Culture

Réjouissez-vous Ash est de retour pour un nouveau combat dans Army of Darkness vs Reanimator

Army of Darness vs Reanimator. Éditions Reflexions. Photo: Philippe Lim
Army of Darness vs Reanimator. Éditions Reflexions. Photo: Philippe Lim

Ash après avoir combattu une nouvelle fois les deadites se retrouve pour son malheur enfermé à l’asile d’Arkham. Il va être confronté à l’effrayant Herbert West Reanimator en personne et à ses terribles créatures. Une nouvelle lutte pour l’avenir de l’humanité va commencer.

Gore. Décalé. Captivant. Voici les termes qui caractérisent le mieux Army of Darkness vs Reanimator proposé par les Éditions Réflexions. James Kuhoric au scénario assisté entre autres de Nick Bradshaw et de Sandford Greene nous livre un crossover incroyable Army of Darkness vs Réanimator. Il ne faut pas oublier que le Necronomicon cause de tous les malheurs dans l’univers d’Ash est lié à Lovecraft et que Reanimator est une de ses créations.

Sur la couverture de ce comics proposé par les Éditions Réflexions nous découvrons notre cher Ash en pleine action. Il se jette sur un être chimérique cauchemardesque dont des tentacules sortent de la tête. Cette créature nous renvoie à l’univers de Lovecraft, des anciens et de Yog Sogthoth. Dans cette illustration le sang gicle et les tendues sectionnées volent. Le O du mot Reanimator se transforme en tête de mort entre le sombre présage et la promesse d’une aventure des plus captivantes.

Army of Darkness vs Reanimator proposé par les Éditions Reflexions commence après la bataille. Nous y voyons des policiers aux visages déconfits « je vais être malade vieux ». Ils observent le carnage ou plutôt son résultat au sein du Smart. James Kuhoric a fait le choix intéressant de restituer dans des encarts le bulletin d’information. Une vignette reprend à la perfection l’image de l’émission. On peut observer en bas de celle-ci le nom du programme « Fuzz (cops live real crazy !) ». En arrière-plan on voit un homme habillé en Elvis aux prises avec la police qui l’appréhende.

Dans Army of Darkness vs Reanimator la qualité des illustrations est telle qu’elles ont un rendu très cinématographique. Dans ce comics proposé par les Éditions Reflexions, Elles restituent à merveille l’action souvent dans une succession d’images qui reprenne la frénésie du moment. L’homme se débat en appelant Sheila. L’image suivante nous montre dans une sorte de raccord regard un policier de dos portant contre son gré une femme sur son épaule. On en déduit qu’il s’agit de Sheila. Cette dernière s’écrit en se débattant « Enlevez vos sales pattes ! Vous ne savez pas ce que vous faite Ash ».

Le plan suivant se resserre sur le visage presque hystérique de Sheila qui agrippe le micro de la journaliste. Cette dernière voulait interviewer la dernière survivante de ce carnage. Sheila s’écrit « vous devez libérer Ashley ! c’est un héros pas un meurtrier. Ash ! Ash ! ». Car oui mes amis cet homme habillé en Elvis est notre cher Ash croisé entre autres dans Evil Dead.

Dans Army of Darkness vs Reanimator proposé par ces Éditions Reflexions comme cela est souvent le cas Ash est confronté l’incompréhension. Les dessinateurs Nick Bradshaw et Sandford Greene associés au talent du scénariste James Kuhoric ont fait l’habite choix de jouer sur les couleurs pour restituer entre autres les pensées d’Ash. On peut voir des sortes d’encadrés jaunes aux bords irréguliers. Comme vous pouvez vous en douter comme à chaque fois ça vaut le détour.

Dans cette nouvelle aventure proposée par les Éditions Reflexions notre cher Ash n’a rien perdu de sa verve et de son mordant. Une fois confronté aux pensées d’Ash on a plus de doute sur la personne. On retrouve son humour décalé, son irrévérence et son franc parlé qui font tout son charme. Ainsi dans une vignette, on peut apercevoir le visage de notre héros ou plus exactement anti-héros pressé contre un mur « Typique, tellement typique. Je sauve la situation et gémit écraser contre un mur pendant que capitaine Donut à la crème du département de la police passe à la TV ».

Malmené, il est arrêté. Dans cette mise en bouche d’Army of Darkness vs Reanimator ses pensées alternent avec des annonces du flash info. Ces derniers restituent en live l’action « encore un dangereux criminel mis hors d’état de nuire grâce à nos officiers de Detroit. Souvenez-vous quand ces choses tournent mal ! Appelez Fuzz. Tous les suspects présentés sur Fuzz sont coupables jusqu’à preuve du contraire ». Chose étonnante, car en règle générale c’est plutôt le contraire. Cela ne laisse rien présager de bon concernant l’avenir d’Ash. Nous apercevons la journaliste d’un côté et de l’autre Ash emmené menottes aux poignets. Nous remarquons sa prothèse en métal.

Ce comics proposé par les Éditions Reflexions se poursuit par un plan d’ensemble de la scène et du carnage. Ash explique la scène on a de nouveaux accès à ses pensées ou ses dires « les Deadites ont disparu…devinez à qui on fait porter le chapeau ? et oui à moi Ashley J. Williams ». Nous retrouvons évoqués ici ses ennemis de toujours.

La double page suivante d’Army of Darkness vs Reanimator illustre à merveille dans un ensemble d’images ce qui s’est passé précédemment. Elles mettent en images les propos d’Ash tout en faisant écho chez les fans d’Evil Dead. « Mais ça n’a pas toujours été le cas. J’avais une vie autrefois. Mais c’était il y a bien longtemps avant la mort de nombreux amis ». La première image met en scène Ash étiquetant des produits. Puis on voit une succession d’illustrations où Ash pourfend le mal.

 Il lutte contre les Deadites êtres démoniaques avec une tête de premier de la classe. « Personne n’a jamais vraiment cru ce qui m’était arrivé, mais ce n’est pas grave certaines nuits je n’y croyais pas non plus. Les événements de la cabane d’Arthur sont assez flous, mais on a qu’à dire que je suis venu, j’ai vu et j’ai botté le ces deadites ». Sorte de résumé des épisodes précédant l’ayant mené au moment présent « tête d’épinard m’a renvoyé dans mon époque trop tôt et je me suis retrouvé face à un taré démoniaque voulant dévorer le monde ».

Dans cette double page d’Army of Darkness vs Reanimator proposé par les Éditions Reflexions, Nous voyons un homme avec une imposante barbe blanche tenir le livre maudit : le Necronomicon. S’ensuit une succession de combats, dont la frénésie est restituée à merveille. Durant le voyage Ash perd sa tronçonneuse. « Mais après ça rien ne s’est arrangé le mal m’a suivi et a pris possession des employés et des clients du magasin. J’ai fini par renvoyer tous les esprits en enfer la queue entre les jambes. Mais au final tout ce qui s’est passé chez Prix bas(…) met mis sur le dos ».

Nous revenons au temps présent, il semble que cette fois-ci il s’agit plutôt de son plaidoyer et non de ses pensées « C’est là que j’ai utilisé l’arme de mon bras pour faire un smoothie avec le lobe frontal de Smart le Scorpion avant de le renvoyer » Ash est assis sur le banc des accusés au tribunal. Sans grande surprise son plaidoyer n’a pas eu l’effet escompté auprès du jury. Ce dernier nous apparaît effrayé, atterré. Ash conclu « j’ai au beau leur dire ce qui s’est passé, personne ne croit au Necronomicon et aux voyages dans le temps ». En même temps objectivement on passerait pour fou pour bien moins que ça.

Le verdict est sans appel « la cours vous déclare inapte à subir un procès et vous condamne à l’internement à vie à l’asile d’Arkham ». Car oui nous avons presque failli oublier que dans ce comics proposé par les Éditions Reflexions Ash va se retrouver propulsé en plein cœur de l’imaginaire de Lovecraft et des êtres de cauchemar qui le peuplent. Ash interdit est emmené par deux policiers. Avant de partir il les met en garde « Attendez-vous ne pouvez pas (…) ils sont toujours là. Ils vont dévorer votre âme ».

Army of Darkness vs Reanimator emploi de nouveau une succession d’images qui résume les différentes étapes avant l’internement d’Ash. Ce comics proposé par les Éditions Reflexions fait ensuite un bon temporel. Un docteur fait le point avec deux hommes « le patient est là depuis 6 mois et a été sujet à des crises de violence et de fortes protestations. Mais sa notoriété a fait augmenter le niveau des subventions d’Arkham et l’université Miskatonic nous a autorisé… ».

Tout fan de Lovecraft qui se respecte trouvera son attention titillée par ces deux termes : Arkham et l’université Miskatonic qui nous promettent une plongée des plus captivantes dans l’horreur et l’imaginaire de l’auteur. L’image se centre sur le visage peu rassurant du médecin « à pousser nos recherches ». Il guide ses visiteurs vers une cellule de l’aile spéciale ou lui seul à accès.

Dans l’illustration suivante d’Army of Darkness vs Reanimator nous sommes des plus étonnés par la scène qui suit. « Mr Williams dites bonjour à vos nouveaux amis » s’exclame le docteur. Nous apercevons des jambes et des pieds crispés dans un lit. Puis un encadré jaune « Mon nom est Ash ». Le plan suivant nous montre Ash le visage crispé entravé sur un lit, encerclé par une horde de monstres qui le harcèle « et je suis un malade mental ». Notre cher ami semble avoir perdu de sa superbe et être en bien mauvaise posture. Il n’est plus que l’ombre névrosé de lui-même.

Army of Darkness vs Reanimator nous amène à suivre les pas du docteur. Il ouvre une porte derrière laquelle se terrent des créatures de cauchemar suturées et à l’intelligence des plus limitée. Quand ils émettent des sons, les bulles sont encadrées de vert « Maitrr ». On y retrouve certaines créatures qui ont tourmenté Ash. « Bonjour mes petits dévoreurs avez-vous été de gentils corps aujourd’hui ? Pas de palpitations ? ». A sa plus grande surprise et reçoit un cœur avant de se reprendre, l’image se resserre « Bien ça c’est de la palpitation ». Vous aurez le plaisir de retrouver souvent tout au long de votre lecture de ce comics proposé par les Éditions Reflexions l’humour noire, décalé cher à l’univers d’Ash.

Une fois en ses lieux vous entrée dans le monde du grotesque et de l’horreur. Le docteur prend place à la table de son labo où on trouve un récipient contenant des morceaux épars de corps. « La dernière version du fluide de réanimation est celle qui a le plus de potentiel à ce jour ». Comme le titre de ce comics proposé par les Éditions Réflexions le laisse entendre nous comprenons qu’il s’agit de ce cher docteur Herbert West.

Il se désole que ses formules ramenées la chair à la vie, mais sont incapables de réactiver correctement le cerceau. Herbert West est sujet à l’hubris et se veut « le nouveau dieu de la chair ». Quand une de ses créatures décérébrées veut l’attaquer, l’homme la frappe avec un fer de golf « bah les pattes mon ami/on ne touche pas un Dieu ». La porte s’ouvre sur une ombre inquiétante « c’est l’heure /A oui les deadites, j’ai failli oublier ».

C’est à ce moment précis dans Army of DarknessVs Reanimator que le monde de Lovecraft côtoie ou plutôt fusionne avec celui d’Ash. Il rejoint un homme qui détient le Necronomicon « Ne sois pas trop distrait par tes créations mon Reanimator, rappel toi que ce ne sont que des instruments du retour des anciens dans notre dimension », « le nouvel ordre doit débuter sur une terre saine », « l’humanité doit être éradiquée », « Invoquons les Deadites afin de préparer le chemin pour les morts ». Le Necronomicon est pris d’une vie propre toutes crocs dehors, il pousse un grognement. La frénésie des images suivantes restitue semble-t-il l’impact de ce cri.

Nous percevons dans un plan le visage effrayé d’Ash toujours entravé t. Il a perdu de sa superbe et supplie « laissez-moi sortir ». Paniqué Ash tente de se rassurer en réponse aux étranges bruits qu’il entend et qui semblent provenir de l’ampoule « tout va bien, tout va… ». L’ampoule se métamorphose en globe oculaire et se moque de lui dans une bulle encerclée de rouge. Ces dernières introduisent les propos des deadites « tout va bien, tout va bien bwahaha… ».

Le lit est lui aussi posséder un visage inquiétant se dessine sur l’oreiller d’Ash et le menace « on te tient l’élu. On va arracher la chair de tes os (…) ». Ash impuissant se débat tant bien que mal et nous donne l’impression d’être en bien mauvaise posture. Son lit semble prêt à l’engloutir ce qui n’est pas sans rappeler une scène du Cauchemar à Elm Street. « C ‘est l’heure de faire dodo pour toujours Ash ».

Tout d’un coup dans un tracas une ombre fait son entrée avec dans une main une tronçonneuse et dans l’autre un fusil. Il semble en mauvaise posture et tombe au pied d’une belle femme en tenu d’infirmière. Cette dernière surnommée Sugarbaby exorcise le lit. Même au plus profond de l’horreur et de l’action l’humour, l’absurde propre à l’univers d’Ash est toujours présent dans Army of Darkness vs Reanimator. On voit un esprit démoniaque aux traits grossiers partir en s’exclamant « non je ne veux pas rentrer à la maison ».

Même au plus bas notre cher Ash garde son humour, son mordant. Tout au long de votre lecture de ce comics proposé par les Éditions Reflexions il vous faudra être attentif pour découvrir les multiples références. « Oh je me fais secourir par Schneider et Daisy Duke c’est quoi ce putain de merdier ». On retrouve ici une référence à Shérif fait-moi peur. L’homme déclare « on connaît ton histoire tu es l’élu et on va te sortir de là ».

Ash au début parait peu investi. Il semble avoir perdu la foi ou avoir subi un lavage de cerveau. Cela change quand ils lui rendent ses affaires. S’en suit dans Army of Darkness vs Reanimator un plan sur l’intérieur d’un étui à guitare où l’on retrouve tout l’attirail d’Ash. « Les fringues sont des accessoires du film Army of Darkness qui s’inspire librement de ton histoire ». Suis un topos sur la mission de l’élu soit Ash pour sauver l’humanité.

Dans Army of Darkness vs Reanimator, Ash nous apparaît dans toute sa splendeur face à ce discours Il agit comme un anti-héros accompli, irrévérencieux, couard ou plutôt je-m’en-foutiste « voilà ce qu’on va faire toi, ton Flamby tatoué et votre théorie de portail vous passez cet asile au peigne fin. / Moi je me tire avant que d’autres taré ne… ». Trop tard le chaos prend place dans L’asile. Ash va devoir passer à l’action.

Comme toujours dans Army of Darkness vs Reanimator les illustrations de Nick Bradshaw et Sandford Greene rendent à merveille la frénésie des combats et la folie furieuse. Armé de sa fidèle tronçonneuse Ash débite du deadites et autres monstres en morceaux. Le sang maudit gicle. Gros plan sur le visage d’Ash couvert de ce sang près au combat « oui c’est bon ça. Hello mes amis je suis de retour ».

Dans Army of darkness vs Reanimator proposé par les Éditions Reflexions nos héros tout comme nous ne sont pas aux bouts de leur surprise. Le mystère s’épaissit et nos amis paraissent en bien mauvaise posture. Les créatures abattues semblent se relever et sont munies de tentacules le temps d’Yog gothoth, l’ancien hantant les textes de Lovecraft, nous donne l’impression d’être tout proche. Comme le dit bien Ash, il faut se méfier des apparences « on va arriver au QG des deadites Il faut se méfier de leurs mauvais coups. Ces vermines vont utiliser tout ce qui vous est cher ».

Le brio James Kuhoric dans ce comics proposé par les Éditions Reflexions est de satisfaire à la fois les fans de Ash et de Lovecraft dont je fais partie je dois l’avouer. Il reste fidèle à l’esprit d’Ash gore, grotesque, pleins d’action. Tout en nous servant une intrigue qui s’appuie sur Lovecraft. Cet auteur est lié au Necronomicon, nous retrouvons à ici une partie de son univers. Dans Army of Darkness vs Reanimator James Kuhoric multiplie les sources d’inspiration et les références à l’univers de la littérature et du cinéma. Il est aidé en cela par les talentueux dessinateurs Nick Bradshaw et Sandford Greene toujours dans un style gore et absurde qui saura vous ravir.

Sugarbaby met en garde Ash « Ne regarde jamais les miroirs. C’est un piège Ash les miroirs sont des passages vers la dimension interdite. C’est là que ces deadites et autres monstruosités ont été bannies ». Après de multiples péripéties nous seront amené à suivre Ash de l’autre côté du miroir dans un lieu étrange, effrayant où l’on peut voir de nombreuses pendules. Ces objets associés à la longue et interminable chute que fait Ash nous fait tout de suite penser à Alice aux pays des merveilles, enfin plutôt une version plus cauchemardesque. Les références ne s’arrêtent pas là.

Ce comics proposé par les Éditions Reflexions se lit d’une traite. On suit avec passion cette nouvelle aventure d’Ash, celle-ci va le mener dans l’univers de Lovecraft. Il va y rencontrer « un Frankenstein au rabais » comme le dit si bien Ash : Herbert West provenant de Reanimator. Un savant fou souffrant d’hubris qui a pactisé avec les deadites et un disciple de Yog Sogthoth pour mener à bien son dessein.

Prenez part au combat du siècle aux côtés d’Ash avec Army of Darkness vs Reanimator.

Army of Darkness vs Reanimator Scénario de James Kuhovic Dessins de Nick Bradshaw et Sandford Greene. Éditions Reflexions. Prix : 16,50 €

Pour plus d’info / vente en ligne: https://editions-reflexions.com/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam