Culture

Plongez en immersion totale au cœur des dessous des investigations qui ont révélé l’affaire Weinstein avec She Said

She Said de Jodi Kantor et Megan Twohey. Édition Alisio. Photo: Philippe Lim
She Said de Jodi Kantor et Megan Twohey. Édition Alisio. Photo: Philippe Lim

Le 05/10/20, le New York Times publiait un article qui allait changer le monde. She Said retrace le travail acharné de Jodi Kantor et Megan Twohey, toutes deux journalistes d’investigation au New York Times.

Des mois durant, elles ont enquêté sur les troublantes accusations. Jodi Kantor et Megan Twohey ont suivi différentes pistes en rencontrant secrètement les victimes plus ou moins célèbres d’Harvey Weinstein.

Cet article et plus particulièrement leurs investigations ont ouvert la boite de Pandore. Partout dans le monde des femmes ont pris la parole et ont enflammé le mouvement #metoo à l’échelle mondiale….

Instructif. Documenté. Pointilleux. Choc. Voici les termes qui caractérisent le mieux She Said de Jodi Kantor et Megan Twohey proposé par les Éditions Alisio. Cet ouvrage des plus riches est basé sur 3 longues années d’enquête et des centaines d’interviews réalisées de Londres à Palo Alto. Selon Jodi Kantor et Megan Twohey, le choix du titre a été fait de façon intentionnelle « nous écrivons sur celles qui ont osé parler, mais aussi sur celles qui ont préféré garder le silence ». C’est l’article de ces deux femmes qui a révélé l’affaire Weinstein.

She Said proposé par les Éditions Alisio retrace leur enquête et les retombées de l’article.  Toutes deux ont excellé dans leur travail de journalistes d’investigations en s’employant à rassembler un ensemble de preuves aussi claires qu’accablantes. Jodi Kantor et Megan Twohey ont cherché à être les plus objectives possible dans leurs recherches et leurs démarches afin d’aborder un sujet sensible.

Dans She Said proposé par les Éditions Alisio, un rapide portrait de Harvey Weinstein est dressé afin de présenter l’accusé avant de vous plonger au cœur de l’action. Vous découvrirez à votre plus grand étonnement que des rumeurs circulaient depuis longtemps à Hollywood sur le comportement envers les femmes d’Harvey Weinstein. Il fut souvent minimisé ou qualifié de badinage, car reposant sur des rumeurs non étayées de preuves concrètes. Certaines personnes tournaient ce problème ouvertement en dérision, ainsi Seth Mac Farlane s’était exclamé durant les Oscars de 2013 « Félicitation à ces cinq femmes qui n’ont plus besoin de faire semblant d’être attirée par Weinstein ».

En 2015 des journalistes avaient déjà tenté d’aborder ce sujet, mais cela fut classé sans suite. Mais comme le disait si bien une journaliste sur Twitter « viendra un jour où toutes les femmes qui ont eu peur de s’exprimer sur Harvey Weinstein devront se prendre par la main et se jeter à l’eau ».

Il fallut attendre deux ans et l’article de Jodi Kantor et Megan Twohey pour que la lumière soit faite sur cette affaire. Ce papier qu’elles ont publié le 05/10/2017 a fait s’écrouler la barrière du silence et a encouragé de nombreuses femmes à parler. L’ampleur du phénomène a été telle que cela a surpris les deux journalistes « Après avoir publié les accusations de harcèlements et d’abus sexuels à l’encontre d’Harvey Weinstein, nous avons assisté à la rupture d’une digue. Des milliers de femmes à travers le monde ont dénoncé les mauvais traitements qu’elles avaient elles-mêmes subit ».

She Said nous montre de l’intérieur le travail de titan qu’ont mené Jodi Kantor et Megan Twohey dans le cadre de leurs investigations. Elles ont reçu de nombreuses récompenses pour avoir dévoilé l’affaire Harvey Weinstein dont le Prix Georges Polks ainsi que le Prix Pulitzer. La rédaction de cet article choc est abordée dans She Said, il « se devait d’être équitable surtout vu la gravité des accusations ».

Jodi Kantor et Megan Twohey ont dû s’armer de patience. Elles ont commencé par des prises de contact avec des actrices. Cela s’avéra assez compliqué, mais aussi avec des ex-employées d’Harvey Weinstein pour ces dernières les résultats portèrent plus rapidement leur fruit. Certaines d’entre elles ont déclaré « que le traitement que Weinstein infligeait aux femmes était un secret de Polichinelle et ce depuis des années ».

Rose Mc Gowan est la première actrice à s’exprimer sur son calvaire après de nombreux pourparlers. Elle déclare « que tout Hollywood est un système organisé de maltraitance des femmes ». Une autre actrice Marisa Tomei soulignera aussi ce fait dans She Said. Elle déplore la façon dont les femmes sont traitées dans l’industrie du cinéma. Cela plus particulièrement en regard d’entre autres : de l’écart de salaire, du fait qu’elles servent de faire valoir aux personnages masculins…. De même Marisa Tomei souligne qu’Hollywood est « gangréné par les abus sexuels ».

Dans She Said proposé par les Éditions Alisio, nous apprenons que dans un premier temps Jodi Kantor et Megan Twohey ont dû se confronter à la barrière du silence. Ainsi qu’à la méfiance et aux craintes des personnes qu’elles interrogeaient. Harvey Weinstein avait eu recours entre autres à des règlements à l’amiable, compensations financière pour faire taire ses victimes. De ce fait, elles avaient légalement interdiction de parler. Toutes les parties de l’affaire Weinstein sont étudiées à la loupe dans She Said et bien sûr dans leur article. Vous trouverez ainsi une interrogation concernant la complicité ou non de la société pour laquelle il travaillait.

Plusieurs actrices ont subi des abus de la part de Weinstein. La majorité refusait de témoigner par peur des répercussions du fait du statut de l’accusé « aucune actrice ne veut être celle qui parlerai la première, elle avait peur pour leur carrière ». Ashley Judd décide de témoigner et déclare que plusieurs actrices ont dû subir le même traitement. Ainsi la première partie de l’article s’achevait par une citation d’Ashley Judd appelant à l’action « cela fait longtemps que les femmes discutent entre elles au sujet d’Harvey Weinstein. Il est temps que cette conversation se tienne en publiquement ».

She Said nous rapporte les faits bruts à travers les témoignages de victimes, dans lesquels transparaissent une sorte de modus operandi, une technique presque identique semblant le rapprocher d’un prédateur. Puissant homme d’affaire Harvey Weinstein se servait de ses rendez-vous professionnels comme prétexte pour tenter de forcer les femmes à avoir des rapports sexuels avec lui. Ainsi c’est soi-disant rendez-vous se déroulait dans une chambre d’hôtel où il les recevait uniquement vêtu d’un peignoir avant de leur faire des propositions indécentes.

Toutes racontent une variation de la même histoire. Les profils des victimes sont de même des plus proches. Il s’agit de jeunes femmes qui débutent dans le milieu et sont confrontées à des propositions indécentes accompagnées par le silence de ceux qui savent. Selon Gwyneth Paltrow « la philosophie d’Hollywood est de ravaler ses plaintes et de supporter ce type de comportement ». L’actrice se révélera d’une aide précieuse pour Jodi Kantor et Megan Twohey en leur donnant des pistes et en étant une source fiable. Gwyneth Paltrow a aidé à trouver et motivé à parler d’autres victimes d’Harvey Weinstein. Dans She Said proposé par les Éditions Alisio, vous retrouverez le témoignage d’autres victimes ex-employées….

Nous pouvons suivre de l’intérieur avec She Said proposé par les Éditions Alisio le travail de longue haleine de ces deux journalistes des plus investies. Elles ont su faire marcher les réseaux sociaux et faire preuve de persévérance.

Comme toute bonne investigation ou enquête un droit de parole, de réponse a été donné à Harvey Weinstein et ses représentants. Au regard du contenu de cet ouvrage tout fut réfuté, l’un de ses porte-parole déclare « ce que vous avez là ce sont des allégations et accusations, mais vous n’avez pas de faits indéniables ». Seulement c’était trop tard le voile avait été levé et ne retomberai pas sur l’affaire Weinstein.

Cela a incité les femmes du monde entier à parler des expériences similaires qu’elles ont subies. Cet article comme vous le découvrirez dans She Said aux Éditions Alisio a produit un effet boule de neige dont via #metoo : « beaucoup d’hommes ont soudain dû répondre de leur comportement de prédateur et rendre des comptes à une échelle sans précédent ». She Said s’intéresse à d’autres cas de harcèlements sexuels toujours sous couverts d’investigation.

Grâce au travail combiné de Jodi Kantor et Megan Twohey détaillé dans She Said aux Éditions Alisio, le nom d’Harvey Weinstein devient un argument en faveur d’une punition pour de tels actes. Partout dans le monde de plus en plus de femmes témoigne.  On a pu noter un changement dans les mentalités, dénoncer des harcèlements et abus sexuels n’était plus une honte. L’article de Jodi Kantor et Megan Twohey a entraîné une prise de conscience : « on comprit que si l’histoire n’était pas partagée rien ne changerai. Le but est que les gens continuent à s’exprimer, à ne pas avoir peur ».

Ce livre proposé par les Éditions Alisio dresse le portrait de femmes courageuses qui ont décidé pour la grande majorité de parler. On peut noter quelques longueurs dans ce livre, mais cela ne nuit en rien au texte.

Découvrez le portrait de femmes qui ont décidé de témoigner contre les abus sexuels et contre Harvey Weinstein dans She Said.

She Said de Jodi Kantor et Megan Twohey. Editions Alisio.

Prix: 24 €

Pour plus d’info: https://alisio.fr/

Rédactrice freelance, Pigiste

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam