Culture

Projetez-vous dans le Mexique des années 30 avec la nouvelle exposition de la Fondation Henri Cartier Bresson

© Aperture Foundation Inc., Paul Strand Archive © Magnum Photos/Courtesy Fondation Henri Cartier-Bresson © Aperture Foundation Inc., Paul Strand Archive

Du 11 janvier 2012 au 22 avril 2012, vous aurez le plaisir de découvrir Mexique 1932-1934. Cette exposition met en parallèle le travail de deux photographes Paul Strand et Henri Cartier Bresson. Pour ceux qui ne seraient pas à Paris durant cette période il vous restera une chance de vous rattraper. Mexique 1932-1934 se prolonge du 13 mai au 2 septembre 2012 au Point du Jour à Cherbourg.

Laissez-vous aller au dépaysement total et à la foule d’émotions qui va vous traverser durant cette visite. Mexique 1932-1934, vous montre deux visions d’un même pays à travers l’objectif d’artistes aux techniques bien différentes reposant: pour l’un sur la mobilité et pour l’autre sur la fluidité. En plus de cet intérêt commun pour le Mexique, ils ont tous deux rejoint pour tenter une expérience cinématographique le groupe Nykino composé de cinéastes engagés.

90 tirages en Noir et blanc vous sont présentés dans Mexique 1932-1934. Les œuvres de Paul Strand proviennent de collections espagnoles, américaines et mexicaines. En ce qui concerne les photographies d’Henri Cartier Bresson dont certaines sont inédites, elles sont extraites des fonds de la Fondation.

La première partie de cette exposition vous fait pénétrer dans l’univers de Paul Strand. Ce photographe a été fasciné par la culture du Mexique et par la piété de ses habitants. Ces deux thématiques apparaissent dans les portraits que Paul Strand a ramené, qu’il s’agisse de statuts religieuses, d’hommes, de femmes, d’enfants ou d’architecture et de paysages. Son travail met en relation les images religieuses et les portraits qui semblent reprendre parfois la même iconographie, la même thématique que ce soit dans: le drapé des châles, les titres (vierge à l’enfant /mère et enfant).

L’immobilité des photographies fait penser à une pose sans que pour autant les sujets soient vides de vie, d’émotions. Le regard des modèles est expressif et leurs expressions pleines de sens, ce qui captivent l’attention du visiteur. Ces tirages en noir et blanc reposent sur un jeu d’ombre et de lumière proche du clair-obscur qui met en valeur les sujets ou les détails.

La section de Mexique 1932-1934 consacrée à Henri Cartier Bresson vous propose aussi une série de paysages et de portraits qu’il a réalisé lors de son errance au Mexique. Pour les portraits on a l’impression d’apercevoir des instants de vie pris sur le vif, des images capturées aux cours d’une errance qui restituent les émotions, la réalité crue. Vous y verrez des portraits de travailleurs, de prostitués,…. La misère y apparait souvent, on y voit des personnes allongées dans un abandon total a même le sol sans que cela choque les passants. Sorte d’interrogation silencieuse sur la condition humaine.

L’exposition vous montre à travers le travail de Paul Strand et Henri Cartier Bresson des photographies qui touchent la sensibilité du visiteur avec ces moments de vies, teintés tout de même parfois d’une joie enfantine que rien ne semble pouvoir ternir. Par leurs oeuvres ont à l’impression de retrouver l’ancienne superstition selon laquelle la photographie piège les âmes de ses sujets tant ses portraits sont expressifs.

Faites connaissance avec le Mexiques des années 30 à travers les photographies de Paul Strand et Henri Cartier Bresson avec Mexique 1932-1934.

Paul Strand/Henri Cartier Bresson Mexique 1932-1934, Fondation Henri Cartier Bresson, 2 impasse Lebouis, 75014 Paris. Horaires d’ouverture: mardi à dimanche 13h00-18h30 et samedi 11h-18h45, nocturne le mercredi jusqu’à 20h30.

Pour plus d’information: www.henricartierbresson.org

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam