Culture

Confrontez-vous à l’horreur et à la cruauté d’un dieu sans pitié dans Le Dieu enchaîné de J. F. Dubeau

Le Dieu enchaîné de J. F. Dubeau. Éditions Bragelonne. Philippe Lim
Le Dieu enchaîné de J. F. Dubeau. Éditions Bragelonne. Photo: Philippe Lim

Le massacre du cirque de Saint-Ferdinand semblait avoir signé la fin de l’horreur. De nombreux habitants avaient ensuite fuit ce lieu impie, mais le cauchemar est loin d’être terminé. Seuls quelques survivants savent que le cycle mortel va bientôt reprendre et sont prêt à tout pour l’empêcher. Abraham, Penny, Daniel sont prêts à faire front. Tout comme leur amie Vénus McKensie qui pour sa part décide de faire front seule.

Pendant ce temps, les membres d’une secte veillent sur un dieu enchaîné. Ce dernier est loin de promettre la paix et l’amour, mais plutôt la mort et la violence. Tous vont s’enfoncer plus profondément au cœur des ténèbres et de l’horreur dans un voyage peut être sans retour.

Angoissant. Prenant. Gore. Voici les termes qui caractérisent le mieux Le Dieu enchaîné de J. F. Dubeau. Les Éditions Bragelonne nous invitent à suivre ce conteur de terreur au cœur de l’horreur.

Nous sommes tout de suite captivés par Le Dieu enchaîné de J. F. Dubeau. Chaque chapitre nous fait suivre l’intrigue à travers les yeux d’un des personnages impliqués. On a ainsi accès à leurs pensées, leurs doutes ce qui les rend plus humains. Cela facilite l’empathie voire l’identification du lecteur.

Tous les personnages impliqués dans l’intrigue sont complexes. Ils cachent tous un secret voire une part d’obscurité. On plonge en immersion totale au cœur de ce livre proposé par Les Éditions Bragelonne. Nous y retrouvons les mêmes protagonistes que dans le tome 1. Même s’il n’est pas impossible de comprendre l’histoire sans avoir lu ce dernier. Il est quand même préférable de suivre l’ordre afin d’avoir une meilleure compréhension.

Dans un premier temps, nous sommes amenés à faire connaissance dans le prologue avec Alice. La première phrase donne le ton et sait captiver notre attention « le pire peut arriver à tous le monde ». Alice du haut de ses 16 ans a bâti une véritable forteresse autour d’elle pour se protéger de l’extérieur. La jeune fille semble souffrir du syndrome de Stockholm ou tout au moins s’être résignée à sa condition.

Ainsi « les barreaux aux fenêtres ne servaient pas à l’empêcher de sortir, mais la protégeaientt de l’extérieur ». De même, « son incarcération c’était métamorphosée en sécurité. Dorénavant ses ravisseurs étaient devenus sa famille : son quotidien. Un bouclier ».

Peu à peu dans ce passage du Dieu enchaîné de J. F. Dubeau on découvre qu’elle est retenue par une secte. Ainsi « D’autres membre de la famille devaient travailler, parfois occuper deux emplois et réservaient leurs salaires à la communauté ».

Paradoxalement tout ce qu’on attendait d’Alice était qu’elle maintienne sa voix en parfaite condition. « Elle était une boîte à musique fragile méticuleusement entretenue rangée dans un coffre doublé de soie pour sa protection ».

Dans un premier temps, Alice nous apparaît fragile peu sur d’elle. Mais comme nous aurons l’occasion de le voir tout au long de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne, il faut se méfier des apparences. Alice dispose d’un grand pouvoir. Telle une sirène son chant ensorcelle. Elle va devoir apprendre à le maîtriser. Cependant, comme nous le savons tous « un grand pouvoir implique de grandes responsabilités », mais peut aussi faire basculer du côté obscur.

D’un seul coup dans Le Dieu enchaîné de J. F. Dubeau, la routine de l’adolescente va être bouleversée. Ainsi à « 16 ans après 8 années de captivité, la vie d’Alice pris de nouveau un tournant brutal ». Il en va de même avec l’intrigue qui va basculer pour notre plus grand plaisir au cœur de l’horreur. « Tout commença un soir par un soudain brouhaha dans le couloir, puis des cris ». On vient requérir l’aide d’Alice.

Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne, on pénètre par degré dans l’horreur jusqu’à ce qu’elle atteigne son apogée. Petit a petit, Alice tout comme nous va affronter l’horrible réalité. Dans un premier temps, elle entend des cris à glacer le sang. La nervosité est de plus en plus palpable quand elle approche du lieu du drame. Face au massacre qui se déroule devant eux, Mère encourage Alice « A toi de jouer Alice. Montre-moi de quoi tu es capable ». Tout en lui désignant la porte ouverte.

Puis, devant l’urgence de la situation Mère la presse « Dépêche toi tu en es capable ». Le carnage dans cette pièce est tel qu’il est comparé à un abattoir. Alice se concentre sur le texte, puis chante une berceuse.

Tout ce calme dans la pièce transformée en boucherie. Son chant met fin au carnage, mais a aussi endormi toute l’assemblée. Au cœur de l’horreur « un vieil homme (...) gisait au milieu des corps en morceaux.

D’épaisses croûtes de sang séchées à l’emplacement de ses yeux d’où dépassaenit les têtes de clous en fer noir (…) il était l’auteur de ce massacre. Alice ignorait que le nom de l’homme qui avait jadis habité ce corps était Sam Finnegan ».

Nous venons de faire connaissance avec le dieu enchaîné au cœur de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne. Retenu par la secte de l’Église des Marchands de sable. Le chant d’Alice l’apaise et est le lien qui le retient tout en l’empêchant de s’atteler à ses sinistres desseins.

Tout au long du Dieu enchaîné de J. F. Dubeau, nous allons de rebondissement en rebondissements. L’intrigue bien menée saura nous charmer, tout comme le chant d’Alice avec la créature. A défaut de murmurer à l’oreille des chevaux elle contrôle un dieu enchaîné, mais aussi tous ceux qui l’entoure. A une exception près Francis le fils de Mère. Ce dernier semble ne ressentir aucunes émotions.

Après sa performance, Alice est troublée, car son chant cette fois n’est pas resté sans réponse. Bien au contraire « quelque chose lui avait répondu. Une voix silencieuse audible d’elle seule. Sombre et furieuse, mais aussi blessée et triste ». Car à regarder au fond des ténèbres quelque chose l’a de même remarqué.

Ce dialogue, cet échange si l’on peut dire va se reproduire à nouveau dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne. Cela va confirmer ce que Mère lui avait dit avec insistance « elle (Alice) était promise à de grandes choses ».

De même « elle connaîtrait un destin extraordinaire ». De plus son chant ouvrirait la porte d’un nouvel âge. Auparavant, Alice n’y croyait pas. Tout a changé à ce moment précis, quand elle « avait chanté pour un dieu et l’avait entendu répondre ».

Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne nous somme ensuite invités à faire connaissance avec Vénus. Chaque chapitre se concentre sur un personnage en particulier et une intrigue propre. Cependant tous vont finir par se croiser et à ne former qu’une seule histoire.

Nous suivons Vénus dans ses macabres investigations. Elles vont la mener sur la trace du dieu enchaîné et de la secte de l’Église des Marchands de sable. A Saint-Ferdinand, quelques personnes se réunissaient dans une petite secte du même nom.

De même, Vénus remonte la macabre piste de Lucien Peña. Ce dernier mène de son côté sa propre quête sans pitié. Il traque sans merci les membres de l’Église des Marchands de sable afin de retrouver le dieu enchaîné.

Vénus a besoin de l’aide de cet homme pour arrêter ce monstre. La créature qu’elle avait dissimulé précédemment dans sa remise. « Et pour cela j’ai besoin de Peña », confie-t’elle à sa meilleure amie Penny. Elle-même marquée par la créature qu’elle avait tenté de tuer.  

Louis Peña connait probablement les mêmes tours de passe passe que l’oncle de Vénus. Selon cette dernière, il agit avec elle comme un ange gardien. Cependant Lucien Peña se révèle sans pitié dans sa quête de vérité. Il n’est jamais loin d’elle et semble marcher dans son ombre.

Ainsi dans ce passage du Dieu enchaîné de J.F. Dubeau Vénus a trouvé une piste tangible. « Plusieurs incidents bizarres se sont produits des disparitions dont la presse fait écho après quoi on a découvert les corps quelques jours plus tard. Écoute ça tous les gens appartenaient à une prétendue Église des Marchands de sable et tout a commencé après les meurtres du cirque ».

De même « pour une habitante de Saint-Ferdinand l’absence d’yeux n’avait pas de quoi étonner. Sam Finnegan tueur en série locale en avait fait sa signature. A présent Peña semblait avoir adopté la même ». On retrouve ici un lien avec le prologue à travers le nom de Finnegan.

Tout au long de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne nous aurons l’occasion de découvrir que tout est lié. De même Louis Peña laisse un message ou plutôt des dessins sortes de spirales. Ils renvoient entre autres choses à ceux de vue précédemment dans sa remise.

Vénus est une des survivants du massacre de Saint-Ferdinand. Elle est toujours hantée par ses démons du passé « et puis il y avait eu sa danse avec le dieu de haine et de mort. Cet épisode l’avait marqué ». Comme nous aurons l’occasion de nous en rendre compte dans le Dieu enchaîné de J.F. Dubeau ceux qui se sont confrontés à cet être de cauchemar ne s’en sont pas sorti indemnes. Le Dieu a pris une part d’eux et pour certains leur a laissé une part de lui. Trace indélébile qui les marquera à jamais.

Ce qui explique en partie la peur des ténèbres de Vénus c’est que c’est un « espace se cacher pour des créatures qui rôdes à la frontière entre la vie et la mort ou quelque part au-delà. Elle avait connu un tel être de l’ombre, une entité de pures ténèbres. Elle avait détruit sa vie lui arrachant une partie de son âme ». Vénus n’est pas la seule à être soumise à cette malédiction lui ayant donné une part des ténèbres.

Le brio de J.F. Dubeau dans Le Dieu enchaîné est de délivrer l’horreur par touches. Elle arrive par degré. L’auteur de ce livre proposé par les Éditions Bragelonne emploi à bon escient le suspens. Tout passe dans un premier temps par le ressenti, les sentiments, la sensation. Il joue habillement avec nous, avec les attentes du public avant de nous faire basculer dans l’horreur la plus pure.

Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne nous sommes ensuite amenés à faire la rencontre de plusieurs personnages. Dont Abraham et Penny qui eux aussi ont vécu le drame qui a touché Saint-Ferdinand. Événement impliquant Crowley et son prétendu dieu.

Dans cette ville des phénomènes inexpliqués ont cours dont des poltergeist et l’apparition de fantômes. De multiples mystères entourent les protagonistes. La menace n’est jamais loin dans Le Dieu enchaîné de J. F. Dubeau.

De même on peut observer des figures de mise en garde. Une malédiction semble peser sur les habitants de Saint Ferdinand. Ceux qui y meurent ne trouvent pas le repos. Tous les habitants de ce lieu et les protagonistes semblent impliqués à différents degrés dans l’intrigue. Comme nous l’avons précédemment vue tous est lié. Leurs chemins vont finir par se croiser face au dieu enchaîné.

Dans ce livre proposé par les Éditions Bragelonne tous sont marqués par les événements qui se sont déroulés à Saint-Ferdinand. Tous vont devoir affronter leur peur, leur tristesse dans leur quête pour trouver et stopper le dieu enchaîné. Ils vont faire de sombres découvertes, et apprendre à leur dépend que tous les secrets de famille ne sont pas bons à être déterrés. Tout comme Vénus ils décident d’enquêter de leur côté.

Dans Le Dieu enchaî de J. F. Dubeau l’alternance de point de vue facilite la lecture et renforce notre intérêt. De même, nous sommes captivés part l’évolution des personnages dont les intérêts ne sont pas forcément ceux qu’on croit.

Plusieurs sont sur les traces du dieu qui contrairement à ce que la Mère de l’Église des Marchands de sable tente de leur faire croire n ’est pas un dieu d’amour. Bien au contraire, il s’agit d’un immense dieu de haine et de mort qui se repaît de massacre.

Vénus croisera la route entre autres de Jodie la sœur d’Alice. Cette dernière n’a jamais abandonné ses recherches. Elle va seconder Vénus dans sa quête. Jodie pense que la jeune fille peut l’aider à retrouver sa sœur.

Daniel Crowley va se rendre à une réunion de famille qui sans conteste va se révéler prometteuse. Sur son chemin, il va laisser à Abraham le couteau pouvant pénétrer la chair fantôme et qui peut être pourra venir à bout du Dieu.

Tout au long de notre lecture de ce livre proposé par Les Éditions Bragelonne notre chemin tout comme celui du héros sera parsemé de multiples rencontres. Celles-ci seront des plus intéressantes voire inquiétantes.

De même, il nous faudra être sur nos gardes dans les ténèbres la créature guette. Nous irons de surprises en surprises dans une atmosphère oppresante, car comme le dit si bien la Mère de l’Église des Marchands de sable « la chasse au dieu est un exercice dangereux ». La fin ouverte est riche de promesse. On reste sur notre faim et nous avons qu’une hâte savoir le fin mot de l’histoire.

Participez à une quête mortelle afin d’affronter et de contrecarrer le Dieu enchaîné de J.F. Dubeau

Le Dieu enchaîné de J. F. Dubeau. Éditions Bragelonne. Prix : 18,90€

Pour plus d’info : https://www.bragelonne.fr/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam