Culture

Faites connaissance avec Rayna une jeune fille pleine d’imagination ainsi qu’avec sa famille dans Sister

Sister de Svetla Tsotsorkova. Tamasa Distribution
Sister de Svetla Tsotsorkova. Tamasa Distribution

Rayna est une jeune fille au visage d’ange, mais surtout au tempérament explosif qui a tendance à enjoliver les choses.  Avec sa mère et sa sœur, elle tente de survivre en vendant sur le bord de la route des figurines en argile qu’elles créent.

La routine, l’ennui, le mal-être et surtout la propension aux mensonges de Rayna vont mettre à mal la fragilité de leur existence…

Émouvant. Captivant. Voici les termes qui caractérisent le mieux Sister de Svetla Tsotsorkova distribué par Tamasa Distribution. Ce film riche en émotions, nous dresse le portrait de 3 femmes : une mère et ses deux filles (Rayna, Kamélia) ainsi que de Miro le petit ami de Kamélia. Des personnages qui peuvent sembler brisés plus ou moins par la vie.

Le début de Sister distribué par Tamasa Distribution donne le ton. On y voit Rayna qui nous apparaît comme le personnage principal en plan large, derrière elle en arrière-plan on peut apercevoir des étagères croulant sous le poids de statuettes.

Rayna excelle dans son art et raconte des mensonges énormes à ses potentiels clients. Nous assistons à une succession de plans mettant en scène différents acquéreurs. Pour les amadouer Rayna souligne qu’elle est seule, toute seule, qu’elle vie seule. Ses mensonges portent leurs fruits, car la majorité ont une statuette entre leurs mains.

Dans les plans sur Rayna, on voit une jeune fille au visage d’ange. Elle semble assez distanciée sur les histoires qu’elle raconte. Rayna débite de façon mécanique ses boniments, ses yeux sont perdus dans le vague. Elle énonce froidement ses mensonges donnant presque l’idée qu’elle récite par cœur. Cela a bien marché, Rayna s’en sort avec un gros billet, elle va dans une bijouterie et s’achète un collier.

On entend enfin son nom crié ce qui semble la ramener à la réalité. Nous venons de faire connaissance avec le personnage principal ou tout au moins l’un des personnages centraux de Sister de Svetla Tsotsorkova.

Ce cri semble la ramener à la réalité, une réalité routinière. Sister distribué par Tamasa Distribution enchaîne sur un plan qui nous introduit le reste de la famille de Rayna. On voit une femme qu’on devine être sa mère, Rayna apparaît en arrière-plan. Nous faisons ensuite connaissance avec sa sœur.

Rayna dans Sister de Svetla Tsotsorkova nous est présentée comme un personnage complexe. Elle semble enfermée dans la routine de sa vie, désabusée. Les journées des 3 femmes sont dictées par le même rythme ponctuées par le rude travail de l’argile: de sa récolte, à sa mise en forme en passant par la sculpture et la peinture des figurines.

Dans Sister distribué par Tamasa Distribution, bien qu’elle ait une propension à l’exagération, aux mensonges Rayna ne nous semble pas antipathique loin de là. Elle cherche à fuir cette vie qui semble courue d’avance. Rayna paraît être le vilain petit canard de sa famille, nous semble en mal d’amour.

Quand lors d’une de ses divagations, elle raconte qu’un client lui a proposé de partir avec lui. Rayna demande à sa sœur si elle lui manquerait, cette dernière lui répond non. C’est une réponse désuète dite à une personne en mal d’amour, en quête de son identité qui cherche la reconnaissance ou à défaut l’affrontement.

C’est le plus souvent cette dernière partie qui prévaut. Nous assistons à de multiples confrontations dont avec un client auquel Rayna dit « Jeune ou non des idiots sont des idiots ». Sa mère la force à lui présenter ses excuses. Elles se rendent chez lui, on assiste à un jeu de regard entre Rayna et le client. La mère celle-ci la met en garde c’est un ancien policier qui a gardé des relations et pourrait influencer la mairie pour qu’elles n’aient plus leur permis.

Sister de Svetla Tsotsorkova nous plonge dans un drame humain, une histoire émouvante d’êtres brisés, complexes, mais surtout souvent attendrissants. La routine des journées de travail est soulignée dans ce film où parfois les scènes se succèdent plus ou moins identiques pour nous faire partager l’état d’esprit des personnages.

Dans Sister, nous sommes ensuite amenés à faire connaissance avec un autre personnage clé : Miro le copain de Kamélia. Rayna nous apparaît toujours sous le signe de l’affrontement. Quand Miro klaxonne, elle lui tourne le dos, mais trouve quand même le moyen de lui faire des doigts d’honneur. Il vient chercher la sœur de Rayna.

Miro travail dans un garage ses affaires ne sont pas tout à fait l’égale. Il efface certains numéros de séries. Son surnom n’est pas des plus flatteurs Miro le croquemort. Bien que bourru et rustre, tout comme les autres personnages, il se révèle plus complexe, plus attachant qu’on aurait pu le juger au premier regard.

Dans le garage de Miro, une fois en sa présence Rayna cherche de nouveau l’affrontement. Ce dernier finit par lui chanter une chanson des plus insultante, blessante. Elle reviendra plusieurs fois dans le film, comme des coups de poignards dans son cœur, sa vision d’elle-même.

S’ensuit comme souvent une dispute Rayna nous apparaît souvent comme un élément perturbateur qui déclenche des crises. Peut-être est-ce sa façon de coller à l’image que les gens se font d’elle ? « Menteuse, vipère… », « tu sais ma sœur est folle », Rayna est aussi souvent traité d’idiote.

Sister distribué par Tamasa Distribution sait aussi jouer sur notre corde sensible en nous montrant des passages émouvants. Kamelia finit par prendre la défense de sa sœur et partir en claquant la porte tout en insultant son cher et tendre enfin si on peut dire. Toutes deux voyagent à l’arrière du pick-up de leur mère en se tenant par la main dans un rare moment de complicité. Dans une scène se déroulant dans la chambre que les deux filles partagent, Rayna fait un constat qui semble coller à son image de vilain petit canard. Elle fait part de ses pensées à sa sœur Kamélia est très chanceuse tandis qu’elle qui s’appelle Rayna n’a que des malheurs. Cette dernière rêvasse à un avenir meilleur, sa sœur finit par lui dire « je ne sais pas de qui tu tiens ». La figure du père est ici absente ou tout au moins inconnue.

Rayna comme souvent dans Sister de Svetla Tsotsorkova observe de loin, la vie des autres. Elle semble rejetée de par ses mensonges et son fort caractère qui ne l’aident pas. Rayna nous apparaît toujours en train de chercher le conflit et semble de plus en plus blasée, lointaine.

Miro vient de nouveau chercher Kamélia. Cette dernière est partie aider leur mère pour livrer les magasins. Seule Rayna est présente. Miro finit par entrer dans les locaux. Rayna lui assène une série de mensonges des plus décousus dit toujours de façon froide voire plutôt énoncer. Selon elle, Kamélia serait partie avec un bel Italien qui est bien sûr un meilleur amant. Il finit par la traiter de petite merdeuse et tous briser dans le magasin.

Rayna semble avoir dépassé les bornes et à forces d’horribles mensonges avoir brisé le fragile équilibre de leur famille. Mais Rayna se révèle plus complexe, car même si elle semble coller à sa réputation de garce, d’idiote. Rayna cache une part de sensibilité que peu connaisse.

Tout au long de Sister de Svetla Tsotsorkova elle raconte son lot de mensonges de plus en plus énormes allant jusqu’à entraîner une scission dans sa famille. Même si au début sa mère ne mord pas « tu es folle, tu arrives à croire à. Tes bobards ». On peut être tenté de se poser la même question. Sa mère lui demande « comment es-tu devenue une telle trainée ? », « Te tuer ne suffirais pas » quand Rayna lui dit qu’elle est son enfant, celle-ci lui répond « tu n’es pas une enfant tu es un monstre ». Chasser par les siens Rayna va trouver un allié étonnant afin de remettre de l’ordre dans sa vie et dans celle de ceux qu’elle a blessé.

Sister distribué par Tamasa Distribution est un film attendrissant, émouvant parfois drôle qui ne vous laissera pas insensible. On suit avec passion, l’histoire de ses 4 personnages complexes et tourmentés.

On rentre facilement dans l’histoire, parfois les mensonges abracadabrants de Rayna peuvent nous sembler un peu long, cela est peut-être à dessein, mais cela n’enlève en rien à la qualité de ce film.

Suivez avec passion la vie d’une famille aux prises avec les mensonges de l’une des leur dans Sister de Svetla Tsotsorkova

Sister de Svetla Tsotsorkova Avec Monika Naydenova…. Tamasa Distribution

Durée : 1h38

Sortie en salle : 7 Octobre 2020

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam