Culture

Voguez aux côtés du Hollandais volant à travers un univers surréaliste et poétique dans Pandora

Pandora d'Albert Lewin. Carlotta Films
Pandora d’Albert Lewin. Carlotta Films

Deux corps sont repêchés au large du village d’Esperanza en Espagne. Quelques temps auparavant la belle Pandora Reynolds, une chanteuse américaine, tenait sous son charme envoûtant les hommes de la région. Elle se montrait glaciale, insensible à leur encontre.

Un soir, intriguée Pandora repère un yacht amarré dans la baie. Attirée, elle décide d’y aller à la nage. Pandora y fait la connaissance de l’énigmatique Henrik Van der Zee. Ce dernier n’est autre que le Hollandais volant de la légende. Il est condamné à errer éternellement sur l’océan jusqu’à ce qu’il trouve une femme prête à mourir pour lui.

Menu DVD. Pandora d'Albert Lewin. Carlotta Films
Pandora d’Albert Lewin. Carlotta Films

Irréel. Poétique. Surréaliste. Voici les termes qui caractérisent le mieux Pandora d’Albert Lewin. Carlotta Films nous donne l’opportunité de découvrir « ce conte passionné et envoûtant à la gloire d’Ava Gardner » dans une nouvelle restauration 4K disponible pour la première fois en France.

Envoûtant ce conte sophistiqué disponible en DVD chez Carlotta Films saura vous séduire par son charme et son aura à la fois poétique et déstabilisant voire surréaliste. Comme le dit si bien Martin Scorsese à propos de Pandora d’Albert Lewin « regarder ce film c’est comme entrer dans un rêve étrange et merveilleux ».

Cette œuvre proposée en DVD par Carlotta Films apparaît comme « une relecture grandiose de la mythologie à travers la figure de Pandora et du Hollandais volant » Pandora semble incarner à la fois la figure de l’amour maudit et rédempteur.

Pénétrons maintenant au cœur de ce conte poétique et surréaliste d’Albert Lewin. Le titre original de ce film proposé en DVD par Carlotta Flims est des plus explicite : Pandora and the Flying Dutchman. Il est aussi précisé inspiré de la légende du Hollandais volant.

S’ensuit un plan d’une plage avec en surimpression la légende « D’après la légende, le Hollandais volant était condamné à naviguer éternellement jusqu’à ce qu’il trouve une femme qui l’aimerait assez pour mourir pour lui ». La trame de ce film proposé en DVD par Carlotta Films est tracée.

Le conte va maintenant débuter. Pandora commence au cœur de l’action. La scène se situe près d’une île côtière. La caméra s’approche d’un bateau. Dans une alternance de plans, on voit des pêcheurs qui remontent un filet. Ils plaisantent entre eux. Le ton de ce film propose en DVD par Carlotta Films change du tout au tout. Leurs regards se figent la musique se fait funeste.

Pandora d'Albert Lewin. Carlotta Films
Pandora d’Albert Lewin. Carlotta Films

Tout au long de Pandora d’Albert Lewin, on peut noter la beauté à la fois picturale et poétique de ce film des plus onirique. Nous apercevons ensuite au premier plan, la cloche d’une église. Puis en arrière-plan, le bateau qui accoste. Les villageois accourent.

La caméra change de point de vue, s’éloigne. On discerne une femme dos à nous qui observe la scène à travers un télescope. Elle prévient son oncle qu’un événement qu’ils semblaient craindre vient d’arriver. Tous deux arrivent sur la plage. Tandis que la cloche sonne de façon funeste. Janet la jeune femme donne l’impression de chercher quelqu’un ou quelque chose. Elle semble soucieuse. Janet interpelle un homme « Stephen ne regarde pas ».

Pendant ce temps, l’oncle se rapproche. Dans un raccord regard, on voit ce qu’il observe. Il s’agit d’un filet de pêche. Deux mains en dépassent celle d’un homme et d’une femme. La main du premier repose avec douceur sur celle de la femme donnant l’idée qu’ils se sont rejoints dans la mort.

 Pandora d'Albert Lewin. Carlotta Films
Pandora d’Albert Lewin. Carlotta Films

Nous pouvons voir au premier plan un livre que l’oncle saisit. Dans ce passage de Pandora d’Albert Lewin, Geoffrey récite un proverbe qui résume parfaitement le thème du film. A savoir « la mesure d’un amour est ce que nous consentons à donner pour lui ». Cela sans qu’il puisse se rappeler qui est à l’origine de cette phrase. Cette dernière associée à la musique funeste et la scène précédente nous indique que nous allons assister un drame.

Ce conte onirique proposé par Carlotta Films en DVD est loin d’être un conte de fée bien au contraire, il semble plutôt s’agir d’une tragédie. Pandora d’Albert Lewin nous est conté par Geoffrey. Plus précisément les événements nous ayant mené à ce moment précis.

De retour chez lui il a toujours le livre à la main. Dans un gros plan, la caméra se resserre sur le visage de Geoffrey, notre conteur. Il commence son récit « quand je l’ai vu je ne supposais guère qu’il pouvait être différent des autres être humain et maintenant ma raison se refuse encore à croire ce que les faits prouvent ».

Devant lui nous pouvons observer plusieurs artefacts, reliques archéologiques. Geoffrey nous apparaît passionné d’histoire et de mystère.« Il faudrait que je revive ce jour instant par instant. Toute ma vie j’ai réuni des fragments de mystère. Peut-être puis-je forcer celui-ci à nous livrer son secret ».

C’est à ce moment précis de ce film proposé en DVD par Carlotta Films que Geoffrey le conteur commence son récit. « Cela commença une nuit ». S’ensuit un flashback nous entraînant à l’époque où l’histoire au cœur de Pandora d’Albert Lewin se déroule. « J’étudiais un curieux manuscrit en hollandais du XVIIe siècle ».

Pandora d'Albert Lewin. Carlotta Films
Pandora d’Albert Lewin. Carlotta Films

Ces deux époques semblent un court instant se superposer avant de nous amener au temps du conte, du récit. On discerne un homme dans lequel nous reconnaissant Geoffrey qui étudie un texte « cela devait être la confession du Hollandais volant ».

Le ton ainsi que le décor de ce film proposé en DVD par Carlotta Films change du tout au tout. La scène se déroule dans un bar de la ville d’Esperanza. Elle se concentre sur des chanteurs et danseurs de flamenco. En voix off, nous entendons Geoffrey notre conteur qui poursuit son récit. Celui-ci s’incarne devant nos yeux.

C’est à ce moment précis de Pandora d’Albert Lewin que nous faisons connaissance avec Pandora Reynolds. La caméra se resserre sur les spectateurs et plus particulièrement sur une femme. « Je sais que j’y trouverai Pandora ». Nous nous doutons  qu’il s’agit d’elle. Cette dernière est attablée à une table avec trois femmes, mais surtout deux de ses prétendants. « J’étais autant qu’eux l’esclave de Pandora » poursuit Geoffrey. La beauté d’Ava Gardner tout au long de ce film proposé en DVD par Carlotta Films est sublimée. Vous découvrez dans ces bonus ce DVD que « ce rôle avait été écrit sur-mesure pour elle ».

Pandora d'Albert Lewin. Carlotta Films
Ava Gardner Pandora d’Albert Lewin. Carlotta Films

Pandora Reynolds tout au moins au début de cette œuvre d’Albert Lewin apparaît comme une beauté glâcée, inaccessible, froide, mais pas entièrement Pandora semble avoir un vide en elle. Tout au long de ce film proposé en DVD par Carlotta Films le danger, la mort, est attaché à ses pas faisant d’elle l’incarnation de la figure de la femme fatale.

Ainsi lors de ce passage face à deux rivales jalouses Pandora a à ses côtés deux prétendants. Stephen, de même que Janet qui est éprise de lui et pour finir Reggie. Ce dernier transi d’amour se consume pour elle. Protecteur, il renverse sa boisson sur une des femmes jalouses qui médit sur Pandora. Elle s’installe au piano du bar suivie par Reggie et chante.

Dans un plan de ce film proposé en DVD par Carlotta Films on voit Reggie verser une substance dans un verre. On se doute qu’un drame va avoir lieu sans deviner réellement ce qui va se passer. Accoudé au piano, il l’écoute subjugué. S’ensuit une alternance de plan. « Songezvous à moi ?» / « Non Régis »/« Stephen ? » / « Ni à vous ni à Stephen » / « A qui songez-vous ? » / « je l’ignore, l’homme rêvé n’est pas encore venu ».

Dans cette partie de Pandora d’Albert Lewis tous sont séduit par le charme envoûtant voire hypnotique de Pandora. Cette dernière quant à elle nous apparaît indifférente, le regard distant, perdu. Reggie en ultime recours lui propose d’être sa femme. Devant son refus, il commet par désespoir un geste irréparable. Il boit le verre que nous savons empoisonné. La musique se fait inquiétante raccord regard Pandora. Puis le verre de Reggie qu’elle fixe des yeux.

Le film se poursuit par un plan sur Reggie qui fataliste dit « quand sonne l’heure de la dernière heure tous les êtres qui s’en vont ouvrent la porte à la mort qu’ils choisissent ». Cette phrase entraîne un sombre présage en nous quant à la suite du film et de ce conte onirique. Il s’éloigne de Pandora et s’adresse à leur groupe.

Suis dans ce film proposé en DVD par Carlotta Films une caméra subjective montrant tout le brio du réalisateur restituant le malaise, la fin de Reggie. Plans assez déstabilisants. Tous sont chamboulés par sa fin tragique seule Pandora sort du lot et semble indifférente.

Tout au long de Pandora d’Albert Lewin Geoffrey notre conteur intervient plusieurs fois en voix off pour résumer l’action et introduire ce qui va suivre. Ainsi nous apprenons que Pandora c’est isolée quelques jours. Geoffrey sa nièce et Stephen font leur entrée. Nous découvrons tout comme eux avec stupeur que Pandora est loin de se recueillir. Ils la croyaient prostrée dans une lugubre solitude.

Le plan suivant de ce film proposé par Carlotta Films en DVD dément ce fait. Pandora est resplendissante vêtue de blanc. Elle fait griller des chamallows qu’elle déguste. Le lieu où Pandora se trouve est des plus lumineux. Janet qui est éprise de Stephen est outrée et la juge insensible. Pandora dit ne pas connaître l’amour.

Aveugle, insensible au mal être de Reggie qui avait à de multiples reprises menacé de se suicider. Elle affirme froidement que de « toute façon la vie n’a pas d’importance ». Pandora prend la jeune femme à part « vous craignez peut-être que je reporte mon attention sur Stephen ? ».

Celui-ci pendant ce temps déguste un chamallow « je le souhaite peut-être ? ». Elle lui demande de l’emmener faire un tour dans sa voiture de course. Geoffrey assiste à la scène et lui dit « la vie a son importance vous le découvrirez plus tard » ce qui bien sûr se révélera être le cas.

Dans la séquence suivante de Pandora d’Albert Lewin nous découvrons que la voiture porte le nom de la jeune femme. La voiture est normalement prévue pour une personne et ne dispose que d’un frein à main. Ils se lancent à vive allure dans des virages en épingle à cheveux. Pandora semble se réjouir aimer les sensations fortes. Peut être pour elle est-ce la seule chose, toute au moins pour le moment, qu’elle ressente ou comble un vide.

Pandora d'Albert Lewin. Carlotta Films
Pandora d’Albert Lewin. Carlotta Films

Une fois à l’arrêt on voit en gros plan le visage de Pandora. Son regard semble attiré par quelque chose. Dans un raccord regard nous discernons au loin un bateau. C’est à ce moment précis de ce film proposé en DVD par Carlotta Films que Pandora aperçoit pour la première fier le bateau de Henrich Van der Zee. Son attention et elle-même sont irrémédiablement attirées par cet objet. Ce bateau semble avoir tout comme son capitaine ce même pouvoir attractif sur Pandora qu’elle exerce sur les hommes.

Tous deux se rapprochent du bord « tiens il y a un yacht étrange dans la baie ». Stephen pour se moquer d’elle lui dit ironiquement « sans doute que votre destinée est à bord de ce yacht et que c’est le Hollandais volant ». Malheureusement pour lui il énonce un fait. Le destin de Pandora semble tracé.

Son intérêt, sa curiosité sont piqués à vif par le bateau « il s’agissait d’un vaisseau fantôme ». Tous deux sont sur le même plan Stephen lui fait sa déclaration. Elle donne l’impression de se remémorer l’expression qu’on a entendu au début et qui semble aller de pair avec le Hollandais volant.

A savoir « la mesure d’un amour est ce que nous consentons à donner pour lui ». Ainsi elle lui demande « quel sacrifice feriez-vous pour moi ? ». Stephen déclare qu’il accepterait tous ses désirs. Elle lui demande de sacrifier ce qu’il a de plus précieux : sa voiture. Il y consent.

Nous retrouvons tout au long de Pandora d’Albert Lewin des plans d’une grande poésie de même que d’une grande beauté picturale. La jeune femme se penche au bord pour assister à la chute de la voiture. Puis, elle s’allonge au bord du précipice. Au premier plan Pandora nous apparaît de profil tandis que Stephen est au second plan. Elle consent à se fiancer.

Pandora d'Albert Lewin. Carlotta Films
Ava Gardner et James Mason dans Pandora d’Albert Lewin. Carlotta Films

Comme on aura souvent l’occasion de le voir dans ce film proposé en DVD par Carlotta Films le danger, la mort gravitent autour de Pandora. Sombre présage pour la suite qui donne l’idée de menace et d’une fin funeste. Ils sont rejoint par l’oncle Geoffrey qui a vu la scène de loin avec son télescope. Quand il leur dit « vous êtes fou ». Pandora répond « complétement et magnifiquement fou ». Elle lui annonce de même leur fiançailles.

Geoffrey redit l’expression « la mesure de l’amour est ce qu’on consent à donner pour lui ». Il va ensuite parler de la légende « connaissez-vous le Hollandais volant j’étudie un texte relatif à cette légende ». Pandora répond « Stephen pense qu’il a vu le vaisseau fantôme dans la baie ». « Ce serait étonnant répond Geoffrey quoique selon la légende le Hollandais peut descendre tous les 7 ans à terre pour trouver la femme qui le sauvera ».

L’intérêt de Pandora est captivé « qui le sauvera de quoi ? ». Il lui répond qu’une femme doit renoncer à la vie pour lui. Ironique elle déclare une « preuve d’amour plus grande que le votre vous avez sacrifié la voiture ». On aura l’occasion de se rendre compte que le yacht est toujours dans les environs ou a porté de vision de Pandora. Son regard, son attention sont inexorablement happées par lui. Elle finira par courrir sur la plage puis se dévêtir laissant les deux hommes à leur occupation. Pandora nage vers le bateau sorte de chant des sirènes qui l’attirent.

Tout au long de ce DVD proposé par Carlotta Films nous pouvons observer plusieurs figures de mise en garde qui comme souvent dans les contes ne sont pas prise en compte « il ne faut pas prendre les légendes à la légère Pandora ». Sorte de rappelle à l’ordre, mise en garde.

Cette séquence de Pandora d ‘Albert Lewin fait montre d’une grande poésie, beauté picturale. La jeune femme monte sur le bateau qui semble vide. A l’exception d’un homme, le capitaine. Il peint imperturbable un tableau. Pandora nous apparaît dans toute sa splendeur, sa superbe sûre d’elle tandis que lui reste imperturbable.

Nous découvrons avec stupeur tout comme elle que la femme sur le tableau lui ressemble. Hendrik lui explique qu’il a représenté le mythe de Pandora. D’abord en colère, elle saccage la toile devant un Hendrik imperturbable. Il explique dans une phrase que nous découvriront lourde de sens « une fois j’ai été en colère je ne veux plus l’être ». Devant l’attitude d’Hendrik Pandora se laisse enfin toucher et semble honteuse de s’être laissé emporter. Il la rassure son intervention a amélioré son œuvre. Selon lui aucune œuvre d’art n’est complète sans l’intervention du hasard.

Nous assistons ici à un tournant de ce film proposé en DVD par Carlotta Films. A savoir la premiere rencontre entre Pandora et Hendrik. Elle est sous le charme, sa personnalité son attitude vont peu a peu changer à partir de là. Le charme est rompu par l’arrivée de Geoffrey et Stephen. Cependant le mal est fait Pandora est touchée, son apparente froideur, insensibilité se fissure. Elle va enfin ressentir des émotions.

Tout au long de Pandora d’Albert Lewin il est souvent fait par l’intermédiaire de Geoffrey référence au Hollandais volant et à sa légende. Tous deux semblent planer comme une menace sur l’intrigue et les personnages. A partir de ce moment Hendrik est introduit dans leur cercle d’ami. Hendrik et Pandora sont tombés sous le charme l’un de l’autre.

Pandora d'Albert Lewin. Carlotta Films
Pandora d’Albert Lewin. Carlotta Films

S’il n’est pas présent son yacht est toujours a porté de vue ou en arrière-plan. A noter l’importance des profondeurs de champs. Geoffrey voit se rapprochement d’un mauvais œil et à une sensation angoissante les concernant. Tout commela figure de la mise en garde celle du mauvais présage apparaît souvent dans ce conte surréaliste et poétique.

La révélation pour l’oncle ou la totale compréhension aura lieu un peu plus tard quand le conteur requiert l’aide d’Hendrik pour traduire un texte hollandais. Il s’agirai des mémoires du Hollandais volant. Hendrik regarde ce texte et déclame le récit comme s’il le vivait. L’histoire se déroule devant nos yeux à travers un flashback. Nous assistons à son récit. La légende prend corps devant nos yeux.

Tous deux sont de connivence et entendent la jeune femme arriver. Geoffrey s’exclame « vous voulez dire que c’est Pandora » / « je ne sais pas il faut qu’elle meure pour moi ». A partir de ce moment dans Pandora d’ Albert Lewin les figures de menace, de danger et de mise en garde se multiplient instaurant l’idée d’un destin funeste. Allant de pair avec la légende dans laquelle l’amour « éternelle » ne s’accomplie que dans la mort.

A noter le brio d’Albert Lewin qui nous livre un conte suréaliste et onirique d’une grande poésie. On peut noter aussi l’emploi de musique empathique qui sert à merveille l’action de ce film qu’Ava Gardner qualifiait « d’histoire amoureuse et surnaturelle ». Il s’agit d’un spectacle romantique à la fois d’une grande poésie et d’une grande magie teintée d’onirisme.

Afin de poursuivre votre plongée dans l’univers merveilleux de Pandora d’Albert Lewin, je vous invite à regarder les bonus. De même, je vous conseille de lire le petit livre relatif à ce film de Patrick Brion historien du cinéma proposé par Carlotta Films. Vous ne serez pas au bout de vos surprises et pourrez poursuivre votre voyage onirique.

Cette œuvre signe la première apparition d’Ava Gardner dans un film en couleur. Geoffrey Fielding qui incarne le conteur de ce conte poétique et surréaliste, nous apparaît successivement comme le témoin et le confident du film. Selon Albert Lewin le film est délibérément surréaliste « dont dans la juxtaposition d’images anciennes et modernes, juxtaposition de deux époques ».

Pandora d'Albert Lewin. Carlotta Films
Pandora d’Albert Lewin. Carlotta Films

A noter la performance exceptionnelle des acteurs de Pandora proposé en DVD par Carlotta Films. Dont celle de James Mason et Ava Gardner. Cette dernière décrivait ainsi son rôle dans Pandora d’Albert Lewin « je jouais Pandora Reynolds une jeune femme des années trente désirée par beaucoup d’hommes, mais qui n’était pas encore amoureuse. Elle poussait les hommes à se perdre tout en restant insensible à son propre bonheur ». Cela va changer avec sa rencontre avec le Hollandais volant.

Laissez vous séduire par le charme onirique et surréaliste de Pandora d’Albert Lewin

Pandora d’Albert Lewin avec Ava Gardner, James Mason. Carlotta Films. Durée : 119 min

Prix :  20€

Pour plus d’info/ vente en ligne : https://carlottafilms.com/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam