.

Tan Van Zantvoort retranscrit la succession des saisons dans ce documentaire avec d’une grande beauté, d’une grande poésie, la brume à tout envahit, la neige recouvre tout on discerne à grande peine les moutons sur le paysage enneigé, les arbres se parent des couleurs de l’automne…

Nous faisons ensuite connaissance dans ce documentaire avec un autre personnage central qui gravite autour de Stijn à la fois un collègue voire un ami de ce dernier. Il témoigne de son expérience « il a travaillé 6 mois avec les moutons », « Stijn m’a aidé même s’il ne l’a pas fait sciemment ». Cet homme nous apprend que précédemment comme beaucoup de gens il avait des addictions, mais que cela s’est arrangé « peut-être grâce aux moutons ou peut être grâce à Stjin qui sait ».

Ce passage est un bel hommage, un beau témoignage d’une amitié ou tout au moins il témoigne à Stjin sa reconnaissance. Il nous dit qu’il n’est pas le seul à avoir vue sa vie changer en travaillant avec Stjin. Nous apprenons toujours grâce à ce même homme que maintenant il est difficile de vendre de l’agneau au Pays-Bas.

Le sujet de No Way distribué par La Grande Distribution et Juste Doc peut sembler au premier abord peu palpitant, mais il n’en est rien. Ce documentaire ainsi que son intrigue se révéleront des plus envoûtant, des plus entraînant de part la poésie des images, mais surtout de part Stjin lui-même et les siens.

Cet homme dont la passion, le moteur de sa vie est menacé, arrive à nous faire partager sa passion. On ne peut que ressentir de l’empathie pour lui. Stjin se confie à la caméra et par son intermédiaire à nous « c’est la seule chose que je sais faire, j’ai 40 ans, j’ai 500 moutons et c’est ce que je veux continuer à faire » pour lui s’il venait à changer de profession cela équivaudrait à un échec. Stjin a « toujours voulu vivre de la terre, sans faire de mal à personne », il veut vivre sa vie et être indépendant.

Tout au long de No Way, Stjin lutte de toutes ses forces pour arriver à ses fins. Il multiplie les actions dont une interview radio durant laquelle nous apprenons « que le secteur est dans le rouge », « la gravité de la situation, après 6 ans nous voyons 70 % de nos revenus s’évaporer », « les propriétaires choisissent des méthodes efficaces et bon marché en privilégiant une machine plutôt qu’un troupeau de moutons ». Ils vont jusqu’à employer des bergers polonais.

Au fur et à mesure de No Way, nous sommes témoins des embûches qui se dressent en travers du chemin de Stijn Hilgers. Ainsi quand il veut construire un abri sur son terrain pour protéger ses bêtes, on entend en voix-off dans ce qui semble être une conversation téléphonique « cet abri qu’ils ont construit, on ne peut tolérer ça ». Stijn reçoit de plus une lettre officielle à ce sujet.

Pour lui et l’homme avec lui c’est une chasse aux sorcières, les relations ont toujours été mauvaise avec les régisseurs. Cela nous est confirmé de suite toujours en off « Si Stijn continu à se battre contre le système, il ferait mieux d’abandonner », mais pour Stjin pas moyen, il ne compte pas baisser les armes. Durant No Way vous serez amené à côtoyer d’autres personnes qui gravitent autour de lui dont ses parents qui font observer « il y a toujours un problème ».

Dans ce documentaire proposé par La Grande Distribution et Juste Doc, nous voyons que Stjin et les autres bergers sont parfois confrontés à des réactions parfois négatives, virulentes semblant parfois démesurées que je vous laisse découvrir de vous-même durant No Way. Celles si minent parfois Stjin, mais heureusement il y aussi des réactions positives.

No Way de Tan Van Zantvoortnous amène à suivre les démarches de Stijn et des autres bergers pour arriver à améliorer leur condition. On assiste ainsi tout au moins en partie à une commission durant laquelle on apprend avec surprise que seul 20% de leur lande est broutée par des moutons contre 80% en Allemagne.

Trahison, concurrence déloyale et autres embûches sont malheureusement monnaie courante pour Stjin. Il tente de tenir bon va à des événements en organise lui-même, devient traiteur si besoin est même si normalement cela lui est interdit, car parfois il faut louvoyer pour survivre et continuer à vivre son rêve.

Emboiter le pas de Stijn Higers dans son combat pour continuer à suivre sa voie dans No Way de Tan Van Zantvoort

No Way documentaire de Tan Van Zantvoort distribué par La Grande Distribution et Juste Doc. Avec Stjin Hilgers, Anna, leurs enfants Midas et Artuur, Tim,  Martin… Durée: 81min.

Sortie le 14 octobre 2020

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam