Culture

Attention à ceux qui n’ont pas été sages le père Noël va s’occuper de votre cas dans Christmas Evil de Lewis Jackson

Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films
Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films

Enfant, Harry surprend sa mère en bien mauvaise posture avec le père Noël. Cette vision va le hanter toute sa vie. 30 ans plus tard Harry travaille dans une usine de jouets. Sa vie entière tourne autour du père Noël. Il souhaite incarner cette figure et donner corps à l’esprit de Noël. Cependant Harry va être confronté à la dure réalité et au cynisme des gens. Il va endosser son costume de père Noël attention aux mauvais garnements, Harry va sévir…

Déstabilisant. Captivant. Voici les termes qui caractérisent le mieux Christmas Evil de Lewis Jackson. Ce véritable ovni proposé en DVD par Carlotta Films dans la section Midnight collection est qualifié de « meilleur film de Noël » par John Waters. Je dois vous avouer que pour ma part, je partage cette idée. Christmas Evil de Lewis Jackson est un véritable conte horrifique des plus envoûtant.

Carlotta Films nous donne l’opportunité de découvrir pour la première fois en Blu-ray ce film de la section Midnight collection. Vous pourrez voir cette œuvre dans une nouvelle restauration 4K. Elle vous permettra trembler d’effroi tout en vous amusant et en passant une soirée de Noël riche en émotions.

Lewis Jackson nous livre une œuvre exceptionnelle où l’horreur et le merveilleux se côtoient. On peut aussi saluer la performance de Brandon Maggart dans le rôle principal d’Harry. Ce dernier nous est souvent sympathique. On n’arrive pas malgré ses actes à le trouver antipathique.

Souvent attachant, ce personnage au cœur de Christmas Evil de Lewis Jackson possède une part de fragilité, d’instabilité. En endossant le costume du père Noël, Harry va récompenser les bons enfants, mais gare aux mauvais garnements. Il va progressivement basculer dans la folie et le meurtre.

Ce film proposé en DVD par Carlotta Films commence sur une douce note féérique. La première image nous entraîne dans une scène de nuit, la veille de Noël en 1947. Le seul bruit perceptible est celui du vent. On aperçoit une maison blanche décorée pour Noël. La caméra se rapproche tandis qu’une voix-off féminine raconte un conte de Noël. « Nous étions à veille de Noël et toute la maison respirait la tranquillité et le calme… ».

Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films
Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films

Christmas Evil de Lewis Jackson commence comme un film de Noël classique. On retrouve ensuite un plan d’intérieur. On aperçoit derrière la rampe d’un escalier deux enfants en pyjama avec derrière eux leur mère souriante. Tous semblent attendre patiemment quelque chose ou quelqu’un. En vue de la date, on se doute qu’il s’agit du père Noël. Nous entendons une musique joyeuse, enfantine propice au moment.

S’ensuit une alternance de plans. D’un côté nous voyons les enfants, puis en raccord regard l’arrivée du père Noël. Ce dernier semble avoir quelques difficultés à sortir de la cheminée. Sous le regard étonné des enfants, il pose les cadeaux et se sert de ce qui a été laissé pour lui.

La scène se déroule sous le regard bienveillant de la mère. Un des petits garçons rit. A ce son, le père Noël se tourne vers eux. Il leur adresse un salut accompagné d’un client d’œil. Puis il repart comme il est venu. La caméra se rapproche du groupe dans les escaliers. Comme par magie, ils disparaissent d’un coup. L’escalier tout comme le salon sont vides.

Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films
Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films

Ce film proposé en DVD par Carlotta Films se poursuit dans une chambre d’enfant. On entend en voix-off la vois d’un petit garçon qui dit « tu as vu ce n’était pas papa ? ». Nous retrouvons les deux frères. Le cadet reste sceptique « c’était de la blague ».

Pour mettre un terme à la conversation il se recouche. L’ainé qu’en a lui reste sur ses positions « ce n’était pas une blague, tu ne connais rien du tout ». Gros plan sur son visage. Décidé à prouver ses dires, Harry quitte son lit. S’ensuit un plan à hauteur de ses jambes quand il se dirige vers le salon.

C’est à ce moment précis de Christmas Evil de Lewis Jackson que tout va basculer. Une musique dissonante retentis accompagné d’éclats de rire dont on se doute que la mère est à l’origine. La bande-son est en adéquation avec les émotions d’Harry. Abasourdi, il observe la scène qui se déroule devant ses yeux. Il se trouve au même endroit que précédemment quand ils ont surpris le père Noël.

Cependant la scène à laquelle Harry assiste n’a rien d’innocente ni de merveilleuse. Le petit garçon voit près du sapin sa mère à moitié dévêtue et le père Noël en bien mauvaise posture. Nous sommes amenés dans de Christmas Evil de Lewis Jackson à voir ce moment traumatisant à travers les yeux de l’enfant. La scène nous est restituée à travers une alternance de plans. On y voit une sorte de morcellement du corps, dont un insert de la main du père Noël sur la cuisse de la mère d’Harry. Le petit choqué s’enfuit

Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films
Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films

Dans le plan suivant de ce film proposé en DVD par Carlotta Films seul le bruit du vent persiste. L’enfant a trouvé refuge dans une pièce. On note au premier plan une boule à neige sur le thème de Noël. Harry l’attrape et la jette au sol où elle se brise en mille morceaux. Il est hanté par ce qu’il a vu. Le jeune garçon se saisit d’un morceau de verre et s’entaille le poignet. Du sang coule sur la maison au sein de la boule de neige. L’écran se teinte de rouge donnant l’idée de menace.

Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films
Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films

Dans cette partie de Christmas Evil de Lewis Jackson, on a l’impression au regard des différents plans précédents d’assister à la perte de l’innocence. Le rouge envahi l’écran. Le bruit du vent retenti toujours tandis que le générique défile. Le titre apparaît You better watch out devenu Christmas Evil. Tout cela donne le ton et captive l’attention des spectateurs.

On assiste ensuite dans ce film proposé en DVD par Carlotta Films à une ellipse temporelle. Nous retrouvons un homme que nous devinons être Harry. Ce dernier a bien grandi. Il est dans son lit vêtu d’un pyjama de père Noël. Le réveil sonne on reconnaît de même une musique de Noël.

Une fois réveillé, euphorique Harry fait des mouvements d’échauffement, puis danse joyeusement. On peut noter l’omniprésence de Noël et des jouets dans la vie de ce grand enfant. Une fois dans la salle de bain Harry se fait une barbe avec la mousse à raser. Heureux, il fredonne une et gesticule . Tout à coup dans Christmas Evil de Lewis Jackson le ton change. La musique se fait dissonante. Le regard d’Harry se durcit. Il s’est coupé en se rasant. La vue du sang sur le blanc de la mousse à raser entraîne un flashback.

Nous le retrouvons enfant au moment où il regarde le sang s’écouler de sa main. Puis retour du souvenir qui le hante le plus : sa mère et le père Noël flirtant. Chez lui on peut apercevoir au sol des cadeaux ouverts. Tandis qu’Harry essaye un faux ventre devant un miroir, il prépare son costume afin de ressembler à son idole.

Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films
Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films

Dans ce film proposé en DVD par Carlotta Films, nous retrouvons Harry sur un toit. Il observe avec des jumelles les fenêtres d’en face. « Allez montrez-vous mes petits chéris » s’écrit-il. Ici rien de déplacé, Harry prend très au sérieux son rôle de père Noël voire un peu trop. Il observe les bons enfants avec attendrissement. Puis sa voix se durcit quand il regarde vers la fenêtre d’une brebis galeuse. Moss Garcia ce dernier découpe des photos de femmes nues. Harry met un terme à sa surveillance et retourne en courant dans son appartement.

Nous le voyons saisir des registres. L’un d’eux consigne les mauvais enfants. La musique se fait angoissante quand il décline les mauvais actes de Moss Garcia. Ce dernier « fume des cigarettes, à des idées pernicieuses… ». On assiste à une alternance de plan : sur son visage et sur ce qu’il écrit. Cela ne laisse planer aucun doute quant à ce qui attend se sacripant. Pour lui pas de père Noël, mais plutôt le père fouettard.

De nouveau dans Christmas Evil de Lewis Jackson le ton change ce qui semble illustrer à merveille l’instabilité d’Harry. Il nous apparaît à fleur de peau. Une musique joyeuse retentie son visage s’illumine quand Harry prend le registre des bons enfants et qu’il pense à eux. Ce film proposé par en DVD par Carlotta Films nous invite ensuite à suivre Harry jusqu’à son travail. Il s’agit d’une usine de jouet nommée Jolly dream. Les couleurs de l’enseigne renvoient à celle d’un sucre d’orge.

Harry grand enfant est un fervent admirateur de Noël et crois en l’esprit de Noël. Il sera de plus en plus confronté pour son plus grand malheur au cynisme et à une société de consommation. Ceux-ci ont même envahi l’usine de jouets. Harry essaye de rallier ses collègues à ses idées et leur recommande de mettre un peu d’amour dans les jouets. Son visage se ferme quand l’un de ses collègues déclare détester Noël.

Dans ce passage de Christmas Evil de Lewis Jackson nous nous rendons compte qu’Harry n’est pas respecté par ses collègues. Il est vu au mieux comme un doux excentrique. Une partie des autres employés le rabaissent. Peut-être sont-ils jaloux de sa récente promotion. Harry a quitté la chaîne pour un poste dans un bureau. Un de ses collègues lui pique son repas.

Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films
Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films

Dans son bureau Harry travaille sous le regard sévère du père Noël qui est représenté sur une publicité de sa société. Ce dernier tient dans ses mains quelques exemplaires de leur jouet phare : un petit soldat, mais pas de plomb. La musique se fait inquiétante.

Contraint et forcé Harry va prendre place avec l’équipe de nuit à la chaîne. Il sort du lot car il est bien habillé et ne porte pas d’uniforme. Nous avons l’impression que ses collègues se jouent de lui. Cette idée sera confirmée quelques secondes après dans ce film proposé en DVD par Carlotta Films. Harry en rentrant passe devant un bar. Il y voit ses collègues s’amuser et se moquer du tour qu’ils lui ont joué.

Fou de rage, Harry rentre chez lui. La musique se fait inquiétante. Tout au long de Christmas Evil de Lewis Jackson la bande-son a une place importante. Souvent empathique, elle restitue à merveille l’état d’esprit d’Harry ou s’accorde avec l’action. Une fois chez lui il se saisit d’une figurine de sa maison de poupée et la brise de rage. Attention aux mauvais enfants et à ceux qui l’ont méprisé, ils risquent sous peu d’apprendre à craindre Noël.

Ce film proposé en DVD par Carlotta Films se poursuit par une scène de nuit. On reconnaît la maison que nous avons aperçu au début de Christmas Evil de Lewis Jackson. Cette idée est renforcée quand durant un court instant les deux images se superpose.

Harry espionne par la fenêtre. On voit des enfants chahuter. La musique se fait dissonante. Puis la mère les envoie se coucher. La bande-son se fait langoureuse tandis qu’une fois seuls les parents en profitent pour flirter sur le canapé. On discerne rapidement un flashback où nous retrouvons Harry enfant. Ce moment le renvoi à son traumatisme. Ce qui ne l’empêche pas de continuer à les espionner.

Un peu plus tard dans Christmas Evil de Lewis Jackson Harry mange tranquillement devant une émission consacrée aux festivités de Noël sujet qui l’obsède. Pendant ce temps nous découvrons l’identité du couple qu’il espionnait. Il s’agit de son frère cadet et de sa femme. Les enfants pendant ce temps regardent de leur côté la même émission que leur oncle.

A moitié dévêtue cette dernière demande à son mari « promets-moi de laisser Harry tranquille. Il a besoin de s’amuser. Il a commis des erreurs, mais c’est du passé ». L’humeur de l’homme se refroidit « commence pas avec ça ». La femme insiste « soi indulgent ». Il persiste « il fait que des conneries ». Puis capitule « si tu emploies l’argument de charme j’ai perdu d’avance. Il trimbale une sacrée couche de bêtise. Il serait bon de lui dire la vérité de temps en temps ». Désabusé le frère d’Harry le rabaisse lui aussi seule sa femme est indulgente. 

Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films
Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films

Dans Christmas Evil de Lewis Jackson, la fièvre de Noël s’empare de plus en plus d’Harry. Nous le retrouvons devant le miroir de la salle de bain en train d’essayer : fausse moustache, barbe, cheveux…. La musique se fait dissonante. Alors que les festivités s’installent dans la ville, Harry nous apparaît de plus en plus fébrile. Il poursuit ses préparatifs en chantonnant. On le voit dessiner le traîneau du père Noël sur le flanc d’un camion blanc. En voix-off, on l’entend énumérer la liste des cadeaux pour les enfants sages.

Ce film proposé en DVD par Carlotta Films se poursuit par une scène de jour. Harry croise la route des enfants qu’il observait un peu plutôt. Gentils, agréables, ils l’appellent et lui parlent de leur souhait pour Noël. Seul Moss Garcia rompt le charme quand il dit « mon vœu être abonné à Playboy ». Harry s’arrête à ces mots. Gros plan sur son visage. Comme souvent dans Christmas Evil de Lewis Jackson nous avons accès à ses pensées via une voix-off « sale gosse ».

De retour chez lui l’esprit toujours préoccupé par Moss Garcia, nous apercevons au mur des illustrations moins joyeuses plus proche du père fouettard. Ce film proposé en DVD par Carlotta Films porte bien son nom, les mauvais garnements vont devoir se méfier et craindre de passer un Noël en enfer. Car si on connaît bien le père Noël, il ne faut pas oublier que le père fouettard est dans son ombre prêt à sévir.

Ainsi sur une des illustrations le père Noël attrape un enfant et tente de le mettre dans un sac. Dans un autre il nous apparaît courroucé dans le rôle d’un juge près à juger les enfants. Les mauvais garnements devraient se méfier des châtiments.

Le film se poursuit par un plan de nuit. Pris de frénésie Harry court vers une maison et observe. De nouveau on dénote une certaine tendance au voyeurisme. Il étudie Moss Garcia. Harry se couvre le visage et les mains de boue. Puis marque la maison de ce mauvais enfant qui mérite une punition.

Dans cette scène de Christmas Evil de Lewis Jackson la tension est des plus palpable. Puis de nouveau on assiste à un changement de ton assez déstabilisant. Une nouvelle journée commence et rapproche Harry de Noël. Nous le retrouvons avec son pyjama fétiche, puis en train de continuer ses préparatifs.

De retour à l’usine, le trouble d’Harry antihéros par excellence est clairement illustré. Il se coiffe devant un miroir, reprend le même salut que le père Noël de son enfance. Puis passe la main devant son visage dont l’expression change radicalement.

Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films
Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films

Tout au long de Christmas Evil de Lewis Jackson, Harry va avoir de multiples désillusions concernant l’esprit de Noël dans cette société de consommation. Ainsi durant la fête de son entreprise à l’ambiance des plus festive. Il a l’amère déception de se rendre compte que la vidéo publicitaire parlant d’enfant hospitalisés n’est rien d’autre que du marketing. Harry se met dans une rage folle et s’écrit « c’est impardonnable ».

La musique se fait dissonante voire inquiétante. Dans un sac, il rassemble la majorité des jouets qu’Harry trouve à l’usine. Puis il en remplit d’autres de terre cadeau voire punitions pour les mauvais garnements. En parallèle la fête bat son plein à son travail.

Nous le retrouvons un peu plus tard dans ce film proposé en DVD par Carlotta Films. Il est devant le miroir de sa salle de bain. Harry colle à la glu une fausse barbe de père Noël. Il est pris d’un rire dément, regard fou. C’est à partir de ce moment précis dans Christmas Evil de Lewis Jackson que Harry va totalement sombrer. Il va entamer sa distribution de cadeaux ou de châtiments. Ce film va basculer dans le gore, l’horreur quand Harry va commettre l’irréparable. Nous le suivons dans sa tournée entre horreur et merveilleux.

Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films
Christmas Evil de Lewis Jacskon. Carlotta Films

Afin de poursuivre votre immersion dans Christmas Evil de Lewis Jackson je vous invite à regarder les bonus de ce DVD proposé par Carlotta Films. L’entretien avec Brandon Maggart qui prête ses traits à Harry est une pure merveille. L’acteur y apparaît à la fois amusant, attachant et simple. Vous aurez aussi l’opportunité d’y découvrir un entretien avec le réalisateur, des scènes coupées, des avis de spectateurs et des story-boards.

Repentez-vous avant qu’il ne soit trop tard où le père Noël va s’occuper de vous dans Christmas Evil de Lewis Jackson 

Christmas Evil de Lewis Jackson. Avec : Brandon Maggart,…. Proposé en DVD et Blu-ray par Carlotta Films. Durée :94 min

Prix : 20 €

Pour plus d’info/ vente en ligne : https://carlottafilms.com/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam