Culture

Affrontez si vous l’osez l’atmosphère oppressante du lugubre High Place dans Mexican Gothic

Mexican Gothic Silvia Moreno-Garcia. Éditions Bragelonne. Photo: Philippe Lim
Mexican Gothic Silvia Moreno-Garcia. Éditions Bragelonne. Photo: Philippe Lim

Noemi Taboada est envoyée en mission par son père loin des soirées mondaine au manoir d’High Place. Cela fait suite a la réception d’une missive provenant de sa cousine Catalina. Dans ce message, cette dernière parle d’empoisonnements, de visions, de voix dans les murs. Face à ce message déstabilisant et au manque de réaction de l’époux de Catalina le père de Noemi lui demande de se rendre sur place. Cela afin d’évaluer la situation et d’agir au mieux.

Prête à en découdre, elle ne se laisse pas démonter par l’attitude troublante et hostile du mari de sa cousine, ni par le patriarche qui ne lui est pas insensible. Cependant Noemi va sentir l’influence néfaste de ce lieu qui éveille en elle de troublants cauchemars. High Place cache de nombreux et de sombres secrets que Noemi va tenter de mettre en lumière. Mais à force de remuer le passé et de s’enfoncer au cœur d’High Place, la jeune femme risque de se perdre.

Captivant. Angoissant voici les termes qui caractérisent le mieux Mexican Gothic de Silvia Moreno-Garcia. Ce livre proposé par les Éditions Bragelonne a reçu le prix Locus du meilleur roman de terreur 2021. The Guardian se réfère à Mexican Gothic en ces termes « Lovecraft rencontre les sœurs Brontë en Amérique latine » mise en bouche des plus attractive.  

Dans cette plongée au cœur de l’horreur, Silvia Moreno-Garcia reprend les codes du roman gothique. De même, elle multiplie les références au conte de fée pour mieux parfois les détourner. Mexican Gothic commence en douceur. Nous faisons connaissance avec l’héroïne de ce roman proposé par les Éditions Bragelonne. Noemi Taboada nous apparaît comme une jeune fille sophistiquée assez superficielle voire trop gâtée. Elle a l’habitude d’obtenir ce qu’elle veut et est habituée au faste.

Pour ma part, tout au moins concernant le début de ce roman proposé par les Éditions Bragelonne le style m’a fait penser à Jane Austen. Plus particulièrement à Orgueil et préjugé. Son père interrompt une de ses soirées mondaines pour lui confier une mission primordiale. Cela fait suite à la réception quelques semaines plutôt par le père de Noemi d’une lettre de sa cousine. Dans cette missive troublée et troublante Catalina fait des « assertions inquiètes sur son mari ».

Quand il a contacté celui-ci, ce dernier lui a dit qu’elle se comportait bizarrement ces derniers temps, mais que son état s’améliore. Le père de Noemi a conseillé dans le cas contraire de la faire venir à Mexico pour qu’elle consulte. Virgil s’y est catégoriquement opposé.

La situation semblait dans une impasse totale jusqu’à ce qu’il reçoive un télégramme invitant Noemi à rendre visite à Catalina. C’est à ce moment précis de Mexican Gothic de Silvia Moreno-Garcia que le récit va prendre un tournant décisif.

Son père lui demande de se rendre à High Place pour évaluer la situation. Même si selon lui Catalina a toujours eu une proportion au mélodrame. Noemi nie cette affirmation la vie n’a pas toujours été facile pour sa cousine. Afin de se faire sa propre opinion, Noemi s’enquiert du contenu de la lettre. Elle a du mal à déchiffrer les mots et à en comprendre le sens. Les propos sont décousus. Ils illustrent à merveille le trouble de Catalina. Le contenu de cette « lettre est vraiment étrange ». Catalina semble paniquer, à la limite de la folie ou de la terreur pure.

Ces propos semblent riches de promesse et captivent notre attention. Nous avons qu’une envie en apprendre plus. Cette missive se conclu par un appel à l’aide adressé à Noemi et tout aussi déroutant que le reste. Ce dernier introduit une idée d’urgence, de frénésie «je suis Catalina Catalina Taboada. CATALINA. Cata, Cata vient jouer dehors. Noemi me manque je prie pour te retrouver. Viens me chercher Noemi vient me sauver (…) Pour l’amour de Dieu… dépêche toi ».

Nous découvrons dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne qu’enfants Noemi et Catalina étaient très proches. Cette dernière lui lisait des contes de fée. Au fils du temps elles se sont éloignées. Catalina nous apparaît et cela sera plusieurs fois évoqué dans Mexican Gothic comme étant rêveuse, d’un naturel romantique. Elle s’est isolée de sa famille après son mariage et a emménagé à High Place le manoir familial de son époux.

Confrontée au contenu de cette missive l’affaire lui semble sérieuse. Le père est d’autant plus inquiet que le mariage entre Catalina et Virgil a été des plus précipités. Ils se sont mariés à la surprise de tous. Le père de Noemi est inquiet selon lui Catalina ne va pas bien. Il pense que les actes de Virgil sont dictés par l’intérêt sa famille a connu un revers de fortune.

« L’affaire est grave autant nous ne souhaitons pas voir l’annonce d’un divorce s’étaler dans les journaux (...) je ne peux pas laisser quelqu’un profiter des biens de la famille. De plus il s’agit de notre Catalina (…) Elle n’a pas eu beaucoup de chance dans la vie. Peut-être a t’elle juste besoin d’un ami à qui parler ». Le père de Noemi semble minimiser tout au moins dans un premier temps la situation. Il lui fait miroiter comme récompense de l’inscrire dans la fac qu’elle convoite.

Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne Noemi, nous apparaît comme quelqu’un de décidé, de sûre d’elle et de ses charmes. Tout en ayant comme le dit si bien son père un côté « inconstant ». La possibilité d’un éventuel échec de sa mission ne l’effleure même pas.

Le ton de Mexican Gothic de Silvia Moreno-Garcia va changer du tout au tout quand Noemi va quitter son confort pour aller dans l’inconnue. Plus elle approche de son objectif plus le paysage charmant se fait menaçant, hostile (ravin profond, torrent…). Cela instaure une notion de menace qui va aller en s’amplifiant dans ce roman proposé par les Éditions Bragelonne.

L’intrigue de Mexican Gothic de Silvia Moreno-Garcia nous est livré à travers le point de vue de Noemi. On suit avec passion ses investigations et l’évolution de son personnage qui plonge au coeur du mystérieux et terrifiant manoir d’High Place.

L’aspect proche de l’abandon de la ville (peinture écaillée,…) m’a fait penser à Lovecraft plus particulier au Cauchemar d’Innsmouth. Ces deux villes ne montrent aucun signe d’activité. Elles sont les reliques d’une splendeur passée. Les Doyle s’accrochaient à cet endroit alors que d’autres l’auraient quitté.

Noemi se fait la réflexion qu’on est loin du lieu enchanteur où Catalina prétendait vivre. On est à mille lieux des contes de fée de leur enfance. Nous assistons à une mutation du réalisme le paysage est envahi par la brume tout comme les alentours d’High Place.

Le manoir en est encerclé ce qui lui donne un côté assez irréel, inquiétant. L’aspect isolé de ce lieu de même que la brume qui l’environne, l’atmosphère oppressante m’ont fait penser au manoir au cœur de la Chute de la maison Usher d’Edgar Allan Poe.

Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne tout comme l’indique le titre le lien avec le roman gothique est totalement assumé. Ainsi dans Mexican Gothic de Silvia Moreno-Garcia High Place est décrit comme étant un manoir imposant, oppressant. Le manoir « aurait pu générer une certaine inquiétude faire surgir des images de fantôme et de maison hantée sans son allure défraîchie ». Cela instaure un doute, car ce lieu semble propice à délier les imaginations les plus fertiles.

La pétillante Noemi va être confrontée à la morne et pâle famille Doyle. Il y a deux règles à High Place: garder cet endroit calme Le silence est d’or dans ce lieu où l’acoustique est des plus étrange. De même, il est déconseillé de s’éloigner du manoir. Noemi à l’impression de plonger au cœur d’un conte gothique et de faire un retour dans le passé en pénétrant au cœur d’High Place.

L’ambiance de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne change radicalement dès que nous suivons Noemi dans ce lieu étrange. L’atmosphère s’épaissit. Nous basculons par touches dans l’horreur cela pour notre plus grand plaisir. Les habitants d’High Place portent le masque des Doyle et non celui d’Innsmouth. Ils ont des traits communs et sont d’une extrême pâleur.

L’auteur joue avec brio dans Mexican Gothic sur les attentes du public en distillant une atmosphère oppressante. Le manoir tout comme ses habitants semblent sinistres à Noemi. Ce lieu pour elle est un « vrai décor de roman gothique ». Cela est renforcé par l’atmosphère mélancolique, morose qui hante ce lieu bien silencieux. Tout cela va à l’encontre du caractère plein de vie de Noemi. Confrontée à ces règles strictes et au déclin de sa cousine, elle prend sa mission au séreux. La jeune femme décide de découvrir ce qui se trame à High Place.

Dans Mexican Gothic de Silvia Moreno-Garcia les mystères se multiplient, l’atmosphère s’épaissit tandis que la mort rode autour de ce lieu maudit. Derrière le manoir se trouve un cimetière anglais où sont enterrés une partie des ouvriers de la mine d’argent des Doyles. Une brusque et étrange épidémie les a décimé.

Le manoir est maudit tout comme la famille Doyle qui cachent de sombres secrets. Dont : inceste, cannibalisme, meurtre. Tout un programme des plus prometteur pour les lecteurs. Une fois qu’elle les aura percé Noemi risque de ne plus jamais être la même d’y laisser sa vie ou son âme.

Seul Francis Doyle sort du lot avec son aspect fragile. Il est timide ce qui entre en totale opposition avec Virgile son cousin et époux de Catalina. Cette dernière n’est plus que l’ombre d’elle-même. Elle est apathique, dépendante de son entourage. Ce changement augmente l’inquiétude de Noemi. Malheureusement pour elle, Noémie n’est pas au bout de ses surprises.

Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne, on retrouve comme dans tout conte de fée des figures de mise en garde. Ainsi Catalina résignée déclare « c’est impossible de quitter ce manoir ». Francis plus tard confirmera cette idée « on ne part pas d’High Place ». Catalina déclarera plus tard «on croit que les monstres et les fantômes n’existent que dans les livres c’est faux n’est ce pas ».

La famille Doyle dissimule de lourds secrets de famille qui les empoissent tout comme ce lieu. Peu à peu les troubles qui ont contaminé l’esprit et le corps de Catalina semble s’en prendre à Noemi. Les crises de somnambulisme et des cauchemars des plus réalistes se multiplient accompagnés d’autres désagréments.

Loin de se laisser abattre Noemi est de plus en plus investie dans sa mission. Elle est prête à en découdre. Cependant les visions qui la hantent semblent plus proches de mise en garde que de menace « ils peuvent vous faire penser différemment, ils peuvent vous faire agir différemment ». Le tout accompagné d’un conseil, d’un mantra « ouvre les yeux ». Une fois passé la porte d’High Place oubliez tout espoir.

L’intrigue de ce roman proposé par les Éditions Bragelonne nous entraîne dans un univers oppressant. On suit avec passion l’évolution de ce roman. Nous n’avons qu’une envie une fois Mexican Gothic commencé connaître le dénouement de ce conte gothique. Nous somme invités à suivre Noemi dans sa plongée au cœur des ténèbres et de l’horreur. Ce qu’elle découvrira va la changer à jamais.

Percez si vous l’osez les secrets entourant le lugubre High Place dans Mexican Gothic de Silvia Moreno-Garcia

Mexican Gothic de Silvia Moreno-Garcia, Éditions Bragelonne. Prix: 18,90€

Pour plus d’info : https://www.bragelonne.fr/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam