Culture

Préparez-vous à être touchés par l’émouvante histoire au cœur de La Lettre écarlate

La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne. Éditions Hugo Poche. Photo: Philippe Lim
La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne. Éditions Hugo Poche. Photo: Philippe Lim

Boston 1642, Hester Prynne une femme adultère dont le mari a été porté disparue est condamnée pour expier son crime à porter jusqu’à la fin de sa vie la lettre écarlate. Il s’agit du A d’adultère marque indélébile incarnant sa faute brodée en rouge sur sa poitrine.

Refusant de donner le nom de son amant, elle est contrainte de vivre à l’écart de la société a la périphérie de la ville. Elle y séjourne avec le fruit de son péché sa fille Pearl. Dans l’ombre son mari fait son retour sous une fausse identité. Ivre de jalousie il décide de démasquer l’amant de sa femme. Il fomente une vengeance implacable et cruelle.

Émouvant. Captivant. Voici les termes qui caractérisent le mieux La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne. Les Éditions Hugo Poche nous offre l’opportunité de découvrir ou de redécouvrir ce grand classique de la littérature. Il est considéré comme « le premier grand roman du continent américain ».

Pour ma part, j’ai découvert dans un premier temps La Lettre écarlate grâce au film Les Amants du nouveau monde avec entre autres Demi Moore, Robert Duvall et Gary Oldman. Plus que séduite par l’intrigue, j’avais toujours désiré lire l’œuvre de Nathaniel Hawthorne. C’est maintenant chose faite grâce aux Éditions Hugo Poche.

Je vous invite à vous attarder sur le prologue de La Lettre écarlate. Ce dernier vous en apprendra un peu plus sur Nathaniel Hawthorne et ce roman. Il est ainsi intéressant de noter que l’auteur descend d’une famille de puritains. Ils ont pris une part active aux procès des sorcières de Salem en 1662 et plus tard à la persécution des quakers. « Ce lourd passé constitue le thème majeur de toute son œuvre dont La Lettre écarlate qui en fera un écrivain fondateur ».

Ce livre proposé par les Éditions Hugo Poche nous dresse sans filtre la peinture d’une « Société intégriste » ainsi que le portrait d’une femme exceptionnelle en quête de liberté. La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne est un véritable « pamphlet contre la société puritaine arrivée en Amérique en 1620 et fondatrice des 13 colonies de la côte est ».

Ce roman proposé par les Éditions Hugo Poche commence par une partie intitulée Les bureaux de la douane qui sert de prologue à La Lettre écarlate. Cette section en partie biographique relate les trois ans que Nathaniel Hawthorne a passé dans les bureaux d’une douane. Mais cela s’arrête ici nous basculons ensuite dans la fiction.

Cette idée introduit un souci de véracité et place La Lettre écarlate comme un récit historique. « Mon esquisse de la vie de bureau à une propriété d’un genre reconnu en littérature. Elle explique comment une partie des pages qu’on va lire sont tombées en ma possession et offrent des preuves de l’authenticité d’un de mes récits ».

Nathaniel Hawthorne explique que ce lieu comporte plein de documents relatifs à l’histoire locale. A ses heures perdues, il s’attarde sur ceux-ci, jusqu’à ce qu’il ait trouvé la perle rare dans les papiers privés d ‘un inspecteur des douanes.

C’est dans ceux-ci que Nathaniel Hawthorne a découvert un paquet qui renferme un mystérieux morceau d’étoffe rouge fané « chiffon écarlate en forme de A majuscule. Lettre faite pour orner un costume ». Il en ignorait l’usage infamant. Cette lettre écarlate était accompagnée de documents relatifs à Hester Prynne « qui semblait avoir été un personnage aux yeux de nos ancêtres ».

Dans cet avant-propos de ce roman proposé par les Éditions Hugo Poche Nathaniel Hawthorne insiste sur la véracité des faits composants La Lettre écarlate. Ainsi l’inspecteur a pu composer son histoire à partir de témoignages oraux. « L’authenticité des principaux épisodes de cette histoire est garantie par le manuscrit de l’inspecteur (…). Ce document ainsi que la lettre écarlate cette curieuse relique sont en ma possession ». L’auteur reconnait tout de même avoir pris quelques libertés et ne se porter « garant que de l’authenticité des contours ». Pour lui il lui semblait « avoir là le sujet d’un conte ». Ce dernier prendra forme dans La Lettre écarlate.

Ce roman historique proposé par les Éditions Hugo Poche nous livre le récit selon plusieurs points de vue : celui de l’héroïne Hester Prynne femme au caractère exceptionnel, forte. Celui de son amant qui nous apparaît faible, mais aussi celui du mari trompé.

Ce dernier est consumé par son désir de vengeance qu’il n’aura de cesse de vouloir mener à terme contre l’amant. Cette alternance de points de vue rend la lecture fluide et captive l’attention du lecteur qui s’attache aux destins de ces personnages.

La Lettre écarlate commence au cœur de l’action. Ce roman proposé par les Éditions Hugo Poche nous plonge immédiatement dans l’épisode le plus cruel, le plus violent de la vie d’Hester Prynne. Nathaniel Hawthorne arrive à en restituer à la perfection toute la cruauté. La scène se déroule devant la porte de la prison « seuil maudit », « lieu malfaisant ». Nous allons assister dans La Lettre écarlate à une triste histoire, à un récit des plus émouvants qui ne vous laissera pas de glace.

Ce roman proposé par les Éditions Hugo Poche se situe chez les puritains de la Nouvelle-Angleterre. Plus exactement à Salem qui est surtout connu pour ses procès de sorcellerie. La foule se rassemble sur la place au marché face à la prison.

Le fait notable concerne l’empressement des femmes et l’intérêt profond qu’elles paraissaient porter à l’exécution de la sentence. La scène qui ouvre La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne nous est présentée sans filtre dans toute sa cruauté.

Hester Prynne est confrontée à une foule en colère qui assiste au spectacle tant attendu de la condamnation de la femme adultère. Les plus vindicatives à son encontre sont les femmes qui exhortent la foule. Aigries, elles semblent jalouses d’Hester.

Car cette dernière diffère des autres de par son physique des plus attrayants opposé à ces femmes gaillardes aux physiques presque masculins, mais aussi dans sa façon de penser trop en avance sur son temps, de même que par sa prestance. Elles auraient préféré que les pécheresses comme Hester Prynne « soient jugées par ses semblables des femmes d’âges mûrs, chrétienne bien fanées. ».

Peu charitable ses femmes trouvent à redire sur le châtiment, elles auraient préféré qu’Hester Prynne soit marqué au fer rouge « on l’aurait vu alors cette dame cligner ses beaux yeux ». Selon elles on peut toujours couvrir la lettre écarlate.

Le silence se fait tandis que la porte de la prison s’ouvre. Nous allons faire connaissance dans ce livre proposé par les Éditions Hugo Poche avec l’héroïne de La Lettre écarlate. Bien que l’histoire soit présentée selon plusieurs points de vue et nous livre le portrait d’une société puritaine. Pour ma part je trouve que La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne nous dresse un magnifique, mais surtout émouvant portrait de femme.

Hester Prynne fait son entrée devant cette foule hostile à laquelle elle oppose sa dignité naturelle. Elle tient un nouveau-né, le fruit du péché. Son apparence contraste naturellement avec les autres femmes de ce village. Hester a une belle allure. Elle a une silhouette remarquable son visage de même est gracieux. Sur sa robe à l’emplacement de la poitrine le A diffamant : la lettre écarlate entourée d’une élégante dorure.

En ce jour maudit pour elle « Jamais Hester Prynne ne s’était montrée sous un aspect plus imposant, plus noble qu’au moment où elle se produisit hors de la prison ». Paradoxalement la lettre ignominieuse sur sa poitrine semblait « la transfigurer c’est la lettre écarlate si étrangement et fantastiquement brodée qui brillait sur sa poitrine ». Hester est condamnée à rester à la vue de tous sur la plateforme un certain temps. Comme le dit si bien Nathaniel Hawthorne, il n’y a rien de pire « en effet que doter au repentant le droit de cacher sa honte ».

Dans ce passage de ce roman proposé par les Éditions Hugo Poche Hester Prynne nous apparaît comme courageuse, déterminée. Nous avons l’impression de voire la scène successivement à travers le regard impitoyable de la foule, mais aussi à travers les yeux d’Hester.  

On ne peut que ressentir de l’empathie pour elle qui est confrontée à une souffrance intolérable. Nous assistons à la disgrâce de cette femme face à une foule, sombre, hostile. Un instant, Hester se perd dans ses souvenirs, mais est ramené à la triste réalité par la lettre écarlate qui marque sa poitrine. Brodeuse reconnue, elle l’a entouré de dorure.

