Culture

Faites connaissance avec l’Étonnante famille Appenzell grâce à Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe

Couverture L’Étonnante famille Appenzell de Sébastion Pérez et Benjamin Lacombe. Editions Margot
L’Étonnante famille Appenzell de Sébastion Pérez et Benjamin Lacombe. Editions Margot

Victoria Appenzell a reçu en héritage de sa grand-mère une boite remplie de photographies et de lettres. Cela afin qu’elle fasse connaissance avec ses ancêtres.

Après un travail de longue haleine Victoria nous dresse le portrait de sa famille des plus étonnantes les Appenzell.

Étrange. Féerique. Onirique. Captivant. Voici les termes qui caractérisent le mieux L’Étonnante famille Appenzell proposée par les Éditions Margot. L’image de couverture prend la forme d’une photo de famille des plus surprenante. Une jeune femme d’une grande beauté vêtue d’une somptueuse robe illumine cette image. À notre plus grand étonnement, nous découvrons sur son front des bois de cerf autour des quels volent des papillons.

Elle est entourée par des enfants. Appuyée contre elle, nous pouvons apercevoir une petite fille avec un seul œil sorte de cyclope, à ses côtés se trouve un petit garçon avec des excroissances sur tout le corps. On peut aussi voir une adolescente avec des antennes sur la tête, un original à l’étrange visage. Et pour finir en arrière-plan, un jeune homme au sombre visage qui n’est pas sans nous rappeler Edward aux mains d’argent. Aux pieds de cette belle dame et des siens nous pouvons observer : un chat cyclope, un chien à deux têtes et un bébé sirène qui joue avec un chien avec plusieurs yeux.

Cette illustration rappelle les photos sépia. Il s’agit du portrait de L’Étonnante famille Appenzell. Préparez-vous à pénétrer au cœur de l’étrange. Oubliez tout ce que vous connaissez et laissez-vous émouvoir par cette famille hors du commun. Le livre de Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe s’ouvre sur une double page des plus colorée où l’on peut voir un amas de cellules avec par endroit des yeux.

En introduction de L’Étonnante famille Appenzell une citation de Victor Hugo donne le ton « le prodige et le monstre ont les mêmes racines ». En dessous, l’on peut voir l’un des étranges animaux de compagnie de la famille Appenzell : un bébé crocodile qui porte un ruban rose autour du cou.

L’Étonnante famille Appenzell est avant tout une ode à la différence comme le soulignent si bien les deux créateurs de cette petite merveille Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe dans leur dédicace « A nos familles, à tous ceux qui ont été opprimés en raison de leur différence, de leur préférence ou de leur naissance ». Ce bel ouvrage proposé par les Éditions Margot m’a fait penser à Freaks la Monstrueuse parade de Todd Browning. Tous deux nous font connaître d’étranges personnages, mais nous font surtout nous interroger sur la véritable nature des monstres qui ne sont pas ceux que l’on pourrait croire.

L’Étonnante famille Appenzell de Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe nous invite à faire connaissance avec une famille des plus attachantes. Tout commence par une illustration rappelant comme toutes les autres le style des photos sépia, cela grâce au brio de Benjamin Lacombe. Nous y découvrons une famille apparemment normale qui pose devant leur demeure. Elle se compose d’un couple et de leurs trois enfants. L’un d’eux porte une étrange cagoule qui dissimule son visage.

Nous venons de rencontrer les ancêtres de L’Étonnante famille Appenzell. Le premier chapitre intitulé les Banquiers Appenzell se centre sur eux. Dans un plan plus large, nous pouvons observer la photo en entier, dont l’hôtel Appenzell dans toute sa splendeur. Nous apprenons que dans cette éminente famille, ils étaient banquiers de père en fils.

L’intrigue de cette Étonnante famille Appenzell commence par se concentrer sur un personnage en particulier l’attachant petit Charles aveugle jusqu’à l’âge de 10ans. Selon lui, son handicap lui aurait appris à voir la vraie nature des gens. Charles arrivait à voir au-delà des apparences. Benjamin Lacombe et Sébastien Pérez nous dressent le portrait de ce personnage attachant patriarche de L’Étonnante famille Appenzell.

Chose étonnante à 9 ans, Charles est défiguré par une branche de rosier. Ses parents Arthur et Adele dont eux peut juger la réaction excessive l’obligent à porter un masque afin de cacher ses cicatrices. Ses dernières ne devaient pas être si effrayantes, sauf pour une famille où seules les apparences et le paraître compte. Il n’est pas question que ce pauvre enfant quitte l’imposante demeure ou apparaisse sans son masque. Nous ne pouvons que ressentir de l’empathie pour cet être marginalisé par sa famille par pure superficialité. A 17 ans, il prend la poudre d’escampette et se rend en douce à un cirque. Charles y tombe sous le charme de la belle Bérénice Béguin.

L’Étonnante famille Appenzell proposé par les Éditions Margot donne la part belle aux magnifiques illustrations de Benjamin Lacombe à l’esthétique féerique, onirique, mais surtout un tantinet gothique. Ces splendides dessins donnent corps à la trame de l’histoire créée par Sébastien Pérez. Nous pouvons ainsi observer pour notre plus grands plaisir les portraits en miroir des deux amoureux. D’un côté le jeune Charles en 1873 vêtu d’habits des plus élégants une cagoule sorte de patchwork de tissus lui couvre le visage. De l ‘autre Bérénice Beguin qui porte bien son nom avec son long et gracieux cou de cygne. Les parents de Charles comme l’on pouvait s’en douter voient d’en mauvais œil cette union. Ils sont donc contraints de partir et de mener une vie de bohème.

L’Étonnante famille Appenzell de Benjamin Lacombe et Sébastien Perez proposé par les Éditions Margot peut-être vue comme un conte de fée moderne. Il s’adresse à tous et à toutes avec sa douce poésie gothique, mais surtout et avant tout c’est une histoire de tolérance. Accepter la différence, ne pas s’arrêter aux apparences. Vous serez amené à faire connaissance avec une galerie de portraits de personnages tous plus surprenants les uns que les autres, mais surtout attachants. Ils ne vous laisseront pas de glace certains d’entre eux ont pris part à l’histoire.

Nous apercevons ensuite dans le chapitre 2 de L’Étonnante famille Appenzell proposée par les Éditions Margot notre cher Charles et Bérénice plus âgés. Ils prennent la pause devant un chariot de forain. Charles nous apparaît toujours masqué. Nous ne verrons pas son visage de tout cet ouvrage. Bérénice est enceinte. Loin de la pression parentale, ils se complaisent dans cette vie de bohème.

De leur union va naître la magnifique Eugenie tendre enfant au teint de porcelaine. Elle ramènera d’une promenade dans les marais son premier animal de compagnie  Son apparente normalité attise l’intérêt des parents de Charles, mais ce dernier préfère rester avec les forains auprès de qui il a trouvé une famille aimante.

Au chapitre 3 L’Étonnante famille Appenzell prend la pause devant le manoir familial on y retrouve entre autres Charles toujours masqué la barbe plus longue. Ainsi qu’un homme élégamment vêtu à tête de chien. A l’adolescence Eugenie se révèle dans toute sa beauté. Des bois de cerf commencent à pousser sur sa tête. Elle est entourée d’un halo lumineux et escortée de papillons. Nous devinons qu’il s’agit de la superbe femme que nous avons pu voir entourée des siens sur la couverture de ce livre proposé par les Éditions Margot.

Tout au long de L’Étonnante famille Appenzell nous seront amené à faire connaissance avec toute une galerie de personnages extraordinaires. Sébastien Pérez et Benjamin Lacombe signent une œuvre émouvante accessible à tous et assaisonnée d’une bonne touche d’humour. Soyez attentif vous pourrez au cours de votre lecture observer des références cinématographiques.

L’Étonnante famille Appenzell s’adresse aussi bien aux petits qu’aux grands. Pour ma part, je l’ai lu d’une traite. Vous pourrez consacrer la lecture de cet ouvrage proposé par les Éditions Margot a la lecture du soir avant de mettre vos petits au lit et de passer un moment privilégier avec eux.

Pénétrez au sein d’un foyer aimant et étrange avec l’Étonnante famille Appenzell de Benjamin Lacombe et Sébastien Pérez

L’Étonnante famille Appenzell Illustrations : Benjamin Lacombe. Histoire de Sébastien Pérez. Éditions Margot. Prix : 19,90 €

Pour plus d’info : https://www.editions-margot.com/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam