Culture

Succombez au charme saisissant de James Bond avec Bond photographié par Terry O’Neill

Bond photographié par Terry O'Neill. Editions de l'Imprévu. Photo: Philippe Lim
Bond photographié par Terry O’Neill. Editions de l’Imprévu. Photo: Philippe Lim

Si Bond m’était conté. Voici comment on pourrait résumer en quelques mots ce beau livre proposé par les Éditions de l’Imprévu. Bond photographié par Terry O’Neill est à la fois une ode, un hommage au photographe, au mythe de notre cher agent secret ainsi qu’à ses diverses incarnations.

« Un seul photographe aura immortalisé le héros de Bon baiser de Russie (1963) jusqu’à aujourd’hui : le légendaire Terry O’Neill ». De même, il est intéressant de noter que c’est l’un des photographes les plus collectionné au monde. Pour accompagné les près de 150 photographies tantôt officielles tantôt intimes, nous retrouvons des citations d’acteurs, de réalisateurs…

Bond photographié par Terry O'Neill. Editions de l'Imprévu
Lazenby le cascadeur Yuri Borienko et le metteur en scène Peter Hunt. Bond photographié par Terry O’Neill. Editions de l’Imprévu

Avec Bond photographié par Terry O’Neill, nous plongeons en immersion totale dans l’univers de James Bond. Nous devons les textes qui enrichissent ce beau livre proposé par les Éditions de L’Imprévu à James Clarke. Il a écrit de nombreux ouvrages sur l’univers du cinéma.

Depuis plus de 50 ans James Bond fascine, passionne, diverti comme « Aucune autres figures du cinéma. Ce héros de Ian Fleming occupe une place à part dans l’imaginaire collectif nourrissant le fantasme de l’agent secret. Au point de motiver certaines demandes d’emploi auprès des services de renseignement britannique ».

Bond photographié par Terry O'Neill. Editions de l'Imprévu. Photo: Philippe Lim
La splendide Jane Seymour, Roger Moore et Yaphet Kotto. Bond photographié par Terry O’Neill. Editions de l’Imprévu. Photo: Philippe Lim

Cependant les photos de Terry O’Neill ont joué un rôle déterminant dans la carrière de 007. Le photographe a toujours su « capturer l’essence » du héros. Ce point est admirablement exposé dans la préface de Bond photograph par Terry O’Neill.

Dans celle-ci nous retrouvons une citation de Robert Wade et Neal Purvis scénaristes de Mourir peut attendre. On ne pouvait rêver mieux comme gage de qualité. Ainsi « la plupart des fans de James Bond apprécient ses films pour les aventures captivantes qu’ils proposent comme pour la classe du héros qui les mènent ».

« Dans les années 60 et 70 alors que l’univers de Bond ne pouvait être savouré qu’au cinéma (ou à travers les partitions de John Barry). Les photos de Terry O’Neill ont largement contribué à populariser le célèbre espion à la fois par ses portraits iconiques, mais aussi par ses clichés plus décalés ou intimes ».

Bond photographié par Terry O'Neill. Editions de l'Imprévu
Sean Connery s’accorde une pause. Bond photographié par Terry O’Neill. Editions de l’Imprévu

Nous aurons aussi l’occasion de découvrir pour notre plus grand plaisir des images amusantes, décalées. Celles-ci montrent aussi à quel point « l’extraordinaire ne se dispense jamais chez Bond d’un bon sens du second degré ».

Ce beau livre proposé par les Éditions de L’Imprévu, nous offre un nouveau regard sur notre cher 007. Terry O’Neill à l’œil de l’artiste si l’on peut dire. Il arrive à capturer le moment parfait pour rendre ses clichés exceptionnels.

« Avec Bond, Terry aura su capturer l’esprit d’un personnage et susciter l’admiration des spectateurs. Sa discrétion et son intelligence ainsi que son talent pour saisir le moment juste aura fait de lui le meilleur allié de 007 ».

Bond photographié par Terry O'Neill. Editions de l'Imprévu
Pierce Brosnan. Bond photographié par Terry O’Neill. Editions de l’Imprévu

Ce beau livre proposé par les Éditions de L’Imprévu est des plus complet. Il s’intéresse au mythe de notre cher agent secret, à Terry O’Neill, aux diverses incarnations de Bond, aux James Bond Girl, aux différents films, mais aussi à la parodie Casino Royal (1967).

Bond photographié par Terry O’Neill est avant tout un beau livre. Il comporte de magnifiques clichés officiels, photos de tournage, promotionnelles. Mais aussi des clichés plus décalés, véritables instants pris sur le vif.

Ce beau livre proposé par les Éditions de L’Imprévu décortique le mythe de James Bond. Il revient sur la « profonde fascination du public pour Fleming et son personnage ». James Clarke aborde le phénomène et sa durée dans le temps. « Les producteurs des films de Bond ont au cours des décennies suivi un fil conducteur ».

Ce dernier est bien décrit par Albert R. « Cubby » Broccoli au cours de la production de Moonraker. Il explique alors que « si ces films ne sont pas calqués sur les livres de Fleming nous avons essayé d’être de fidèles traducteurs de son monde ».

Cette attention prêtée à l’esprit de Bond est un des points essentiels à la réussite dans le temps. Bond photographié par Terry O’Neill consacre une section au photographe en lui-même. Ce dernier est considéré comme le photographe « emblématique de la culture pop ».

Bond photographié par Terry O'Neill. Editions de l'Imprévu
Roger Moore.Bond photographié par Terry O’Neill. Editions de l’Imprévu
Bond photographié par Terry O'Neill. Editions de l'Imprévu
Roger Moore incarnant 007. Bond photographié par Terry O’Neill. Editions de l’Imprévu

Ce beau livre proposé par les Éditions de L’Imprévu revient de façon brève sur la carrière de cet artiste « aujourd’hui reconnu comme l’une des figures les plus importante de la photographie des années 60 à 90 et sa contribution à la culture populaire unanimement reconnu.

En 2019, il est nommé commandeur de l’ordre de l’Empire britannique pour l’ensemble de son œuvre. L’artiste verra dans cette récompense une reconnaissance de l’art de la photographie dans son ensemble ».

Bond photographié par Terry O’Neil revient sur l’ampleur du phénomène James Bond. Ce beau livre proposé par les Éditions de l’Imprévu donne la parole aux acteurs, réalisateurs, mais aussi au photographe lui-même.

Au début, le succès rencontré n’était pas prévu ou tout au moins pas à cette échelle. Ainsi « au début nous pensions qu’il ne s’agirait que d’un film ou deux. Nous n’avons jamais pensé que la franchise rencontrerait un tel succès ».

Terry O’Neill révèle une autre clef du succès de ce phénomène ce « qui est formidable et je pense que c’est le vrai secret de son succès. C‘est qu’à chaque décennie nouvelle, le nouveau Bond semble parvenir à se couler dans le moule de l’époque ».

Bond photographié par Terry O’Neill est un livre célébration autant qu’un hommage tant au travail de l’artiste qu’aux films ainsi qu’aux acteurs qui ont prêté leurs traits à James Bond. Ce beau livre proposé par les Éditions de lImprévu s’intéresse Ainsi entre autres à Sean Connery.

Selon Dylan Jones « alors qu’il était déjà un héros sur le papier, il aura fallu le cinéma pour faire de Bond une star et Sean Connery pour le transformer en véritable symbole sexuel et en même temps qu’une icône de l’élégance ».

Bond photographié par Terry O'Neill. Editions de l'Imprévu
Moment pris sur le vif: Sean Connery faisant la sieste entre deux prise. Bond photographié par Terry O’Neill. Editions de l’Imprévu

De même, à propos de l’interprétation de James Bond par Connery le critique de cinéma américain Richard Corliss écrit « Bond en particulier le Bond de Connery était un mercenaire (…) aux goûts d’aristocrate. Tout à fait à l’image d’une époque où l’élégance était surtout un mélange d’aisance et d’insouciance ». Son interprétation fut l’histoire d’une alchimie exemplaire entre un acteur et son personnage. Cela peut aussi s’appliquer aux autres incarnations de notre cher agent secret.

Dans Bond photographié par Terry O’Neill à côté des photos de tournage. On peut aussi voir des moments pris sur le vif Tantôt amusants, tantôt de tendres moments de complicité. Cela nous montre un autre aspect des acteurs, mais aussi des films.

Bond photographié par Terry O'Neill. Editions de l'Imprévu
Roger Moore: Bond photographié par Terry O’Neill. Editions de l’Imprévu

Une section de ce beau livre proposé par les Éditions de l’Imprévu est consacrée à une autre incarnation de 007 Roger Moore. Ce dernier a lié une longue amitié avec le photographe. L’acteur parlait ainsi de son rôle « mon James Bond n’était pas très différent des rôles que j’avais pu jouer avant. Tout ce que j’ai joué n’est d’ailleurs pas très différent de ce que je suis en réalité ».

Chacun des acteurs ayant incarné James Bond a apporté une part de lui-même et a su enrichir le rôle. Bond photographié par Terry O’Neill, nous plonge au cœur des films. Ceux-ci sont comme le dit si bien le scénariste Richard Maibaum « quelque chose de rare au niveau cinéma mêler sans complexe le drôle et le sérieux ».

Nous sommes ensuite conviés dans ce beau livre proposé par les Éditions de l’Imprévu à pénétrer au cœur de la saga Bond. « Sur les plateaux et en extérieur, Terry O’Neill a pris de nombreuses images des équipes au travail et de l’ambiance légère des tournages ».

Bond photographié par Terry O'Neill. Editions de l'Imprévu
Scène de combat sous-marin entre Moore et Kotto. Bond photographié par Terry O’Neill. Editions de l’Imprévu

Des plus riche Bond photographié par Terry O’Neill, nous livre une histoire du cinéma et de notre cher héros. On retrouve de nombreuses citations, mais aussi de nombreuses anecdotes de tournage. Ce beau livre proposé par les Éditions de l’Imprévu ravira les cinéphiles, les fans de 007 ou de Terry O’Neill voire les adeptes de beau livre.

Bond photographié par Terry O’Neill est un livre culte pour tout cinéphiles et adeptes de notre cher agent. De même, cet ouvrage peut se révéler être le cadeau idéal des plus enrichissant et surtout magnifique. Il nous ouvre une fenêtre sur l’univers de l’artiste, du cinéma et des acteurs qui ont incarné James Bond.

Bond photographié par Terry O'Neill. Editions de l'Imprévu. Photo: Philippe Lim
Jane Seymour. Bond photographié par Terry O’Neill. Editions de l’Imprévu. Photo: Philippe Lim

Une section est consacrée aux James Bond Girl dont de la magnifique Jane Seymour. Ce beau livre proposé par les Éditions De l’Imprévu se conclut sur la parodie de 007: Casino Royal. Le cultissime Orson Welles y a joué aux côtés entre autres de Peter Sellers.

Laissez vous séduire par le charme exquis de Bond photographié par Terry O’Neill

Bond photographié par Terry O’Neill. Éditions de l’Imprévu. Prix : 45 €

Pour plus d’info : http://www.leseditionsdelimprevu.fr/

Rédactrice freelance, Pigiste

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Protected by WP Anti Spam