On découvre de même qu’Hester a épousé un homme vénérable, courbé par l’âge et l’a suivie dans le nouveau monde. Elle est courageuse, digne. Hester refuse d’entraîner dans sa disgrâce le père de son enfant et préfère porter seule le poids de leur acte.

La sentence tombe irrévocable et cruelle Hester « sera désormais comme une exhortation vivante a ne point pêcher jusqu’à ce qu’elle meure et que la lettre innommable soit gravée sur sa tombe ». Les juges l’exhortent à révéler le nom de son amant ce qu’elle refuse de faire.

Dès le début de ce roman proposé par les Éditions Hugo Poche des pistes nous sont données quant à l’identité de ce dernier. Il fait partie des gens qui l’exhorte à avouer le nom du coupable. Cela avec une voix émue, tremblante, saccadée. De même, le nouveau-né au son de cette voix tend ses bras vers lui et lui sourit.

Forte, elle reste sur ses positions même après qu’on lui ai dit que la lettre écarlate lui serait retirée contre un repentir sincère. Hester Prynne fait remarquer que la marque est trop profonde pour qu’on puisse lui enlever. Cependant dans ce livre de Nathaniel Hawthorne bien que son amant l’exhorte avec véhémence à révéler son nom. Il est soulagé quand Hester reste sur ses positions. Cet homme est plus que subjuguer par sa force de caractère qu’il ne possède pas. « Merveilleuse force, merveilleuse générosité qu’un cœur de femme (…) Elle se taira jusqu’à la mort ».

Pendant cette épreuve douloureuse, un homme la fixe avec intensité dans la foule. Elle reconnaît en lui son mari. Il est revenu sous une fausse identité et fomente une vengeance impitoyable. Son époux lui promet qu’il finira par découvrir l’identité de son amant et qu’il se vengera de lui.

Hester va signer un pacte avec le diable en jurant de garder l’identité de son époux secrète. Cela afin qu’il ne salisse pas le nom de son amant, n’entache sa réputation. Malheureusement pour Hester comme nous aurons l’occasion de le voir tout au long de La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne ce choix est malheureux et va causer leur tourment voire leur perte.

Dans ce livre proposé par les Éditions Hugo Poche il est plusieurs fois fait référence à la lettre écarlate, lettre infamante qui marque la poitrine d’Hester et la marque comme un fer blanc. Aussi qualifié de symbole de honte dont elle porte seule le poids. Cette lettre infâme synonyme de souillure la met à l’écart, mais la mets d’autant plus au supplice que « c’est le premier objet ayant attiré l’attention de Pearl ».

L’intrigue de ce roman proposé par les Éditions Hugo Poche nous projette ensuite sept ans plus tard. Pearl est devenue une enfant étrange, mystérieuse et cruelle comme tous les enfants savent l’être. Ce qui blesse souvent sa mère.

Nathaniel Hawthorne prend souvent à partie le lecteur à travers des apartés qui nous prennent à témoins ou nous pousse à la réflexion. « Roger Chittingworth. On sait qui se cache sous ce nom. ». Dans ce livre proposé par les Éditions Hugo Poche on suit avec passion l’évolution des trois personnages centraux qui sont piégés dans leurs secrets. Nous devinons sans peine que la conclusion de La Lettre écarlate sera tragique.

L’amant d’Hester et son mari sont tous deux consumés de l’intérieur. Le premier par sa culpabilité voire sa couardise. Il nous apparaît comme un être maladif, faible. Le second pour sa part est consumé par son désir de vengeance qu’il va mettre impitoyablement en marche.

Tout comme Hester ils sont marqués. Sa lettre écarlate symbole de honte et de déshonneur la désigne aux yeux de tous. Cependant son amant et son mari eux sont marqués par leur culpabilité pour l’un et pour l’autre par sa rage, son désir de vengeance. Tous sont tourmentés.

La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne comporte un large panel d’émotions qui sauront vous émouvoir. On est captivé par le récit de ce roman proposé par les Éditions Hugo Poche, et on a qu’une envie en connaître rapidement le dénouement.

Compatissez aux tourments des âmes en peine qui hantent la Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne.

La Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne. Editions Hugo Poche. Prix : 6,60€

Pour plus d’info : https://www.hugoetcie.fr/univers/hugo-poche/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam