Culture

Pénétrez dans l’univers des plus captivants du cinéma chinois grâce au dictionnaire lui étant consacré des Éditions Hémisphères

Dictionnaire des cinémas chinois - Chine, Hong Kong Taïwan.
Dictionnaire des cinémas chinois. Hémisphère Édition

Instructif. Captivant. Voici les termes qui caractérisent le mieux ce dictionnaire du cinéma rédigé sous la direction de Nathalie Bittinger. Hémisphère Édition vous propose, un ouvrage des plus complets consacré au cinéma chinois incluant : la Chine, Hong Kong et Taïwan.

Ce Dictionnaire des cinémas chinois comporte 350 entrés des plus variées rendant ce livre indispensable à tous les cinéphiles dont je fais partie. Vous y découvrirez pour votre plus grand plaisir entre autres : des analyses de films parfois inédits en France, des biographies de personnalités marquantes, des études sur des thèmes clés touchant à l’esthétique ou à l’histoire.

Vous aurez le choix entre utiliser ce dictionnaire du cinéma comme un dictionnaire normal en vous référant aux définitions qui vous intéressent ou à faire comme moi. A savoir, dévorer cet ouvrage pour apprendre un maximum de choses grâce aux différents articles poussés qui le composent.

Installez-vous confortablement et commencez votre lecture captivante de ce Dictionnaire du cinéma chinois proposé par Hémisphères Éditions. Cet ouvrage est magnifiquement illustré d’images extraits de films analysés ici.

Grâce à ce Dictionnaire des cinémas chinois, vous pourrez apprendre entre autres faits des plus captivants, tout comme je l’ai fait dont concernant la 36e chambre de Shaolin (1978) que j’ai pu découvrir il y a quelques années avec d’autres œuvres culte de la Shaw Brother.

Ce film s’inspire d’un lieu célèbre le temple Shaolin et de quelques personnages attestés par l’histoire dont le moine San de l’école Shaolin du Sud. On retrouve dans la 36e chambre de Shaolin une base réelle mêlée à de la fiction, des légendes comme souvent dans les livres ou les films se rapportant au mythique temple connu comme le berceau des arts martiaux chinois.

Fidèle à son désir de propager la pratique et l’éthique des arts martiaux par le biais du cinéma Liu Cha-Hui. A la fois réalisateur et acteur principal, il propose avec la 36e chambre de Shaolin une fable réaliste sur le pouvoir spirituel des arts martiaux. Le réalisateur met moins l’accent sur le motif de la vengeance présent dans tant de films de kung-fu que sur les étapes menant à l’accomplissement martial inséparable des vertus nécessaires au véritable héroïsme.

Le Dictionnaire des cinémas chinois d’Hémisphères Editions s’intéresse aussi à l’incursion ponctuelle d’acteurs et de réalisateurs asiatiques à Hollywood comme John Woo qui ont su imposer leurs styles et se faire leurs places.

On assiste depuis plusieurs années à l’inversion du mouvement puisque Hollywood puise désormais dans le répertoire de mise en scène issu entre autres du monde chinois. Dans les années 1980, certains réalisateurs américains ont contribué à importer les codes du cinéma chinois et hongkongais dont John Carpenter avec Les aventures de Jack Burton dans les griffes du Mandarin, John Silver, Quentin Tarentino…. Influence qu’on trouve des deux côtés ainsi dans Butterfly Killer de Tsui Hark où il rend un hommage décalé aux Oiseaux d’Hitchcock.

Je dois avouer que le petit plus de ce Dictionnaire des cinémas chinois est d’indiquer après chaque critique de films la référence du Dvd voire la bibliographie pour les autres types de définitions. Vous trouverez aussi après les définitions, les termes associés afin de poursuivre votre exploration du cinéma chinois. Pour ma part, grâce à cet ouvrage des plus complet proposé par les Éditions Hémisphères, je me suis fait une liste de films à ne surtout pas manquer.

Dans cet ouvrage, vous trouverez une multitude de thèmes abordés tous des plus palpitants dont : l’évolution de la figure de l’actrice, vous apprendrez ainsi que les figures féminines multiples occupent une place centrale dans le cinéma chinois. Autres thèmes évoqués : l’influence des arts et plus particulièrement de la littérature dans le cinéma. Concernant ce point, on peut citer le magnifique et cultissime film Adieux ma concubine qui a obtenu la 1ere palme d’or chinoise au Festival de Cannes en 1993, puis l’année suivante l’Oscar du meilleur film étranger.

Pour ma part, à la fois cinéphile et passionné de livre, j’ai de même au cours de ma lecture du Dictionnaire des cinémas chinois d’Hémisphère Éditions fait une liste de livres à ajouter à ma liste de lecture.

Entre autres thèmes abordés dans ce 1er dictionnaire français intégralement dédié au cinéma chinois, hongkongais et taïwanais, ce livre s’intéresse à celui crucial de la censure à travers le temps. Celle-ci demeure importante subissant même un durcissement : le nombre de films censurés ne cessent d’augmenter, cela touche aussi les superproductions.

On découvre aussi dans cet ouvrage que les films de sabres sont un des fétiches de la culture chinoise. Le Dictionnaire des cinémas chinois nous apprend que les Chinois « se glorifiant d’une histoire vieille de 3000 ans sont friands de récits historiques ». Ces fresques historiques (Hero…) ne sont pas de simples spectacles divertissants, elles recèlent de nombreux messages moraux et politique.

Vous aurez le plaisir grâce à cet ouvrage d’ Hémisphères Édition de trouver des biographies détaillées de vos acteurs et réalisateurs préférés dont : pour ces derniers Johnnie To Jackie Chan. J’ai ainsi pu découvrir à mon plus grand étonnement qu’il était figurant dans un des films culte de la Shaw Brother L’Hirondelle d’or ce qui pour moi est un bon prétexte pour revoir cette œuvre avec attention. Jackie Chan a aussi été cascadeur dans A Touch of Zen. Il incarne une nouvelle voie du cinéma hongkongais dans les années 80 avec la comédie d’action. Jackie Chan contribue au succès de la kung-fu comedy.

On retrouve aussi dans ce Dictionnaire des cinémas chinois un de ses comparses Sammo Hung tous deux ont déjà eu l’occasion de travailler ensemble. J’ai ainsi découvert que cet acteur vient d’une lignée de cinéaste. Sammo Hung débute sa carrière devant la caméra à l’âge de 11 ans. A la fois acteur, chorégraphe d’art martiaux et réalisateur, Sammo Hung lance la kung-fu comedy, il a su faire un usage burlesque de son physique imposant.

On peut aussi citer un autre trublion Stephen Show qui a conquis la télévision puis le cinéma chinois avec son humour absurde fondé sur le « mo lei tau » expression cantonaise signifiant « ça n’a aucun sens ». Le style de Stephen Show se caractérise par des dialogues incisifs dépourvus de signification, des vulgarités qui oscillent entre provocation et drôleries et des récits souvent si absurdes qu’ils en deviennent hilarants. Ce style me rappelle l’humour des Monty Python.

Ce Dictionnaire des cinémas chinois décryptera pour vous vos films préférés et des œuvres culte qui n’auront bientôt plus de secret pour vous. On peut citer entre autres : La Fureur du dragon qui est la 1ere œuvre totalement scénarisée, chorégraphiée et dirigée par Bruce Lee qui s’est également occupé du casting et de la musique en particulier celle des scènes de combats. C’est son plus grand succès dans toute l’Asie. Le kung-fu y reste réaliste et urbain, la violence y est plus ritualisée et maîtrisée.

Si on devait ne retenir que deux fresques épiques analysées dans ce Dictionnaire des cinémas chinois, on pourrait être tenté de citer Hero de Zhang Yimou. C’est le premier Blockbuster chinois. Ce film incarne le moment charnière dans l’histoire du cinéma chinois et sa percée sut le marché mondial.

Il ne faut pas oublier non plus la sage cultissime des Il était une fois en Chine composé de deux trilogies. La 1ere comprend : Il était une fois en Chine, La Secte du Lotus Blanc et le Tournois du lion qui signe la collaboration entre Tsui Hark et Jet Li. Ces films ont été réalisés entre 91 et 93.

Ces œuvres sont surtout des grands moments de cinéma, les scènes de combats donnent lieu à des inventions visuelles spectaculaires. Tsui Hark y mêle avec brio les genres. Les combats succèdent à des moments de pure comédie ou à des intrigues complexes.

Laissez-vous entraîner dans une odyssée des plus palpitantes dans l’univers du cinéma chinois grâce au dictionnaire des Editions Hémisphères.

Dictionnaire des cinéma Chinois. Sous la direction de Nathalie Bittinger. Editions Hémisphère.

Prix : 30 €

Pour plus d’info : https://www.hemisphereseditions.com/dictionnaire-des-cinemas-chinois

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam