Culture

Du 8 au 10 octobre 2010, la Cinémathèque française vous présente la vision de l’adolescent américain à travers l’objectif de Larry Clark

Cette rétrospective des œuvres de Larry Clark est organisée à l’occasion de l’exposition de ses œuvres photographiques aux Musée d’Art Moderne de Paris «Larry Clark Kiss the past hello».

La Cinémathèque française accueillera Larry Clark et remontrera l’intégralité de ses oeuvres des plus controversées, pour certaines dans des versions non censurées inédites en France. Vous pourrez découvrir ou redécouvrir des films tels que Bully et Wassup Rockers.

Attention, ces œuvres ne sont pas destinées à tous les publics, il vous faudra vérifier à quel type de spectateur elles conviennent. L’ouverture de cette rétrospective se fera le vendredi 8 octobre à 20h en présence de Larry Clark.

Sexualité, violence, nudité, meurtre. Voici quelques uns des termes qui caractérisent le mieux l’univers de Larry Clark, ses films se concentrent sur les adolescents américains, leurs univers que nous apercevons sans filtres. La réalité nous est montrée de façon abrupte sans nous ménager, nous plongeant dans un univers infernal parfaitement illustré dans Another day in Paradise. Contrairement à ce que pourrait-nous laissé penser le titre, nous observons la descente aux enfers et la déchéance de deux adolescents.

Larry Clark repousse tous les tabous ou plutôt les expose, il n’y a pas de faux semblant dans ces films que l’on peut qualifié d’anti-teen-movie, la naïveté et la romance surannée en étant absentes.

Les œuvres de Larry Clark semblent mettre en garde les spectateurs contre les clichés présents dans les films, la publicité,….. Toutes les petites failles normalement cachées et atténuées sont exposées de façon directe devant nos yeux.

La famille est une illusion ou plutôt un trou noir où l’adolescent à défaut de trouver un abri ou du secours se retrouve prisonnier où risque de déraper. Les parents où les figures parentales sont loin de montrer l’exemple: parents fantomatiques, incestueux, junky. Ils sont gouvernés par leurs instincts. Loin d’être une promesse de réussite ou d’amélioration l’âge adulte semble être dans la continuité de l’adolescence, sans trace d’une promesse de rédemption, mais plutôt teinté de déchéance.

Les œuvres très controversées de Larry Clark ont souvent été censurée, car il va plus loin dans la figuration du sexe raconter un fantasme, la perte de la virginité est récurrents dans ces films.

Cet aspect sulfureux trouve un pendant à travers la vision du corps vue dans tous ses états ainsi que dans la vision sans illusion des adolescents américains. Vous retrouverez souvent la perte de l’innocence, des adolescents en dérives, le basculement vers le drame, les jeux cruels. Bref, tous les aspects d’une jeunesse non pas sucrée et innocente, mais confrontée aux violences et désillusions de la vie qui les font inexorablement basculer.

Larry Clark utilise un regard sensuel, chaleureux, âpre, crue pour nous montrer cet univers. Cette façon de filmer entraîne souvent de l’empathie si ce n’est pas de l’identification. Par exemple, dans Bully ont voit très bien que dans ce groupe de jeunes tourmentés par leur chef l’un d’entre eux au moins va craquer.

Ces films répondent à l’objectif de Larry Clark. Il veut que «les adolescents (américains principalement) se reconnaissent» en voyant ses films, selon lui les «films mettant en scène des adolescents ne sont pas forcément des comédies idiotes». Pour comprendre un peu mieux sa vision du cinéma et sa façon de filmer la réalité, la Cinémathèque française vous propose une Leçon de cinéma «Clark par Clark» le samedi 9 octobre à 17 heures après la projection du film Ken Park (à 14h30). Ce débat sera animé par Matthieu Orlean. Ce même jour à partir de 18h30, les fans inconditionnels auront la possibilité d’assister à une rencontre dédicace avec Larry Clark dans la librairie de la Cinémathèque.

Faîtes connaissance avec l’univers sans artifices et cruel de l’adolescence américaine à travers les films de Larry Clark. Découvrez ou redécouvrez les œuvres de ce cinéaste controversé, mais attention ses œuvres ne sont pas à mettrent entre toutes les mains.

Cinémathèque française, Musée du cinéma, 51 rue de Bercy, 5012 Paris. Horaires d’ouvertures du lundi au samedi de 12h à 1h, le dimanche de 10h à 20h, fermeture le mardi.

Pour plus d’information: www.cinematheque.fr

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam