Culture

Pénétrez dans un univers apocalyptique où l’avenir de l’homme est confié aux mains de robots dans Mother code

Mother code de Carole Stivers. Éditions Bragelonne. Photo: Philippe Lim
Mother code de Carole Stivers. Éditions Bragelonne. Photo: Philippe Lim

2049 suite à une épidémie des plus virulentes l’humanité est en péril. Le seul espoir repose sur des enfants génétiquement modifiés placés dans les cocons de robots géants qui assurent le rôle de mère. Ces machines sont dotées d’une intelligence artificielle unique appelée : Mother code.

En réponse à un signal encodé en elles ces machines font mouvement et se rassemblent. Mais plus les enfants grandissent plus le lien reliant les enfants à leur machine semble se fragiliser. Ces dernières semblent changer d’une façon inimaginable et surtout inquiétante.

Kai est un de ses enfants nés dans le désert avec pour seule compagnie Rho-Z sa mère. Confronté aux derniers responsables survivants, il va devoir choisir entre renoncer à la seule mère qu’il a connu ou au contraire lutter pour la survie de Rho-Z ?

Emouvant. Captivant. Voici les termes qui caractérisent le mieux Mother code de Carole Stivers. Ce livre a su captiver l’attention de Steven Spielberg qui va bientôt en réaliser une adaptation. L’illustration de la couverture de Mother code proposé par les Éditions Bragelonne illustre à merveille le sujet de ce roman de SF. Nous y voyons une main de robot se tendre vers une main humaine celle d’un enfant.

Mother Code de Carole Stivers est un roman SF des plus palpitant. Il nous amène dans un premier temps à faire de constant aller-retour entre le passé et le présent. Ainsi, le premier chapitre de ce roman proposé par les Éditions Bragelonne nous entraîne au cœur de l’action. Nous faisons connaissance avec ces robots mère dont Rho-Z. Cette machine porte une cargaison précieuse au plus profond de ses entrailles « la graine d’une nouvelle génération ».

Le chapitre suivant de Mother code de Carole Stivers se déroule en 2049. Cette ère est celle de la connectivité avec ses lentilles connectées au téléphone bracelet, scanner optique, barrage de robot d’inspection dans les aéroports. Mais aussi les écrans colorés des pubs qui adaptent leurs annonces en s’adressant aux personnes par leur nom. Nous faisons connaissance avec le docteur James Said. « Il détestait ces nouveaux téléphones qui diffusaient son identité aux quatre vents, mais tel était le prix de la connectivité dans les lieux publics ». Carole Stivers avec Mother code proposé par les Éditions Bragelonne nous amène souvent à nous interroger. Car dans notre société des plus connectée, même si nous n’avons pas encore de lentille connectée nos données sont encodées entre autres dans nos cartes, nos smartphones. Même si nous n’en sommes pas arrivés à un tel extrême cette partie peut nous sembler assez réaliste.

Le brio de l’auteur de Mother Code aux Éditions Bragelonne est de faire le lien entre la cause et l’effet. Nous faisons connaissance avec toute une galerie de portraits qui joue tous un rôle primordial dans l’intrigue et auxquels nous nous attachons. Beaucoup d’entre eux cachent une part de fragilité qui les rend plus humains.

Dans Mother code de Carole Stivers proposé par les Éditions Bragelonne les flashbacks installent la cause de la situation présente. A savoir un monde apocalyptique où la mort règne en maître et où les hommes de l’ancien temps sont en sursis. La « haine et la guerre avaient détruit leur monde ». Nous découvrons qu’à l’origine, il s’agit d’une arme bactériologique le NAN-CI qui a été déployée en zone de guerre contre l’avis général. Elle a échappé au contrôle de ceux qui l’on relâché. Virulent le NAN-CI va se déployer et menacer l’humanité. Une cellule de crise composée entre autres de militaire dont Rick Blivers et de scientifiques dont James Said vont tout faire pour contrecarrer l’épidémie mortelle. Selon lui « nous allons devoir trouver un moyen de modifier le corps humain pour qu’il vive avec ce monstre inconnu ».

Parallèlement à cette intrigue dans la partie consacrée au temps présent, nous faisons connaissance avec Kai et sa mère Rho-Z. Dans Mother Code proposé par les Éditions Bragelonne les liens entre les robots et leurs enfants semblent des plus intenses proche d’un instinct maternel. Ils vivent dans une sorte de symbiose et n’ont pas besoin de parler pour se comprendre. Chaque enfant a une puce sur le front. Selon Rho-Z « Ta puce est spécial (…) c’est notre lien c’est grâce à elle qu’ils se connaissent avait-elle expliqué ». C’est grâce à elle que Rho-Z pouvait lui parler, « Elle était sa mère ». Elle lui enseigne entre autres comment les humains vivaient avant la catastrophe. Rho-Z lui apprend que contrairement à ce qu’il pense il y a d’autres enfants comme lui. Tout en lui précisant que quand l’heure serait venue ils iront à leur recherche. Sorte de rite initiatique. A ses 6 ans, ils partent en expédition pour rencontrer les autres et faire le plein de vivres.

Durant leur périple, ils vont être confrontés à la désolation, à l’horreur et à la mort causée par cette épidémie mortelle. Il découvre sur leur chemin des corps, des ossements et cadavres. Avant de retrouver l’espoir incarné par un autre enfant. Ils vont tous deux s’épauler dans leur quête. En plein cœur de l’épidémie qui nous frappe bien sûr à moindre mesure, on plonge en immersion totale dans Mother code de Carole Stivers. Ce livre proposé par les Éditions Bragelonne sait captiver ses lecteurs en mettant en parallèle de cette quête l’origine des enfants et du drame qui touche le monde.

Au cours de notre lecture de Mother code nous apprendrons que seule une poignée d’élus bénéficieront de l’antidote. A savoir ceux impliqués dans le projet, mais leurs espérances de vie restent moindres. L’avenir de l’humanité repose sur ces enfants qui ont été conçus pour survivre et sont immunisés contre l’épidémie. James Said se demande qui s’occupera des bébés les nourrira et les élèvera. La solution : des robots.

Rosie Mc Bride va développer le programme de ces derniers en leur instaurant si l’on peut dire une âme « Elle l’avait baptisé le Mother code ou code mère. Un ensemble de logiciels censés renfermer l’essentiel même de ces mères. Elles avaient besoin de personnalité. Rosie avait besoin de modèle et qui serait plus indiqué que les mères biologiques ». Plus que des machines, elles deviennent pour leur enfant leur seule famille voire une partie d’eux-mêmes. Kai « avait l’impression qu’il ne formait qu’un seul être au point que lui-même serait impossible de savoir ou situer la limite entre sa mère et lui ». Elle perçoit ses sentiments.

Au petit soin, protectrice ses machines sont munies d’une arme « On ne doit faire usage d’une arme que dans les cas extrêmes. Uniquement quand nos vies sont en danger ». Mais les enfants ne sont pas ces seuls à changer, leurs mères changent aussi de façon inquiétante. Elles deviennent surprotectrices et risquent de devenir un danger pour leurs petits comme pour les autres. Une petite partie des gens impliquée dans le projet Mother code sont en vie et doivent « trouver un moyen de mettre les enfants en sécurité (…) mais cela signifie convaincre leur mère de les mettre ailleurs ». Cependant cela est sans compter sur « les esprits mère qui veulent protéger leurs enfants. Elles ne peuvent pas savoir que nous ne leur voulons aucun mal ».

Au fur et à mesure de votre lecture de Mother code de Carole Stivers proposé par les Éditions Bragelonne nous suivons avec passion ses deux arcs narratifs qui vont finir pour notre plus grand plaisir par se rejoindre. Les grandes lignes du résumé de ce roman de Carole Stivers m’ont fait penser au film I am Mother de Grant Sputore. Depuis sa naissance une adolescente est élevée par un robot mère dans un monde apocalyptique. Leur routine et leur plan vont être mis à mal par une inconnue venant de l’extérieur. Le rapprochement se fait uniquement à travers le concept de robot mère, le reste diffère.

Laissez-vous émouvoir par l’amour d’une mère hors du commun au cœur du chaos dans Mother Code.

Mother code de Carole Stivers. Éditions Bragelonne.

Prix :18,90€.

Pour plus d’info : https://www.bragelonne.fr/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam