Général

Plongez dans l’univers infernal du jeu avec la bande dessinée Le Joueur

Alexeï Ivanovitch est un jeune homme de basse condition qui côtoie l’univers des nantis. Plus particulièrement, la famille de Polina la jeune femme dont il est fou amoureux, Alexeï Ivanovitch est prêt à tout pour elle. Cette jeune femme d’une classe supérieure lui paraît inaccessible, elle semble le mépriser et l’ignorer. Un jour Polina lui demande de jouer pour elle à la roulette au Casino, sans savoir qu’elle le plonge ainsi dans une spirale infernale. Alexeï joue, il gagne puis perd et fini par s’enfoncer de plus en plus dans l’enfer du jeu.

Découvrez cette bande dessinée de Stéphane Miquel et Loïc Godart librement adapté de l’œuvre du même nom de Dostoïevski.

Le Joueur appartient à la collection Noctambule dont le but est d’être une passerelle entre la littérature et la bande dessiné. Elle vous permettra de découvrir ou redécouvrir de grandes œuvres qui deviennent plus accessible et sont mises à la portée de tous. Les auteurs de la Collection Noctambule ont le choix entre adaptés fidèlement ou librement les œuvres littéraires.

Cette bande dessinée s’intéresse au rapport entre la passion et le désir, dans Le Joueur, le jeu finit par l’emporter sur l’amour. Il dévore Alexeï, l’isole et le condamne à une vie de solitude et de vices qui finira immanquablement par le mener à sa perte. Deux figures en particulier semblent amener sa chute dans cet œuvre: Polina et sa grand-mère. Polina l’initie en l’envoyant jouer pour elle, tandis que la grand-mère est atteinte par le même mal. Alexeï la côtoie, l’accompagne quand elle joue ce qui va entraîner une accélération de sa contamination par le virus du jeu et sa chute. On peut être tenté devoir dans la grand-mère, le reflet de ce qui attend Alexeï: un avertissement des désagréments ou plutôt du vice du jeu.

Stéphane Miquel et Loïc Godart ont voulu rester le plus fidèle possible au livre de Dostoïevski dans la structure, les décors, les personnages et les thèmes de l’intrigue tout en les rendant plus visuels. Malgré quelques longueurs, on suit avec intérêt l’évolution de Alexeï Ivanovitch, on ressent de la pitié pour lui. On assiste au cours de la lecture de cette bande dessinée à sa chute, on s’interroge sur son avenir.

Les dessins du Joueur sont durs, les profils semblent taillés au couteau. Les couleurs sans filtre renforcent l’aspect austère de cette société et le côté tragique de cette histoire où amour, trahison, intérêt et passion du jeu s’associent et s’affrontent. Il n’y a pas de filtre, l’histoire du Joueur en parait moins romancé. Cela donne presque un aspect documentaire, nous plongeons ainsi plus facilement dans la descente aux enfers d’Alexeï Ivanovtch.

Découvrez l’œuvre de Dostoïevski dans toutes sa splendeur grâce à la bande dessinée Le Joueur et faites découvrir ce grand classique à vos amis, à vos enfants ou a votre famille.

Le Joueur, bande dessinée librement adaptée de l’œuvre de Dostoïevski, de Stéphane Miquel et Loïc Godart, Soleil Edition, Collection Noctambule.

Prix: 17, 95€

Pour plus d’info: https://www.soleilprod.com/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam