Culture

Prenez part a une enquête aux confins de la monstruosité avec les Oubliés de Dieu de Ludovic Lancien

Les Oubliés de Dieu de Ludovic Lancien. Éditions Hugo Poche. Photo: Philippe Lim
Les Oubliés de Dieu de Ludovic Lancien. Éditions Hugo Poche. Photo: Philippe Lim

Le capitaine Gabriel Spanos est appelé sur une scène de crime des plus atroces. Une véritable boucherie. Un médecin généraliste a été retrouvé massacré dans son cabinet. Son corps supplicié a subi un véritable carnage : l’œuvre d’un cannibale, d’un monstre.

Très vite l’enquête dévoile la part d’ombre de ce médecin. A savoir son penchant malsain pour la tératologie : l’étude d’hommes et de femmes qualifiées parfois comme les « oubliés de Dieu ». Gabriel Spanos reçoit un appel d’un homme qu’il s’était juré d’effacer de sa vie. Ce dernier comme ce médecin est attiré par la part la plus sombre de l’humanité.

Hanté par son passé le capitaine Gabriel Spanos va être confronté dans le présent à l’horreur absolue dont il ne sortira peut-être pas indemnes.

Envoutant. Angoissant. Voici les termes qui caractérisent le mieux Les Oubliés de Dieu de Ludovic Lancien. Ce roman policier proposé par les Éditions Hugo Poche, nous entraîne dans un thriller haletant et sanglant. Les Oubliés de Dieu de Ludovic Lancien est aussi une subtile interrogation sur la véritable nature des monstres. On peut se demander qui sont vraiment les monstres. Par moment cet ouvrage m’a fait penser à Freaks la monstrueuse parade de Tod Browning.

Dans un premier temps, Les Oubliés de Dieu proposé par les Éditions Hugo Poche nous introduit une galerie de portraits disparates, tout en nous plongeant par degré au cœur de l’horreur. Nous faisons d’abord connaissance avec un jeune garçon Lovren. Il souffre de la chaleur infernale qui règne. Lovren veut avertir son voisin qu’une de ses chèvres s’est enfuie.

Cette scène semble anodine, mais ne vous laissez pas abuser. D’un seul coup dans Les Oubliés de Dieu de Ludovic Lancien, le ton change. Nous plongeons dans l’horreur. Le jeune garçon perd connaissance. Quand le vieil homme le rejoint, ce dernier hurle comme un damné les traits déformés par la peur, car la peau du visage de Lovren « a fondu comme de la cire de bougie ». Son visage « est ravagé couvert de cloques purulentes. Sa cornée est irrémédiablement brûlée par le soleil ».

Nous sommes confrontés dès le de début de ce thriller proposé par les Éditions Hugo Poche à l’horreur la plus pure. L’auteur nous invite à le suivre dans ce cauchemar où les monstres attendent de vous attraper et de vous dévorer. Le style de Ludovic Lancien est des plus captivants et des plus faciles à lire. Ainsi le chapitre 1 s’ouvre par une phrase d’accroche qui envoûte le lecteur « les pleurs, l’incompréhension (…) pourtant rien ne laissait présager un tel enchainement ». La jeune femme, secrétaire médicale, est tellement aux anges suite à ses fiançailles qu’une fois arrivée à son travail elle « n’avait pas remarqué le sang séché sur l’encadrement ».

En quelques phrases et une intro, Ludovic Lancien réussit avec Les Oubliés de Dieu à captiver notre attention. On est suspendu à sa plume. Nous glissons par palier au sein de l’horreur et de l’enfer. Pour le plus grand plaisir des fans d’horreur, de thriller nous sommes ensuite confrontés à un meurtre des plus atroces. Il nous est révélé dans les moindre détail, ce qui pour nous semble des plus prometteurs. La jeune femme est confrontée à une vision des plus insoutenables « un corps déchiqueté (…)torse grossièrement ouvert délesté de ses organes, n’était plus qu’un amalgame sanglant de tissus et de chair. Vision atroce insoutenable (…) ». Vous l’aurez compris âmes sensibles s’abstenir. Vous entrée dans un univers de souffrance et de terreur.

Nous rencontrons ensuite dans Les Oubliés de Dieu proposé par les Éditions Hugo Poche, l’un des personnages principaux : le capitaine Gabriel Spanos. Il est chargé de l’enquête. Cet homme complexe, fin limier est hanté par ses démons du passé ainsi que par la mort qui semble omniprésente autour de lui. Gabriel Spanos est tiré de ses sombres réflexions, par le téléphone. Il est appelé sur le meurtre du docteur. Une fois sur place, Gabriel ne peut s’empêcher devant l’ampleur de ce macabre spectacle de penser que « c’était comme si le corps avait littéralement explosé ».

Le capitaine Spanos fin limier se projette et analyse la scène de crime. Il donne limite l’impression de faire un profilage en tentant de se mettre à la place du tueur « Il (la victime) fallait qu’il souffre qu’il voit son corps découpé en morceaux ». Ce meurtre est synonyme de pur sadisme. Le tueur s’était occupé de ses mains en premier ainsi la victime était incapable de se défendre « Il avait observé le bourreau planter son couteau. Il avait senti les doigts farfouiller à l’intérieur… ». Gabriel Spanos en vient à la conclusion que ce meurtre n’était « qu’une vengeance haineuse aux racines profondes et inextricables ».

Les Oubliés de Dieu proposé par les Éditions Hugo Poche nous entraîne dans un thriller des plus haletant où les pistes se multiplient. Le mystère entourant ce meurtre et ses auteurs ne font que s’épaissir jusqu’au rebondissement final. Notre héros est hanté par ses démons du passé, mais aussi par de sombres présages, ainsi sur la scène de crime : « Gabriel Ferma les yeux en pressant bien fort ses paupières. Les sabots claquant furieusement sur le sol. Le hennissement des cheveux paraissait se rapprocher ». Cette évocation m’a fait penser aux quatre cavaliers de l’apocalypse. La scène de crime multiplie les signatures et les pistes.Une chose est sûre la mise en scène est sale et offensante. Elle dénote un irrespect total envers la victime.

Un rebondissement a lieu et semble de mauvais présage. Enfin cela dépend pour qui, il nous laisse entendre qu’il y aura d’autres victimes. Sur les lieux du crime les enquêteurs retrouvent le téléphone de la victime. Avant de mourir le docteur avait écrit un message qu’il n’avait pas eu le temps de l’envoyer « J’en étais sûr depuis le début. Si je meurs je ne partirai pas seul. Car si on en est là, c’est uniquement de ta faute ».

Les Oubliés de Dieu proposé par les Éditions Hugo Poche multiplie les points de vue et les intrigues ce qui facilite la lecture et nous captive. Nous suivons avec passion l’évolution de ce thriller palpitant de Ludovic Lancien. Il nous tient en haleine, cela s’intensifie plus nous pénétrons au cœur des ténèbres. Quasiment tous les enquêteurs ont une part de fragilité, d’ombre ce qui facilite l’empathie. Ce ne sont pas des surhommes. Ils ont des doutes, des blessures plus ou mais secrètes qui ne leur laissent pas de répit.

Au cours des investigations entourant le meurtre du médecin le mystère paraît s’intensifier pour notre plus grand bonheur. Ils découvrent que la victime selon son assistante était anxieuse. Une piste semble s’offrir à eux en la personne de Joseph Dumas. Dont le nom est souligné et ponctué de trois points dans l’agenda du médecin à la date du samedi 2 novembre. Cependant il n’apparaît pas dans ceux des patients.

Le docteur se révèle être un personnage secret, énigmatique qui porte sa part de ténèbres. Il finit par nous sembler pas si innocent que ça. Nous découvrons que chaque samedi en début de mois, le médecin ferme son cabinet à 18h. A cette période, il a toujours l’air pressé voire surexcité. Le 2 novembre était la seule exception à cette règle. Il était toujours dans son bureau au téléphone. La conversation l’a contrarié.

Dans Les Oubliés de Dieu de Ludovic Lancien les enquêteurs au cours de leurs investigations vont être amenés à lever le voile sur les sombres secrets du docteur. Cela en pénétrant dans son antre de la folie. Le bureau du médecin à son domicile se révèle être un cabinet de curiosité. Son épouse qui selon ses dires était effrayée par lui, il poussait des colères terribles sans violence. Pour elle c’était quelqu’un de secret. Puis la femme explique les sombres passions de son époux. « Richard aimait ce qui sortait de l’ordinaire. Les bizarreries de ce monde tout ce qui reste inexplicable l’attirait. Il était passionné par l’étude des cryptiques ». Pour ceux ou celles qui l’ignorent, il s’agit de créatures dont on ne peut prouver l’existence.

Le médecin avait un intérêt marqué, malsain de même pour la tétralogie. A savoir la science des monstres visant à « s’imprégner de l’anatomie humaine pour en déchiffrer les anomalies, les malformations organiques et les mutations génétiques ». Selon son épouse « Richard s’épuisait dans cette quête ». Il portait un intérêt pour les malformations uniques. Selon l’un des policiers présents le cabinet des curiosités était l ‘incarnation d’un esprit tordu et démontrait une part d’ombre des plus dérangeante.

Plus nous avançons dans notre lecture des Oubliés de Dieu proposé par les Éditions Hugo Poche plus le mystère entourant cette enquête paraît s’épaissir. Il vous faudra être attentif tout au long de votre lecture de ce thriller de Ludovic Lancien afin d’avoir une chance de décrypter les indices de cette plongée au cœur des enfers et des méandres de l’âme humaine. Selon le légiste il n’a rien vue de tel. Il s’exclame « Mesdames et messieurs, il y a un cannibale en liberté dans les rues de Paris ». La victime a été dévorée vivante.

Au cours de notre lecture des Oubliés de Dieux proposé par Les Éditions Hugo Poche notre intérêt est sans cesse renouvelé par les différentes pistes, points de vue. Mais aussi par les diverses références employées par Ludovic Lancien. Elles font écho en nous tout en nous invitant à plonger dans un univers cauchemardesque qui semble flirter avec le surnaturel.

Un témoin décrit un des coupables « comme une créature aux yeux rouges et à la bouche garnies de dents pointues (…) à la peau d’une pâleur maladive ». Cette piste fantastique est vite tournée en ridicule, nous sommes ramenés à la réalité. « Un vampire en plein jour ? Tu nous fais un remake de Twilight ? » ou encore « un croquemitaine comme dans les légendes. Tu ne peux pas croire à ça. On ne peut pas se fier à un homme en état de choc ».

Au cours de leurs investigations, ils vont découvrir que la créature de cauchemar est accompagnée apparemment par un homme ordinaire. Il est donc possible que le cannibale soit l’instrument de la vengeance de son maître. Le capitaine Gabriel Spanos et à travers lui l’auteur Ludovic Lancien fait un habille rapprochement avec « la bête du Gévaudan. Le monstre qui a terrorisé et assassiné des centaines de femmes et d’enfants en Lozère au XVIIIe siècle. Selon certains écrits, la bête serait un chien-loup de grande taille dressé par Jean Castel. Un chasseur du coin qui de l’assistait à chaque massacre ».

L’enquête abordée par Les Oubliés de Dieu proposé par les Éditions Hugo Poche va s’intéresser à la part d’ombre et de lumière de certains. A savoir ce que l’on sait et ce qui est caché. Il faudra vous méfier de ce que vous croyez tout en apprenant à regarder au-delà des apparences.

Dans ce thriller de Ludovic Lancien les choses vont se compliquer. Le mystère et l’horreur vont s’épaissir, nous propulsant dans les méandres entre autres de l’esprit malsain du docteur. En plein cœur de ses investigations Gabriel Spanos va recevoir un appel mystérieux d’un certain Williams. L’appel va le déstabiliser et le renvoyer à sa propre part d’ombre « le passé le rattrapait ». Cet homme était la pire chose qui lui soit arrivée. Le ramenant à une succession d’expériences stupides et dangereuses. Il s’agit plus exactement de tourisme noir. Cet être abject semble lié à l’enquête.

Les monstres se terrent dans l’ombre de cette investigation. Ils sont près à surgir. Cependant dans les Oubliés de Dieu proposé par les Éditions Hugo Poche, ils semblent plus s’agir de monstres humains qui cachent leurs monstruosités sous des aspects normaux.

Suivez si vous l’osez Ludovic Lancien dans son thriller macabre Les Oubliés de Dieu

Les Oubliés de Dieu de Ludovic Lancien. Éditions Hugo Poche Suspens. Prix :7,60€

Pour plus d’info : https://www.hugoetcie.fr/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam