Général

Prenez part à une traque sans merci où chasseurs et proies ne sont pas forcément ceux qu’on croit dans Les Morts solitaires

Les Morts solitaires de Michael Marshall. Éditions Bragelonne. Photo: Philippe Lim
Les Morts solitaires de Michael Marshall. Éditions Bragelonne. Photo: Philippe Lim

Des meurtres où les victimes sont mises en scène se succèdent sans qu’on puisse trouver de lien entre elles. Ward Hopkins et l’agent Nina vont remonter cette piste macabre pour retrouver L’Homme debout. Ce dernier fait partie du passé d’Hopkins, Ward n’aura d’autres choix que de se mesurer à ceux qui ont détruit sa vie. Ils ne sont pas les seuls à remonter la piste monstrueuse. John Zandt est prêt à tout pour retrouver L’Homme debout responsable du désastre de sa vie : la mort de sa fille.

Passionnant. Prenant. Voici les termes qui caractérisent le mieux Les Morts solitaires de Michael Marshall. Ce livre proposé par les Éditions Bragelonne est la suite directe du thriller à couper le souffle Les Hommes de paille du même auteur. « Il a su s’imposer comme l’un des grands maîtres du thriller et de la terreur ». Son talent n’est plus à démontrer, les droits de deux de ses romans ont été achetés par Steven Spielberg.

Les Morts solitaires de Michael Marshall n’a rien à envier au rythme des Hommes de paille. Nous sommes amenés à suivre la piste monstrueuse de leurs méfaits ou plutôt l’œuvre de leur tueur. Ce dernier semble avoir perdu tout contrôle. Il est surnommé tantôt L’Homme debout, mais aussi Le Garçon de course.

Ce livre proposé par les Éditions Bragelonne débute au cœur de l’action. On suit avec passion la traque menée entre autres par John Zandt et Ward Hopkins. Tous deux remontent une piste macabre. Des corps sont mis en scène pour baliser le chemin qui les mènera à une cabane renfermant de nombreux cadavres.

Dans un souci de compréhension, je vous invite à respecter l’ordre de l’intrigue ou plutôt de parution. Ainsi il vous faudra lire Les Hommes de pailles avant Les Morts solitaires si vous ne voulez pas vous gâcher le suspens, mais surtout avoir une compréhension totale de l’intrigue.

Il est de même plusieurs fois fait référence aux Hommes de paille ainsi qu’à leur tueur Le Garçon de course aussi surnommé L’Homme Debout. Les routes de John Zandt et Ward Hopkins vont se séparer. Ils se retrouveront bien plus tard au cœur de la tourmente.

L’introduction des Morts solitaires de Michael Marshall est des plus captivante. Elle recèle de nombreux mystères et interrogations. Celles-ci nous laissent sur notre faim et nous motivent à poursuivre notre lecture. L’auteur de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne nous narre l’histoire à travers différents points de vue. Cela fluidifie la lecture et intensifie l’intérêt du lecteur.

On observe ainsi l’intrigue à travers les yeux des personnes impliquées directement dans la traque, mais aussi d’autres qui le sont bien malgré elles. Cela car elles vont être confrontées à L’Homme debout. L’un des narrateurs John, va faire l’amère constatation « il n’existait qu’une personne pour le boulot que je devais faire. Il fallait que je cesse de courir et que je me mette en chasse ».

John ne sera pas le seul à faire ce constat et à se mettre à traquer L’Homme debout. Malheureusement pour eux ils n’en sortiront pas indemnes surtout pour l’un d’eux. La frontière est mince entre justice, vengeance et criminalité voire folie meurtrière.

Dans Les Morts solitaires tous les protagonistes vont finir par interagir dans ce jeu de chat et de souris aux multiples rebondissements. Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne, la démarcation est parfois bien mince entre proie et prédateur.

Nous sommes amenés ainsi à suivre l’agent du FBI Nina et son patron Charles Monroe. Ils sont confrontés à un double homicide sur deux lieux différents, mais proches. Un agent de police a été abattu et non loin de là dans motel le cadavre mis en scène d’une jeune femme est découvert. Un disque dur a été enfoncé dans son crâne. Il contient deux indices dont le Requiem de Faure. Ward apprend À Nina qu’il est destiné aux morts.

Elle requiert l’aide de John Zandt puis celle de Ward. Cette équipe avait déjà eu affaire aux Hommes de paille. « Ils prétendent être les seuls membres de l’humanité non infectés par un virus faisant passer la conscience sociale avant l’individualisme glacé qu’il voyait inhérent à notre espèce. Vraie idéologie ou prétexte pour commettre des actes violents ».

Ward va être contraint de plonger dans les tréfonds de son passé pour comprendre ce qui se passe voire pour anticiper les gestes du tueur. La clé se trouve dans le passé de celui-ci qui se révèle être le frère jumeau de Ward. Ils ont été séparés très jeune. Leurs parents ont décidé d’abandonner Paul. Ward va remonter la piste de ce dernier. A savoir, le tueur des Hommes de paille surnommé L’Homme debout, un individu infiniment dangereux.

Bien que l’intrigue de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne nous livre une traque, une chasse au trésor macabre mené tambour battant. Nous pouvons apercevoir quelques notes d’humour. Sortes de contrepoints comique qui détendent l’action. Ainsi « Nina n’aurait pas voulu être à la place du téléphone de Charles Munroe. Il fallait avoir de sacrés abdos ».

Le brio de Michael Marshall dans Les Morts solitaires est de nous narrer un thriller palpitant oscillant parfois à la limite du surnaturel tout en nous faisant douter de ce fait. Ainsi parallèlement à la traque macabre, nous sommes invités à faire connaissance avec Tom Kozach. Un homme désespéré qui décide de se perdre dans la forêt afin de se suicider. Ces plans vont être mis à mal. Au cœur des ténèbres, il va faire une étrange rencontre qui va éveiller l’intérêt d’un homme encore plus étrange. Ce dernier va se rapprocher de lui.

Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne on apprend que les Hommes de paille ont le bras long « bien plus long que nous le pensions ». Cela exacerbe le sentiment d’insécurité voire de paranoïa. Pour mener à bien leur enquête ou plutôt leur chasse à l’homme, ils vont devoir se montrer très prudent et apprendre à se méfier de tout. Les Hommes de pailles pour leur part ont la fâcheuse tendance à tuer tout en faisant accuser d’autres à leur place.

Mais comme vous aurez l’accession de vous en rendre compte tout au long des Morts solitaires de Michael Marshall les chasseurs sont aussi les chassés. Ainsi à force de mettre à mal les plans des Hommes de pailles ou de s’intéresser à eux Ward et Nina sont dans la ligne de mire.

Ils « savaient qu’ils finiraient par s’intéresser à nous pour de bon c’est fait, ça commence », « L’Homme debout dirigeait un réseau chargé d’alimenter les psychopathes friqués des Halls en kidnappant des gens à la demande ». « Il fournissait ces gens ». Tueur en série prolifique faisant partie de l’organisation (les Hommes de paille), LHomme debout semble suivre maintenant sa propre quête sanglante.

Nous sommes amenés à faire connaissance avec plusieurs personnages qui pour la plupart portent une certaine ambiguïté ou tout au moins une face cachée. Ainsi John Zandt qui avait pris part avec Ward et Nina a l’enquête sur les meurtres du Garçon de course. Ce qui a entraîné la disparition et le meurtre de sa fille ainsi que sa lente descente aux enfers (divorce, a quitté la police…). Sur le chemin de la vengeance, il est prêt à passer le point de non-retour.

Le passé est venu hanter les protagonistes de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne. Ils vont devoir plonger au cœur de la tourmente pour résoudre cette enquête, surtout que celle-ci va se corser. Nina est suspendue de ses fonctions, Zandt son ex petit ami est accusé de meurtre. Ils sont eux-mêmes traqués durant leur chasse de L’Homme debout. Les morts s’accumulent et les mystères s’épaississent.

Les Morts solitaires de Michael Marshal basculent parfois du côté du surnaturel. Cela tout en nous donnant plusieurs explications plus ou moins plausibles. Ainsi Bobby l’ancien équipier de Ward donne l’impression de n’être jamais loin, cela bien qu’il soit mort.

« Je pensais à lui pendant un instant dans son petit coin secret tout au fond de ma tête c’est là qu’ils vont tous dans le cimetière de nos esprits. Là-derrière les yeux on peut toujours les voir ce n’est pas forcément un endroit solitaire. On peut aller leur rendre visite de temps en temps ». Cependant à la faveur de la brume, de l’obscurité des êtres fantomatiques semblent apparaître.

Une chose est sur ce livre proposé par les Éditions Bragelonne est la digne suite des Hommes de paille de Michael Marshall. Cet ouvrage tient toutes ses promesses avec un thriller époustouflant où les rôles de chasseur et de chassé s’alternent.

 On suit avec passion cette intrigue menée tambour battant. Nous avons qu’une envie en connaître rapidement le dénouement. Bien qu’il appartienne à la section Terreur des Éditions Bragelonne, je le vois plus pour ma part comme un thriller. Cependant ce dernier est tout de même teinté de surnaturel et oscille vers la terreur.

Suivez si vous l’osez les pistes macabres laissées par L’Homme debout afin de l’appréhender dans les Morts solitaires

Les Morts solitaires de Michael Marshall. Éditions Bragelonne. Prix : 7, 90 €

Pour plus d’info : https://www.bragelonne.fr/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam