Culture

Faites plus ample connaissance avec l’agent 007 grâce à Bond la légende en 25 films de Guillaume Evin

Bond la Légende en 25 films de Guillaume Evin. Editions  Hugo Doc. Photo: Philippe Lim
Bond la Légende en 25 films de Guillaume Evin. Editions Hugo Doc. Photo: Philippe Lim

Captivant. Enrichissant. Voici les termes qui caractérisent le mieux cette véritable Bible consacrée à 007. Plus particulièrement à l’intégralité de ses aventures cinématographiques. Nous devons cet ouvrage proposé par les Editions Hugo Doc à Guillaume Evin le spécialiste français du phénomène James Bond.

Bond la légende en 25 films décrypte dans les moindre détails le mythique agent 007. A travers ce livre proposé par les Editions Hugo Doc vous aurez l’occasion de découvrir que tout comme les diamants James Bond est éternel. « Il demeure à jamais cette figure fantasmée que les hommes rêvent d’être et que les femmes rêvent d’avoir ».

A ce jour, la saga James Bond fait montre d’une incroyable longévité. Elle compte 25 films en 58 ans. Guillaume Evin avec son ouvrage proposé par les Editions Hugo Doc nous lire une petite merveille qui comblera tout autant les fans de 007, tout autant que les cinéphiles.

Bond la légende en 25 films est l’ouvrage de référence véritable Bible sur le sujet. Guillaume Evin y analyse en détails ces œuvres tout en nous livrant des informations inédites. Dans cet ouvrage proposé par les Editions Hugo Doc, nous partageons la passion de l’auteur. Le mythique 007 et ses films n’auront bientôt plus de secrets pour vous.

Tout commence en 1962. Cette saga est à ce jour le plus grand succès de toute l’histoire du cinéma. Chose des plus surprenante même devant Star Wars. Grâce à Guillaume Evin vous apprendrez dans Bond en 25 films que la saga c’est affranchi de la trame littéraire de son personnage principal.

Maintenant seuls les titres des films consacrés à 007 renvoient encore parfois à l’univers de Ian Fleming. Ainsi « Goldeneye renvoi au nom de sa maison en Jamaïque ». De même certains se référent à

Maintenant seuls les titres des films consacrés à 007 renvoient encore parfois à l’univers de Ian Fleming. Ainsi « Goldeneye renvoi au nom de sa maison en Jamaïque ». De même certains se référent à « certains de ses romans Casino royal ou bien à certains passages de ses écrits Quantum of Solace dans une de ses nouvelles des années 60 ».

certains de ses romans Casino royal ou bien à certains passages de ses écrits Quantum of Solace dans une de ses nouvelles des années 60 ».

Dans un premier temps, dans cet ouvrage proposé par les Editions Hugo Doc, l’auteur nous donne les clefs d’un film de Bond. A chaque nouvelle aventure ils « essayent de respecter les fondamentaux tout en les transgressant un peu ». Ainsi « un film de Bond doit être à la fois similaire et toujours un peu différent sans l’être tout à fait.

Car les 007 ne sont jamais que les déclinaisons de rites (face à face/Bond méchant, rencontre Bond/M,…) et de gimmicks immuables (My name is bond… James Bond, le thème musical de James Bond…) Réagencé sans cesse dans un écrin chatoyant (décor somptueux, site paradisiaque, cascades inédites…). Surprendre les bondophiles, rassurer les bondolatres et peut-être convertir les bondophages tel est le credo des deux têtes pensantes d’Eon production Barbara Broccoli et Michael G. Wilson fille et fils adoptif du coproducteur historique Cubby ».

Tout au long de ce voyage en 25 étapes au cœur du mythique univers de 007, je suis allée pour mon plus grand plaisir de découverte en découverte. J’ai ainsi appris qu’Eon production à la particularité de ne produire que des Bonds à une exception près.

Guillaume Evin avec Bond la légende en 25 films nous invite à faire plus ample connaissance avec la saga et ses multiples interprètes. Tout commence en 1962 par le cultissime James Bond 007 contre doc No. Comme toutes les œuvres abordées dans ce livre proposé par les Editions Hugo Doc, il est introduit par une double page.

Sur la partie de gauche, nous reconnaissons la silhouette de notre cher 007 dans son célèbre costume. À droite, nous apercevons sous le titre du film une fiche technique détaillée. Puis, l’œuvre est entièrement décryptée. Selon Variety « c’est le premier épisode d’une série qui devrait s’avérer populaire et rentable ». Leur avis va se révéler des plus prophétique. De même, chaque partie de ce livre proposé par les Editions Hugo Doc se conclut par une série d’illustrations. Elles reprennent certains éléments clef du film abordé.

James Bond 007 contre Doc No peut paraître « assez sobre aux regards des suivantes ». Cependant, il pause les bases « en clair Eon teste ici le cocktail Bond subtil mélange d’action, d’humour et de séduction. Un mix souvent imité, mais jamais égalé ».

Guillaume Evin dans Bond la légende en 25 films analyse en détail toutes les œuvres mettant en scène 007. En ce qui concerne le rôle principal «Broccoli et Saltzman recherchaient un relatif inconnu, suffisamment athlétique pour être crédible dans les scènes de combat tout en étant suffisamment séduisant pour plaire aux femmes. Un homme capable aux yeux du public d’ETRE James Bond et non de jouer James Bond ».

Vous serez étonné d’apprendre tout comme je l’ai été qu’avant de choisir Sean Connery. Ils avaient pensé pour incarner le légendaire 007 à Cary Grant jugé trop vieux. Mais aussi à : James Mason, Richard Burton et Roger Moore. Ce dernier fut jugé trop propre sur lui. Il est amusant de penser que l’acteur finira par incarner 007.

Selon Broccoli, Sean Connery avait «un regard dur avec juste ce qu’il faut de menaçant (…) Sean avait les couilles pour le rôle ». A ses côtés nous retrouvons entre autres Ursula Andress la James Bond Girl mythique, mais surtout la première de toute. « Terence Young tombe par hasard sur une photo d’une jeune femme de 25 ans posant en Tee Shirt mouillé (…) et voilà comment Ursula Andress débarque ».

Chaque section de cet ouvrage proposé par les Editions Hugo Doc s’enrichit d’anecdotes et de détails des plus captivants. Dont les sections : Panoplie 007 ( flingue, costume, voiture), Top secret…de tournage, Au générique. Sans grande surprise cette section est consacrée au casting. De même, on retrouve dans Bond la légende en 25 films une section consacrée aux scènes cultes.

La prochaine escale de ce livre proposé par les Editions Hugo Doc nous entraîne en 1963 avec Bon baisers de Russie. Ce deuxième opus se révélera meilleur que le 1er. Pour ce film les deux producteurs choisissent l’un des meilleurs romans de Fleming. Vous apprendrez que ce livre était « le préféré du président Kennedy qui l’a cité en mars 1961 parmi ses dix livres favoris ».

Cette œuvre de Guillaume Evin est riche en anecdotes captivantes. Ainsi « l’organisation criminelle SMERSH imaginée par Fleming (contraction de deux mots russes signifiant à peu près « mort aux espions» ) est rebaptisée SPECTRE pour Special Executive for Counter intelligence Terrorisme Revenge and Extorsion ». Bien que je ai vu toutes les adaptations cinématographiques consacrées à 007, je dois avouer que j’ignorai la signification du terme Spectre.

Goldfinger en 1964 illustre à merveille le point d’équilibre « entre le Bond des romans et le Bond du grand écran ». Il devient la référence ultime. Comme le dit si bien Guillaume Evin dans Goldmaker comment James Bond est devenu le plus grand succès de l’histoire du cinéma c’est à ce moment que « Bond entre dans une autre dimension celle du genre à part entière ».

Nous sommes plus que captivés par Bond la légende en 25 films, plus nous en apprenons plus nous avons envie d’en savoir. On découvre ainsi les films sont plus ou moins des écrits de Fleming. De même ils prennent souvent des libertés concernant l’ordre des films. Ainsi Opération Tonnerre 4e opus de la saga aurait dû être le premier à la place de Dr No.

« Broccoli et Saltzman inventent le principe d’amélioration perpétuelle. Le duo prouve au monde entier que la franchise est capable à chaque fois d’aller plus haut plus loin sans se renier ». Cela a toujours cours, la saga 007 se renouvelle continuellement et fait preuve d’une belle longévité. On ne vie que deux fois sortie on 1967 est le dernier roman publié du vivant de Fleming en 1964. Sean Connery s’est lassé du rôle et souhaite passer à autre chose.

Bond la gende en 25 films de Guillaume Evin s’intéresse aux différentes incarnations de l’agent 007. Dont à George Lazenky qui prête ses traits à James Bond dans Au service de sa majesté. Un jeune homme de 29 ans « sans expérience il n’était même pas acteur. Athlétique, viril, décontracté, ceinture noire de Karaté, adepte des autres arts martiaux, nageur confirmé et cavalier émérite ». Le film fut un fiasco commercial, cependant il « reste l’une des plus fidèle retranscription de l’écrit à l’écran de la saga ».

Sean Connery signe sa dernière apparition dans le rôle de 007 dans Les Diamants sont éternels. Il va toucher un gros cachet. Avec ce dernier, il va financer une organisation caritative en faveur des enfants : Le Scottish International Education Trust. C’est ensuite autour de Roger Moore d’incarner 007. Il inaugure une nouvelle ère plus décontractée. L’enjeu de ce nouvel opus est de façonner un nouveau James Bond.

Guillaume Evin tout au long de ce livre proposé par les Editions Hugo Doc étudie sous toutes les coutures chaque film. Ainsi dans la section La Panoplie, l’auteur s’intéresse entre autres au « revolver Smith et Wesson, 44 Magnum (modèle 629) utilisé par James Bond. L’arme de poing la plus puissante au monde. Ce n’est pas pour rien si elle a également été adoptée par Dirty Harry ».

Durant votre lecture de Bond la Légende en 25 films vous retrouverez votre âme d’enfant en vous laissant émerveiller par les anecdotes présentent dans ce livre. Certains d’entre elles concernent d’autres grands noms du cinéma dont Christopher Lee.

J’ai été plus que surprise de découvrir qu’il était le cousin par alliance de Ian Fleming. Le second mari de sa mère était le frère de la mère de l’écrivain. Christopher Lee prête ses traits au méchant dans LHomme au pistolet d’or. Il est célèbre  pour son rôle cultisme de Dracula qu’il interprète pour la Hammer.

Un autre grand nom du cinéma a œuvré dans l’ombre de la saga. Il s’agit de l’illustre Stanley Kubrick qui a apporté son aide sur L’Espion qui m’aimait. Nous découvrons ainsi dans Les Tops secrets de tournage que « le plateau construit pour abriter le super tanker de Stromberg était tellement vaste qu’il fut un cauchemar pour le chef opérateur chargé de l’éclairer. Claude Renoir le directeur de la photographie et Ken Adam le chef décorateur firent ainsi appel aux « lumières » d’un certain Stanley Kubrick. Ce dernier accepta à condition qu’on ignore tout de sa collaboration. Deux ans plutôt, Ken Adam avait travaillé pour Barry Lindon ».

La saga Bond a su s’adapter à l’air du temps. Ainsi face à la mode du space opera et aux succès de Star Wars et de Rencontre du 3e type, 007 ira faire un tour dans l’espace. Il est muni de pistolets laser au lieu de son Walther PPK. Ce Bond « Inaugure l’ère la démesure budgétaire ». De plus, on découvre que Moonraker marque le début du placement de produit envahissant. Ce dernier à toujours cours de nos jours. Une partie du film se déroule en France dont au Château de Vaux le Vicomte.

Guillaume Evin dans Bond la Légende en 25 films ne s’intéresse pas uniquement aux multiples visages de 007, mais aussi à la saga mythique en elle-même. Nous découvrons entre autres qu’il existe une théorie du 3e films. Celle-ci concerne les acteurs ayant joué au moins dans trois films de la série : leur 3e films fut le meilleur.

« A ce moment précis ils maîtrisaient parfaitement leur rôle sans en être encore lassé. Ils dominaient le sujet. Après y avoir apporté leur touche spéciale ». Chaque interprète du célèbre 007 a su lui apporter sa touche personnelle. Ils incarnent différentes facettes d’un même personnage.

Nous sommes amenés à découvrir l’envers du décor des 25 films mettant en scène l’agent 007. 2006 lance « le Reboot de Bond et montre comment James devient Bond ». Ils se recentrent sur le personnage central. « 007 est redevenu la vedette ».

Comme nous aurons l’occasion de nous en rendre compte tout au long ce livre proposé par les Editions Hugo Doc James Bond est et demeurera éternel. Comme le dit si bien Guillaume Evin dans Bond la légende en 25 films « tant que la phrase « James Bond will return » figure au premier plan du générique de fin l’espoir demeure ».

Guillaume Evin nous livre une analyse des plus détaillée et passionnante qui nous plonge au cœur d’une saga unique. Cette dernière se renouvelle perpétuellement tout en s’adaptant à l’air du temps. La saga « respecte les fondamentaux tout en les transgressant un peu ». Notre cher agent 007 n’a pas fini de nous faire rêver et de nous entraîner à le suivre dans ses aventures aux multiples rebondissements.

Emboitez le pas du célèbre agent 007 et revivez ses aventures dans Bond la légende en 25 films

Bond la légende en 25 films de Guillaume Evin. Editions Hugo Doc. Prix : 16, 95€

Pour plus d’info : https://www.hugoetcie.fr/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam