Culture

Gosse de peintre Beat Takeshi Kitano vous fera plonger dans l’imaginaire de Takeshi Kitano

Cette exposition à la fois amusante et interactive se déroule à la Fondation Cartier pour l’art contemporain jusqu’au 12 septembre. Époustouflant et Envoûtant. Voici les deux termes qui décrivent le mieux cette exposition qui vous fera plonger dans le surréalisme en introduisant la notion d’inquiétante étrangeté. Découvrez une nouvelle facette de Takeshi Kitano, on le connaît principalement comme un acteur, un cinéaste, mais il est aussi animateur d’émissions télévisées, comique, peintre et écrivain. Vous rencontrerez dans ces œuvres des thèmes typiques de cet artiste aux multiples talents: le brusque passage de la violence à la comédie et celui du sérieux à l’outrance.

Tout commence à l’entrée, avec la remise d’une image: un «Damura», il s’agit d’un porte-bonheur. Le «Daruma» est d’habituellement de couleur rouge, ses yeux ne sont pas dessinés: on formule un vœu en peignant l’œil gauche puis on complète le droit une fois ce souhait réalisé. Vous retrouverez de multiples exemplaires de cette figure dans la première partie de l’exposition.
Gosse de peintre, par les couleurs des tableaux, les marionnettes O-Edo et certains jeux proposés nous donnent l’impression de plonger dans l’univers de l’enfance. Mais attention, ce monde n’est pas si innocent que ça, on trouve dans les tableaux: de la nudité et d’autres motifs en rapport, des pistolets. Par exemple: on voit dans l’un des tableaux un couple assis tranquillement à une table, ils ne s’aperçoivent pas que derrière eux une baleine sourie de toutes ses dents. Une menace semble être presque toujours à planer dans ces créations, cette sensation est atténuée par les couleurs et le style enfantin des dessins (nez en forme de triangle avec deux points pour les narines).
Cette exposition décrite par Kitano comme «une série de rêve» permet de voir des objets tout droits sortis de son imaginaire. Les idées et les rêves d’enfants sont mis en forme à travers différents médias: peintures, vidéos (performances ou extraits d’émissions), objets à la fois insolites et drôles, décors, machines extraordinaires. A travers ces mises en scène composées d’un ensemble hétéroclite à la fois Kitch par ces couleurs, porteur de la culture populaire et satirique, nous ressentons une certaine nostalgie de notre enfance. L’imaginaire de Kitano transforme le musée en foire, fête foraine pour notre plus grand plaisir. Cette exposition qui semble s’adresser aux enfants, vous fera vous replonger dans vos jeunes années à travers: une série d’ateliers, de leçons de choses, de jeux et de gags.
Gosse de peintre est une invitation au rêve et à la réflexion qui vous fera entrer dans le jeu, en vous faisant participer à toute une série d’activité. Dans les œuvres, le sérieux bascule souvent vers l’humour et la dérision. Vous découvrirez: un théâtre de marionnette O-Edo ce sont des figurines en cartons qui représentent différents masques de la culture japonaise, cependant les couleurs employées et le dessin font penser au monde de l’enfance et donne un côté presque bouffon à ce spectacle. Le burlesque et le comique sont souvent employés. Pour ma part, j’ai adoré les explications et dessins illustratifs relatifs à «un criminel récalcitrant». Ils m’ont fait beaucoup rire: «ancien gymnaste, ancien joueur de saxophone,…».
Dans le même style, vous vous amuserez beaucoup en découvrant les explications données par Kitano sur la disparition des dinosaures. Selon lui: «(…) Je propose une autre version. Les dinosaures avaient de petits bras et étaient donc incapables de se laver le derrière. Or, cet environnement peu hygiénique est aussi l’une des hypothèses susceptibles d’expliquer leur disparition!». Cette citation donne le ton de cette œuvre, vous trouverez rassemblés autour d’un tyrannosaure, des panneaux explicatifs: «c’est parce qu’ils perdaient toujours au jeu de pierre papier ciseaux», «on ne voyait jamais quand ils levaient les bras»,….
Cet humour se décline dans d’autres œuvres, mais je ne vais pas toutes les citer pour vous laisser un peu de mystères. Ne ratez surtout pas les plans secrets de l’armée impériale japonaise et les excès de la biotechnologie. Dans la deuxième partie de l’exposition, vous découvrirez des phénomènes de foire exposés à part. Il s’agit d’hybride humain-insecte, vache-poisson,….
Dans ces catégories d’hybrides, vous ferez la connaissance de vases animaux et de leurs représentations en peinture: les fleurs sont à la place des yeux ou de la tête. Vous aurez la chance de découvrir à travers des extraits d’émissions TV peu connus en France, les mille-et-un visages de Kitano.
L’exposition s’étend dans le jardin, vous y verrez une installation «Tama-Jii et Kon-tan», un stand de dégustation est mis à votre disposition à l’arrière du musée.
A ne pas manquer, les deux vidéos faites exclusivement pour la Fondation Cartier C’est quoi le Japon! et Calligraphie d’un homme suspendu. Cette dernière, vous montre Kitano manipulé comme un pantin afin de créer une calligraphie. Surtout n’oubliez pas d’aller à la librairie d’autres œuvres, résultats factices des différentes façons de peindre sont exposés. Un atelier dessin vous permet d’exprimer votre créativité: à partir de bande son vous effectuer un dessin, ceux-ci sont rangés par catégorie: musique, personnage et paysage. Pour les plus chanceux, un tampon derrière votre ticket, vous donne la possibilité de peindre des dinosaures avec un pistolet ou canon à peinture selon les couleurs de votre choix.
Je dois avouer que cette exposition m’a agréablement surprise, d’abord assez inquiète, j’ai vite adoré ce côté décalé, burlesque et pince-sans-rire. Dans mon esprit un lien c’est créer entre ce style et celui des Monty Python (films et citations) dont l’humour est aussi satirique. Le comique y repose souvent sur des associations d’idées décalées ou impossibles. Ce style déclenche en même temps comme dans cette exposition à la fois la réflexion et le rire. Si vous désirez découvrir une nouvelle facette de Kitano, n’hésitez plus aller à cette exposition. Vous y découvrirez un large ensemble de tableaux exposés pour la première fois par celui qui se considère comme un peintre du dimanche.
Exposition Gosse de Peintre Beat Takeshi Kitano, Fondation Cartier 261 boulevard Raspail 75014 Paris, ouvert du mardi au dimanche de 11à 20h, nocturne le mardi 22h. Pour plus d’informations: Fondation.Cartier.com

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam