Culture

La Cinémathèque française rend hommage à Edward Yang du 8 au 20 décembre 2010

Venez découvrir lors de cette rétrospective les sept longs métrages composant la filmographie de Edward Yang, l’un des fondateurs de la Nouvelle vague taïwanaise.

Faites connaissances grâce à la Cinémathèque française avec les œuvres qui restent peu connues de ce cinéaste, on le connaît majoritairement pour son film Yiyi (2000). Le mystère qui entoure ses films est aussi dû au peu de diffusion de ceux-ci, aucun de ces oeuvres à part Yiyi n’est disponible en Dvd. On retrouve cela assez souvent avec les films asiatiques dont seuls quelques grands noms semblent être diffusés et encore sporadiquement.

La Cinémathèque française à l’occasion de cet hommage accueillera en exclusivité Kaili Peng du 6 au 17 décembre 2010, cette compositrice et concertiste renommée est l’épouse d’Edward Yang, mais elle est aussi sa plus proche collaboratrice, dont pour la musique de Yiyi.

Les sept longs métrages de Edward Yang au carrefour des influences chinoises, japonaises, américaines et de la Nouvelle vague européenne sont projetés à la Cinémathèque française. Les films d’Edward Yang sont le plus souvent centrés sur des personnages féminins et s’inspirent d’expériences vécues qu’il rend universelles. Vous pourrez découvrir dans ces œuvres, les différentes caractéristiques de son style dont: l’attention particulière portée aux femmes, l’utilisation originale de la couleur, l’humour pince sans rire et une mise en scène qui repose sur la suggestion, l’implicite tout en restituant un message des plus précis. Dans ces longs métrages, la cruauté est souvent nuancée par la délicatesse et la force des personnages féminins.

La Cinémathèque française vous plonge dans l’univers de Edward Yang avec: Ce jour sur la plage (1983) deux anciennes amies se rencontrent, l’une d’elles raconte l’histoire de sa vie avec un mari aimant qui un jour disparaît sur la plage à partir de là son univers bascule. Dans Confusion chez Confucius (1984) Edward Yang s’intéresse à plusieurs personnages qui représentent presque toutes les classes sociales de la société, vous y observerez à la loupe leur chassé croisé autour du désir, de la peur et des émotions.

Bien qu’il soit peu connu en France, il est intéressant de noter que l’une de nos compatriotes Virginie Ledoyen a tourné dans l’un des films d’Edward Yang: Mahjong (1996). Elle y incarne une jeune française amoureuse d’un homme d’affaire anglais qui décide de le rejoindre à Taipei. La jeune femme une fois délaissée est prise en main par un groupe de jeunes taïwanais. Vous aurez aussi l’occasion de découvrir Taipei story (1985), The terrorizers (1986)et Yiyi qui semblent tous faire partie d’une étude sur l’âme humaine accompagnée d’une réflexion lucide et complexe sur l’évolution de la société.

Pour les fans de Jackie Chan, dont je fais partie, vous aurez le plaisir de découvrir un court métrage inédit The wind (2007) qui vous présente des récits d’art martiaux sur fond de peintures traditionnelles.

Vous pourrez assister parallèlement à la projection, le samedi 11 décembre à 14h30 à une table ronde Le cinéma d’Edward Yang à la suite du film Taipei Story, cette rencontre est animée entre autre par Bernard Benoliel. Ce même jour des 18 heures, une rencontre dédicace vous est proposée à la bibliothèque de la Cinémathèque française avec l’auteur du Cinéma d’Edward Yang aux éditions de l’éclat.

Faites connaissance avec les œuvres d’Edward Yang et découvrez l’un des précurseurs de la Nouvelle vague taiwanaise grâce à la Cinémathèque française.

Pour plus d’informations: La Cinémathèque française, Musée du cinéma, 51 rue de Bercy 75012. Horaire d’ouverture: Lundi au samedi 12h-19h / Nocturne le jeudi jusqu’à 22h. Dimanche de 10h à 20h. Fermé le mardi.

www.cinematheque.fr

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam