Laissez-vous captiver par l’onirique et merveilleux Portrait de Jenny, film réalisé par William Dieterle

New-York 1934, Eben Adams, peintre sans le sous en quête d’acquéreurs et d’inspiration voit sa vie métamorphosée par sa rencontre à Central Park avec une jeune fille : Jenny Appleton.

Eben Adams abandonne son sujet de prédilection qui rencontre peu de succès, les paysages, pour esquisser des croquis de Jenny qui l’obsède. Ces nouveaux dessins éveillent l’intérêt des marchands d’art.

A chaque nouvelle rencontre, Jenny Appleton avance rapidement en âge jusqu’à devenir une splendide jeune femme.

Intrigué et captivé par le mystère entourant sa muse, Eben Adams décide de mener l’enquête…

 

Envoûtant. Captivant. Onirique. Voici les termes qui caractérisent le mieux ce sublime mélodrame de l’âge d’or Hollywoodien, Carlotta Films vous propose en DVD une version restaurée de ce chef-d’œuvre.

Préparez-vous à être subjugué par l’histoire d’amour intemporelle, surnaturelle à la limite du féerique qui prend vie dans Le Portrait de Jenny. Ce film de William Dieterle est une romance d’un poétique et d’un onirisme d’une beauté rare.

Le Portrait de Jenny est introduit par en voix-off par le peintre Eben Adams qui nous raconte son histoire.

L’aspect onirique proche d’un miracle commence, comme l’on pourra s’en rendre compte tout au long du Portrait de Jenny, au moment de la rencontre avec la jeune fille. Il semble presque annoncer son arrivée par une mutation du réalisme : le parc s’éclaire doucement, de doux rayons de soleil transpercent la brume donnant un aspect presque irréel à la scène.

Dans un premier temps nous sommes surpris par son apparence les habits de Jenny semblent d’une autre époque lorsque Eben la voit jouer innocemment dans la neige. Notre regard et notre curiosité tout comme celle du peintre sont charmés et intrigués par cette enfant d’une beauté éthérée. Le passé et le présent cohabitent voire entrent en collision lors de cette étonnante rencontre. Jenny Appleton parle: d’un théâtre, fermé depuis longtemps, où ses parents se produisent, des cours d’histoire qu’elle suit à l’école avec des personnages célèbres contemporains selon Jenny alors qu’ils sont morts depuis de longues années.

Jenny fait un souhait innocent à mi-chemin entre la promesse et le serment dans lequel elle espère qu’Eben Adams attente qu’elle grandisse pour qu’ils ne se quittent plus. Puis Jenny disparaît d’un coup dès que le peintre à le dos tourné. Elle semble happée, disparaître à la faveur de la lumière des lampadaires environnés de brume, comme un mirage, un rêve, une illusion.

Le Portrait de Jenny montre toute l’habilité de William Dieterle qui mélange les genres tout au long du film en jouant sur les attentes du public. Cela grâce à l’alternance de scènes oniriques proche du songe quand Eben croise Jenny, des moments plus classiques, des passages chantés sans que cela soit pour autant une comédie musicale, d’autres comiques qui délient l’intrigue sorte de contrepoints comiques comme dans les passages au pub irlandais.

Mais l’ombre, la pensée de Jenny, de sa beauté éthérée et du mystère l’entourant n’est jamais loin. La curiosité, l’intérêt d’Eben Adams est titillé quand il découvre que le paquet contenant un foulard, laissé semble-t-il par inadvertance par Jenny quand elle disparaît, sorte de pantoufle de Cendrillon. Il est enveloppé dans un journal datant de 1910 et parle du spectacle des parents de Jenny Appleton dans la salle dont elle parlait.

Eben Adams est subjugué, envoûté par cette étrange enfant à la beauté angélique et par leur rencontre. Il fait son portrait de mémoire. Le peu de succès qu’il rencontrait avant avec ses paysages, laisse place à la reconnaissance. Le charme irréel, intemporel de Jenny ne laisse personne indifférent. Le Portrait de Jenny séduit entre autres un des marchands d’art que côtoie Eben Adams qui trouve que ce qui fait le charme de cette enfant est que son visage est intemporel. Pour lui le peintre a trouvé l’incarnation de sa muse, sa source d’inspiration en Jenny. La deuxième fois qu’Eben Adams rencontre Jenny, cette dernière semble étonnamment avoir grandi en peu de temps donnant l’idée que le temps, les années n’ont pas de prise ou d’emprise sur elle.

Nous retrouvons toujours comme à chaque rencontre ce sentiment d’irréel, ils semblent tous deux à un battement de cœur de décalage des autres, être à part. L’espace-temps semble de nouveau bousculé comme cela semble souvent le cas dans Le Portrait de Jenny. Elle paraît cette fois encore émerger de la brume baignée de halo de lumière. Jenny lui apprend qu’elle a déménagé depuis 3 ans d’où le fait que le nom de sa meilleure amie ai changé. Jenny renouvelle son serment pour qu’Eben Adams l’attente et qu’ils se revoient en grandissant. Elle lui laisse son foulard en garantie. Au moment du départ, Jenny détourne l’attention du peintre et part toujours au lever du soleil vers la lumière dans un paysage en surbrillance, lumineux irréel. Elle dit une phrase qui illustre parfaitement la situation «je grandis, je grandis vite attendez-moi».

Eben Adams semble étonnamment le seul à la voir ce qui renforce l’idée que lors de leur rencontre, ils sont dans un entredeux au sien d’une atmosphère irréelle et donne l’idée d’une tendre illusion, de surnaturel. Spinney un marchand d’art, mais aussi son amie le réconforte en lui disant «quand on vieilli on a tendance à croire aux choses qu’on ne voit pas».

Le peintre est obnubilé par Jenny et sa beauté éthérée. Il est impatient de la revoir et décide de mener son enquête sur le mystère l’entourant. Il trouve des pistes sur le théâtre où les parents de Jenny se sont produits, et fini par tomber sur une photo d’époque d’elle. Jenny n’a pas pris une ride, Eben Adams trouve une personne qui la connut. Il en apprend un peu plus sur elle, mais le mystère s’épaissit qui est-elle un fantôme, un mirage, une illusion, sa muse…?

Les souvenirs, la présence de Jenny le hantent, sont omniprésents tous lui rappellent la jeune femme. Quand Eben Adams commence à désespérer, il a la surprise de trouver une Jenny adulte dans son atelier qui lui dit «J’ai pensé à vous, nous serons réunis pour toujours». Elle lui prédit que le portrait qu’il fait d’elle sera exposé et lui amènera le succès. Cela se révélera exact.

Une ombre pèse au tableau, la représentation d’un lieu dans les peintures d’Eben Adams semble tourmentée et attristée Jenny. Il s’agit d’un phare entouré par de l’eau noire, le nom de ce lieu semble porteur d’un funeste présage: Land’s End. Jenny lui renouvelle sa promesse «promettez-moi de ne pas m’oublier», «attendez moi», «je suis si heureuse que vous m’attendiez». Promesse, serment de bonheur et d’amour éternel «on n’est fait l’un pour l’autre, rien ne peut nous séparer».

Jennifer Jones et Josepsh Cotten, les rôles principaux du film Le Portrait de Jenny, incarnent à la perfection et donnent vie à ce couple placé au centre de cette romance teintée d’onirisme. On ne peut que ressentir de l’empathie pour ces êtres qui s’aiment d’un amour intemporel. Ce chef-d’œuvre de William Dieterle produit par David O. Selznick saura en séduire plus d’un ou d’une. Loin des bleuettes sans saveur ou des films à l’eau de rose, Le Portrait de Jenny nous transporte dans un autre lieu, un autre temps en mixant les genres: scènes éthérées (mutation du réalisme avec les plans de Central Park sous la neige) voire baroque, fantastique comme durant la tempête…

 

Découvrez une merveilleuse romance où l’amour transcende l’espace et le temps Le Portrait de Jenny de William Dieterle.

 

Le Portrait de Jenny de William Dieterle avec Jennifer Jones et Joseph Cotten. N et B. Carlotta Films

Durée : 86 min

Prix 20.06€ en DVD ou Blu-ray

Pour plus d’information/ vente en ligne: http://carlottavod.com/le-portrait-de-jennie


N’attendez pas la Saint-Valentin pour vous accorder avec votre chère moitié un instant romantique grâce aux Bombes de bain teintées de Passage du désir

Pas besoin d’attendre la fête des amoureux pour profiter d’un moment inoubliable à deux entre sensualité et détente avec les Bombes de bain teintées de Passage du désir.

Le design simple, mais éloquent de ces petites merveilles saura séduire votre regard: sur un fond blanc apparaît le nom du produit Fizzing bath tint écrit en rose, au centre une ouverture de forme ronde ouvre sur les bombes de bain en forme de cœur et aux couleurs des plus acidulées rose, violet ou turquoise. Cette ouverture est encerclée de bulles jouant sur la déclinaison de rose et rappelant les bulles d’un bain moussant ou l’effervescence des bombes de bain. Le paquet de Bombes de bain teintées de Passage du désir contient 12 petits cœurs teintés qui mettront de la couleur dans votre vie.

Pour profiter pleinement de cet instant à deux et amplifier l’atmosphère romantique, n’hésitez pas à tamiser les lumières ou à disposer des bougies dans la salle de bain pour une ambiance sensuelle et zen à partager à deux.  Rien ne vous empêche de garder pour vous les Bombes de bain teintées et profitez d’un instant cocooning des plus colorés.

J’ai testé pour vous ces petites merveilles proposées par Passage du désir. Vous pouvez utiliser de 1 à 3 bombes de bain en fonction de l’intensité désiré. Pour obtenir un minimum d’effet, je vous recommande dans utiliser au moins deux à chaque fois afin que les Fizzing bath tints teintent d’une belle couleur l’eau de votre bain.

Vous fondrez de plaisir devant le spectacle de la lente dissolution de ces bombes de bain qui teinte d’une charmante couleur sucrée, acidulée l’eau et saura vous séduire sans pour autant coloré votre peau ou votre baignoire. Il ne vous reste plus après qu’à partager un moment romantique avec votre moitié ou profiter en solo d’un moment cocooning pour vous relaxer.

Avec les Fizzing bath tint ne vous attendez pas à vous prélasser dans un bain moussant, mais plutôt dans un bain qui ne manque pas de couleur qui saura à la fois séduire votre vue aussi bien que votre odorat. Les Bombes de bain teintées de Passage du désir exhalent de douces notes de fleurs sauvage qui après le bain parfumeront délicatement votre peau pour votre plus grand plaisir.

 

 

Prenez le temps de profiter d’une pause romantique ou d’un peu d’intimité pour partager un moment de pur tendresse grâce aux Bombes de bain teintées de Passage du désir.

Bombes de bain teintées de Passage du désir. Prix: 6.90€

Pour plus d’information/ vente en ligne: https://www.passagedudesir.fr/

 


Apprenez à connaître l’adorable et étrange Frankentruc, le dernier-né des expériences du docteur Frankenstein, grâce aux Editions Lunatique

Le célèbre médecin devant l’ennui de son cher monstre décide de lui fabriquer un compagnon de jeu. C’est ainsi que fut créé l’étrange et attachant Frankentruc, à partir des restes d’un rongeur indéterminé sortie des crocs du chat Igor. Les deux amis s’entendent à merveille et comme de véritables petits chenapans font les 400 coups. Jusqu’au jour où à cause d’un malheureux accident, ils mettent pièces en leur pauvre papa d’amour : le docteur Frankenstein et décident de le recréer….

 

Sublime. Déroutant. Amusant. Voici les termes qui caractérisent le mieux Frankentruc de Jeremy Bans aux Editions Lunatique. Ce livre est proche d’un conte humoristique et horrifique, est magnifiquement illustré par des croquis qui donnent corps au texte. Nous devons cette petite merveille, Frankentruc, à l’imagination délirante de Jeremy Banks qui croque depuis plusieurs années l’actualité pour le Financial Time. Il est aussi l’un des 4 fondateurs du 1er site consacré à l’actu de la grande faucheuse : thereaper.rip.

L’histoire de Frankentruc se dévore d’une traite tant le récit accompagné d’illustrations est captivant, amusant et troublant avec des passages décalés qui vous feront rire ou tout au moins sourire. Ainsi pour donner vie à l’ennui du monstre « (…) Puis à marmonner dans sa barbe. Mais comme il n’avait pas de barbe et n’arrivait pas à marmonner. Il s’était contenté de faire :rrrr… ».

Frankentruc reste fidèle en certains points au mythe de la créature de Frankenstein et au livre de Mary Shelley. La typographie du titre de cet ouvrage et des chapitres rappelle l’électricité, la foudre, à l’origine de la résurrection des créatures. Vous retrouverez aussi les incontournables villageois effrayés par le docteur et ses expériences. Dans Frankentruc, ils sont mieux organisés. Les villageois ont mis en place des sécurités pour protéger le village (hauts murs, pics pointus, chiens…) cependant « nul ne sortent même en plein jour sans sa fourche ni sa torche » cela renvoi à la célèbre scène de Frankenstein de Mary Shelley et ses adaptations cinématographiques où les villageois armés de torches et de fourches pourchassent le monstre jusqu’à sa cachette.

On retrouve bien sûr la classique machine qui donne vie aux morts ou plutôt aux créations de Frankenstein ainsi que les petits boulons présents à la base de leurs cous et des points de suture qui rattachent leurs membres. L’iconique Igor n’est pas ici l’assistant du docteur, mais un chat qui niche dans son labo. D’autres références sont aussi présentes, mais toujours évoquées dans un style décalé et plein d’humour La Fiancée de Frankenstein est aussi citée, cette dernière s’est enfuie, ainsi que d’autres tentatives pour créer un ami pour son cher monstre dont le loufoque « voisin d’en face de Frankenstein ».

Frankentruc se moque des préjugés, ce conte humoristique et horrifique vous fera trembler d’effroi, frissonner de plaisir, voire pleurer de rire, mais surtout vous divertira. Ce livre est une belle ode à l’amitié, à l’amour familial rédigée dans un style décalé, déjanté qui ne vous laissera pas de marbre.

Contrairement au docteur Frankenstein du grand classique de Shelley qui abandonne et rejette sa création, celui de Frankentruc est un vrai papa poule aux petits soins pour ses chers petits monstres. Ce papa attentionné « lèche le chocolat des gâteux de sa créature, car il est allergique cela lui donne des mots de tête ». La créature va au lit pour la sieste avec un lait de poule et le docteur lui raconte des histoires.

Ces dernières sont très librement adaptées pour notre plus grand plaisir de celles de notre enfance dans le ton de Frankentruc avec un style plus macabre parfait pour de chers petits monstres dont « Boucle d’or et les 3 petits cadavres ». On retrouve ce côté gentiment déjanté tout au long du texte sorte d’inquiétante étrangeté des plus amusantes. Ainsi, le monstre compte des carcasses de moutons au lieu des classiques moutons. On rencontre à nouveau dans Frankentruc cette idée de détournement dans les jeux auxquels s’adonnent les deux petits monstres du docteur Frankenstein. Ils jouent ainsi à Saute cadavre et 1.2.3 cercueils.

Loin de l’horrible créature, effrayante, cruelle, ambiguë qu’on connaît tous. Le monstre de Frankentruc tant dans le texte que dans les illustrations apparaît sympathique, fragile. Il est allergique et à peur des chats, mais la créature est surtout tout comme Frankentruc, son compagnon de jeu, des plus attachants.

Le docteur Frankenstein s’applique pour recoudre de son mieux la petite bête ramenée par Igor. Malgré d’intenses recherches, il n’arrive pas à trouver l’origine du rongeur et décide de le nommer Frankentruc. Avant de devenir inséparables, l’éveil à la vie de Frankentruc commence par une interrogation « Euh qu’est-ce qu’il y a ? ». Frankentruc est au début apeuré face à la créature, puis le docteur Frankenstein trouve les mots pour le rassurer en décrivant son cher monstre « il est peut-être aussi bête que moche, mais il a bon cœur ».

On retrouve comme souvent dans cette petite merveille des Editions Lunatiques une bonne dose d’humour noir associée à des anecdotes amusantes. Le docteur Frankenstein précise concernant le bon cœur de la créature « je sais car c’est moi qui l’ai arraché ». Le texte décalé, déjanté au ton parfois assez léger s’oppose parfois au croquis qui représente des scènes gores, choquantes, mais dans un style limite parodique, cartoonesque qui enchante et surprend notre regard, tout en donnant corps au texte.

Quand le docteur Frankenstein cherche dans ses rebuts de quoi créer le petit amour à son monstre, l’illustration représente un seau rempli de globes oculaires. Le « truc écrabouillé avec un œil qui sortait de son orbite et les tripes qui pendent jusqu’au sol » qui apparaît devant nos yeux en partie disloqué entre les crocs d’Igor sera plus tard notre cher Frankentruc. Toujours dans un esprit loufoque ce livre nous présente les différentes inventions géniales et absurdes du docteur Frankenstein : vaccin contre le hoquet, cloner du fromage, …

Ce merveilleux ouvrage Frankentruc est des plus détaillés, il s’amuse pour notre plus grand plaisir à réinventer le mythe de Frankenstein en s’appuyant sur des documents délirants et captivants rassemblés en annexe. L’un se rapporte au blason des Frankenstein et en donne une explication des plus détaillée, une introduction pour confectionner tout comme la créature de Frankenstein des trolls en origami…. Vous y trouverez aussi un plan détaillé touristique de Grottberg où se déroule l’action de Frankentruc au cas où l’envie vous prendrai de vouloir visiter ou pour encourager votre imagination.  Le château de Frankenstein y est situé en haut d’un ancien volcan. Vous y découvrirez le bestiaire étonnant et pas trés rassurant qui hante ce lieu : Troll, Yeti ; Kraken, Loup-Garou.

 

Faites connaissance avec la charmante famille recomposée ou plutôt décomposée du docteur Frankenstein avec Frankentruc aux Editions Lunatique.

 

Frankentruc de Jeremy Banks, Editions Lunatiques.

Prix : 16€

Pour plus d’information/vente en ligne: http://www.editions-lunatique.com/frankentruc


Méfiez-vous des apparences les B.E.K(Black Eyed Kids) guettent dans l’ombre nos moindres faiblesses aux Editions Snorgleux Comics

Tout commence au cœur de la nuit, au sein de la quiétude le mal rôde. Deux enfants se présentent à la porte d’un inconnu pour lui demander de l’aide. Leur apparence semble normale sauf leurs yeux d’un noir profond, une fois la porte passée tout bascule dans l’horreur.

Oserez-vous les laisser rentrer chez vous ?

 

Envoutant. Angoissant. Voici les termes qui caractérisent le mieux The B.E.K( Black Eyed Kids) dont le 1er Tome au titre prometteur semblant lourd de menace: La Tempête qui approche vient de sortir aux Editions Snorgleux Comics.

Cette maison d’édition vous propose toujours des perles rares sélectionnées dans les meilleurs titres indépendants américains qui sortent des sentiers battus pour insuffler une nouvelle vie aux comics.

Si le titre en lui-même et la synoptique de The B.E.K vous semble familier rien de plus normal. Joe Pruett qui la scénarisé (il est connu pour Wolverine, Cable,…) et le dessinateur Szymon Kudranski à qui l’on doit entre autres Batman, Punisher et Spawn, ont revisité une légende urbaine mondialement connue et l’on élevé au niveau d’une véritable mythologie.

A l’origine de ce chef-d’œuvre, il y a la célèbre légende urbaine des Black Eyed Kids considéré comme des créatures paranormales ayant l’aspect d’enfants aux yeux complètement noirs. Ils insistent toujours pour qu’on les laisse entrer à l’intérieur d’un domicile ou d’un véhicule pour le plus grand malheur de ce qui accepte.

The B.E.K. mêle avec brio thriller horrifique et image gore rien ne nous est épargné toute la violence des scènes est restituée dans les illustrations. Joe Pruett et Szymon Kudranski donnent un second souffle à cette légende urbaine avec The Black Eyed Kids et lui donnent corps.

Tout se passe à la faveur ou plutôt à la défaveur de la nuit qui semble être le royaume de ces créatures de cauchemar qui paraissent en émerger. La nuit où cette tempête approche comme l’indique le titre de ce 1er Tome tout bascule. La menace approche à grand pas vous n’aurez plus d’endroit où vous cacher.

The B.E.K aux éditions Snorgleux Comics instaure un univers sombre, angoissant où les enfants enfin ce qui semble en être agissent en groupe contre la société rappelant en cela le célèbre Village des damnés.

Tout commence dans une ville bien tranquille des inconnus inquiétants émergents de l’obscurité. Leur visage est dissimulé par l’ombre de leur capuche, quand on les voit enfin leurs yeux sont d’un noir abyssal qui semble engloutir, hypnotiser ceux qu’ils captent.

On suit avec passion l’histoire de B.E.K l’action et la violence sont restitués par des images chocs proches d’un film. On est tout de suite captivé et on peut plus décroché de ce comics des éditions Snorgleux.

L’idée de menace qui approche est omniprésente dès les premières pages puis persiste dans The Black Eyed Kids. Dans une scène, Mickael, un ado somnambule semble avoir lors d’une de ses crises une prémonition lourde de sens «Ils arrivent».

Au cours de la nuit, ces êtres de cauchemar demandent l’autorisation d’entrée pour mettre en œuvre leurs bases besognes. Ils disposent d’une force surhumaine.  Au calme, à la routine familiale s’opposent la mort et l’horreur.

Pour renforcer l’effet angoissant, oppressant on observe un plan sur le noir abyssal de leurs yeux est récurant donne l’idée de contamination qui touche aussi bien les adultes que les enfants voire de contrôle mental.

Dans The B.E.K, les Black eyed kids apparaissent comme une sorte de clan, secte, gang pour y entrer et valider leur acceptation ils doivent se débarrasser de leur passé en éliminant leur famille comme Mickael a commencé à le faire.

On suit avec passion l’intrigue glaçante au rythme effréné de cette nouveauté signée Snorgleux Comics qui multiplie les points de vue. Dont celui du père de Mickael, de sa fille survivante et de sa compagne qui tente de comprendre ce phénomène qui a touché sa famille et veut fuir les instincts meurtriers de son fils.

A la tête de ses créatures de cauchemar leur grand chef à l’apparence trompeuse d’un garçonnet au regard d’un noir profond. Vous apprendrez que les Black eyed kids sont là depuis longtemps tapis dans l’ombre, attendant leur heure et observant les points forts ou faibles des adultes. Ils ont choisi une journaliste pour témoigner de la fin de l’humanité, cette dernière semble avoir un lien avec eux.

 

Préparez-vous avec The B.E.K( Black Eyed Kids) a ressentir un sentiment d’inquiétante étrangeté car l’ennemie vient de l’intérieur (ami, famille ou voisin) et se tapi dans l’ombre. Vous ne serez plus jamais à l’abri avec The B.E.K( Black Eyed Kids) aux éditions Snorgleux.

 

The B.E.K( Black Eyed Kids) Tome 1 : La tempête qui approche. Dessin Szymon Kudranski, Scénarisé par Joe Pruett. Edition Snorgleux Comics. Prix16.50€


Venez à bout du jeu de piste meurtrier haletant du thriller machiavélique Tu n’auras peur de rien de Michel Moatti

La découverte d’un cadavre à demi-congelé attaché à un fauteuil d’avion immergé dans un étang de Crystal Palace sert d’introduction à un jeu de piste macabre. Son instigateur un assassin sans pitié reconstitue les scènes de crime les plus cruelles et les plus célèbres.

Scotland Yard et les médias, Trevor Sugden un vieux de la vieille et Lynn Dunsday une journaliste connectée, rivalisent d’ingéniosité pour traquer le meurtrier et déjouer ses énigmes.

 

Machiavélique. Voici le terme qui caractérise le mieux le thriller Tu n’auras pas peur de Michel Moatti chez HCéditions. Ce roman facile d’accès malgré quelques longueurs donne les points de vue des différents instigateurs concernés par l’enquête dans des chapitres courts qui rendent plus fluide la lecture. Vous aurez un visuel sur la vie privée des personnages et sur l’enquête.

Ce thriller captivant aborde des sujets souvent d’actualité: la violence dans les médias et sur les réseaux sociaux, la vitesse de l’information, le quart d’heure de célébrité et la recherche de connaissance via les médias.

Tu n’auras pas peur nous entraîne dans un jeu du chat et de la souris mortel entre le tueur au sang-froid des plus connectés (vidéos des meurtres diffusées online, vote sur Facebook pour décider de la prochaine victime, du lieu et de la façon de tuer). Il exploite ces médias en misant sur le côté voyeur malsain de certains. Les victimes semblent presque déshumanisées leurs vies paraissent presque sans valeur: sondage portant sur la vie ou la mort d’une blogueuse disparue.

Dans Tu n’auras pas peur, le tueur met en place un macabre jeu de piste dont il se proclame metteur en scène Le meurtrier se met lui-même en scène. Il faudra résoudre ce jeu mortel pour empêcher le prochain meurtre et découvrir son identité.

Parallèlement à l’enquête rondement menée par Scotland Yard, Michel Moatti dans ce thriller donne la part belle à l’univers des médias et la course au scoop, le cheminement de l’info. Vous y verrez aussi l’émergence du journalisme web, des blogs opposés au format papier. Tous deux se révéleront tout aussi efficace au cours de cette enquête.

On retrouve cette opposition dans les styles de rédaction celui de Trevor Sugden est classique mais surtout captivant, celui de Lynn Dunsday passe par le tutoiement, elle s’adresse directement au public comme à un vieil ami son blog est entre le journal intime et le reportage. Elle y donne des informations à chaud dans un style familier, décalé mais surtout des plus visuels.

Cela illustre parfaitement le déclin du format papier au détriment du web une nouvelle phase s’amorce. Dans Tu n’auras pas peur, vous aurez la possibilité de suivre pour votre plus grand plaisir l’enquête mené tambour battant par la police et la presse.

 

Préparez-vous à pénétrer au cœur d’un jeu de piste meurtrier avec Tu n’auras pas peur de Michel Moatti

 

Tu n’auras pas peur de Michel Moatti, HCéditions. Prix 19€


Cédez à votre gourmandise naturelle en découvrant de nouvelles saveurs grâce à Kikkoman

Nous connaissons tous les classiques sauces soja sucrées ou salées de Kikkoman souvent présent dans les restaurants japonais ou asiatiques. Cette marque vous propose pour votre plus grand plaisir deux réinterprétations de la sauce Teriyaki : La Sauce barbecue Teriyaki au miel et la sauce Teriyaki à l’ail confit. Le packaging de ses deux sauces proposées par Kikkoman met déjà l’eau à la bouche avec les images de plats succulents qui parent les étiquettes. Elles sauront séduire votre gourmandise naturelle et vos papilles.

Accordez-vous enfin le temps de cuisiner voire de réinventer de grands classiques en un tour de main grâce aux sauces Kikkoman. Ces deux nouveautés ont pour base la classique sauce soja naturellement fermentée de cette marque qu’elle recréée à travers de nouvelles recettes qui sauront séduire votre gourmandise naturelle et inspireront votre créativité sans pour autant avoir besoin d’être un cordon-bleu. Les amateurs de sucré-salé porteront leur attention sur la Sauce barbecue Teriyaki au miel que l’on peut déguster à toutes les sauces. Vous pourrez aussi bien vous en servir pour les grillades, les viandes que pour les légumes.

J’ai eu la chance de tester pour vous ces deux petites merveilles signées Kikkoman. Pour la Sauce barbecue Teriyaki au miel son goût légèrement acidulé, mais surtout subtilement sucré grâce au miel qu’elle contient et qui est parfaitement identifiable est une pure merveille à déguster avec modération. Cette sauce comporte entre autres ingrédients: du gingembre, de l’ail, des oignons, du vin et bien sûr du miel. Ce dernier donne toute sa saveur à cette sauce gourmande de Kikkoman qui deviendra vite indispensable dans votre cuisine.

Mon compagnon, qui est aussi le cuisinier de la famille, utilise souvent la Sauce barbecue Teriyaki au miel au grès de son inspiration avec du poulet ou autres viandes. Il a même réussi à me réconcilier avec les steaks hachés, dont de base je ne raffole pas, en les préparant avec cette sauce de Kikkoman et en y ajoutant de l’oignon et des poivrons.

Tout aussi délicieuse la Sauce Teriyaki à l’ail confit de Kikkoman, saura séduire les plus gourmands et saura inspirer les apprentis cuisiniers avec ses notes légèrement relevées. Tout comme la sauce précédente de Kikkoman, elle permet de cuisiner en un tour de main tout en faisant preuve de créativité sans avoir besoin d’être un grand chef et permet de réinventer les grands classiques. Vous pourrez vous servir de ces deux sauces de Kikkoman aussi bien lors d’un barbecue qu’a la poêle voire en marinade leurs emplois est presque sans limite et saura séduire toutes les papilles.

 

Impressionnez vos invités et votre famille en réalisant de succulentes recettes grâce à la sauce Sauce barbecue Teriyaki au miel et la sauce Teriyaki à l’ail confit de Kikkoman.

 

Prix : 4.79€

Disponible en Grandes surfaces

Pour plus de renseignement : http://www.kikkoman.fr/consommateurs/


Faites-vous plaisir sans modération en sirotant les boissons glacées à base de Rooibos de BOS

BOS vous propose une sélection de thés glacés bio aux recettes des plus gourmandes qui en séduiront plus d’un ou d’une. BOS propose une gamme de boissons rafraîchissantes à bases de Rooibos bio récoltés à la main et certifiés sans pesticide ni engrais. Pour cette marque « Le plaisir peut être sain », BOS s’engage pour l’environnement en plantant et entretenant un arbre pour chaque 2000 unité vendue. Préparez-vous à succomber aux accents gourmands des 5 nouveaux ice tea bio proposés par BOS : Peach, Berry, Lemon, Green rooibos & yuzu, et Lime & Ginger.

Cette marque mélange au Rooibos des extraits de fruit 100% naturelle qui sauront titiller vos papilles. Le plus dur sera de faire votre choix entre ses goûts des plus fruités. Les fans d’agrumes tourneront leur attention vers 3 ice tea en particulier de BOS : Lemon, Green rooibos & yuzu, et Lime & Ginger. Une fois que vous les aurez goûtés vous succomberez immédiatement à ces thés glacés au rooibos de BOS. Ils sont bien sûr sans théine, mais surtout faible en sucre. Vous pourrez vous laisser aller à votre gourmandise naturelle en profitant de la proche remontée des températures pour déguster ces boissons rafraîchissantes tout au long de la journée.

On reconnaît facilement les effluves fruités de ses agrumes que ce soit le citron ou le yuzu, un de ses proches parents. Les accents doux bien que très légèrement acidulé de ces deux thés glacés proposés par BOS sont un pur régal pour les papilles. Ces dernières seront émoustillées par les notes de gingembre qui rehaussent délicatement le mélange Lime & Ginger en lui donnant une petite touche exotique. BOS propose deux autres variations de ses Ice tea au Rooibos l’une aux fruits rouges dont les notes fruitées et gourmandes sont des plus reconnaissables ainsi que sa propre interprétation du thé glacé à la pêche que l’on connaît tous.

J’ai eu la chance de tester pour vous ces 5 thés glacés de chez BOS, j’ai été étonnamment surprise par l’alliance subtile du Rooibos et des extraits de fruits qui ont su séduire mon palet. Contrairement à beaucoup trop de thés glacés qui ont tendance à m’écœurer ou dont je me lasse vite car beaucoup sucrés, les ice tea de BOS sont peu sucrés et emploi du stevia un sucre naturel alternatif ou du sucre de canne dans des recettes fruitées riches en goût à siroter pour son plus grand plaisir à tout moment de la journée.

BOS vous propose sur son site Internet des recettes de cocktails, malheureusement uniquement alcoolisées. Faciles et rapides à réaliser chez soi en un tour de main avec comme ingrédient de base ses thés glacés, il y en aura pour tous les goûts, comme par exemples le Bosquito un cocktail composé de rhum blanc, citron vert, gingembre, menthe et du BOS Lime & Ginger. Vous pouvez décider aussi de miser sur votre créativité en créant vos propres cocktails avec ou sans alcool selon vos goûts ou l’occasion.

BOS complète sa gamme pour le plus grand bonheur des adeptes du thé chauds avec des infusions au Rooibos 100% bio en sachets. Ils sont vendus dans une belle boite métallique jaune vif avec le nom et les logos de la marque. BOS est écrit en rouge en haut, au centre on retrouve une étoile rouge et en dessous siège un lion en noir et blanc puis le type de produit, ici : Organic Rooibos, 40sachets. On retrouve la même idée dans les cannettes de thés glacés elles ont des couleurs assez acidulées, pops qui sauront captiver votre regard: turquoise, orange, jaune, violet, vert.

Comme les autres produits proposés par BOS ces infusions sont 100% bio, elles sont sans théine et leur goût est des plus doux. Ces infusions peuvent se déguster à tout moment de la journée pour faire une pause cocooning devant un bon film, un bon livre ou pour conclure un repas.

 

Succombez au plaisir de déguster des recettes de thés glacés gourmandes et fruités sans regret grâce à BOS

Vendu en grande surface. Prix : 1.20€ la canette, 9.90 € la boite de 40s sachets de Rooisbos Bio.

Pour plus d’informations : https://www.bosbrands.com/en/


Frissonnez de plaisir et laissez-vous envoûter par Les Zombies au cinéma aux Edition Hoëbeke

Tremblez. Ils sont partout et viennent pour vous comme le dit si bien Johnny à sa sœur avant que tout bascule dans l’horreur dans La Nuit des morts-vivants «Ils viennent te chercher, Barbara».

Palpitant. Captivant. Voici les termes qui caractérisent le mieux Les Zombies au cinéma, ouvrage qui se définit lui-même comme «L’Histoire ultime des morts-vivants».

Nous devons cet ouvrage des plus complets et des plus divertissants à la passion zombiesque de deux hommes: Ozzy Inguanzo qui est tout à tour réalisateur et écrivain. Il a travaillé entre autres sur: la Trilogie Spiderman de Sam Raimi, Green Lantern, Wolverine le combat de l’immortel. Mais aussi au talent de Max Landis qui a rédigé la préface de Les Zombies au cinéma. Elle comporte des dessins humoristiques illustrant certains thèmes abordés. La préface est rédigée sur un ton léger, détendu plein d’humour qui facilite la lecture. Contrairement à d’habitude, j’ai lu avec intérêt ce préambule.

Si le nom de Max Landis vous semble familier, rien de plus normal, il est connu entre autres pour ses scénarios de: Chronicle, Dirk Gentle et d’American Ultra entre autre. Max Landis est aussi le fils du cultissime John Landis qui a propulsé les zombies au cœur de la pop culture grâce au clip Thriller de Mickale Jackson en s’adressant à un large public.

On trouve un clin d’œil à ce clip dans un de mes films fétiches sur les zombies Shaun of The dead. Une comédie romantique zombie à l’humour noir des plus décalés d’Edgar Wright et Simon Pegg. Chose amusante, ce film a reçu le soutien de George A. Romero, le maître des zombies, à qui on doit l’incomparable et grand classique du genre La Nuit des morts-vivants. Romero les a pris comme figurant pour jouer les zombies dans Le Territoire des morts.

Les titres des chapitres de Les Zombies au cinéma ne manquent pas de mordant et donnent le ton de cet ouvrage teinté d’humour : Hollywood invoque les morts, Les envahisseurs venus du tombeau, L’infection se propage, Rouge et épais… Vous découvrirez avec Les Zombies au cinéma l’histoire de ses monstres assoiffés de chair humaine. Durant les années 30 et l’avènement du parlant, les films d’horreur s’imposaient comme une tendance majeure. Le but des studios est de susciter l’excitation et de les faire frissonner de terreur, pour y arriver ils adaptaient des œuvres littéraires.

Les Zombies au cinéma vous apprendra que le premier film consacré aux zombies date de 1932. On le doit à l’imagination des frères Halperin qui ont adapté le récit de voyage de William Seabook L’Ile magique. Ils répondaient à l’attrait grandissant de l’Amérique pour le Vaudou. Au début au cinéma, les zombies n’étaient pas ces êtres assoiffés de chair humaine ou de cervelle humaine, c’était plutôt des êtres sans volonté soumis à celle d’un maître.

Les frères Harpin lancent la mode des morts-vivants avec White Zombie. Dans ce film Jack P. Pierce, responsable du maquillage d’Universal, donnent aux zombies leur maintenant classique mine hagarde grâce à un maquillage foncé savamment appliqué qui permet de creuser les traits des acteurs et de faire saillir les yeux. Pierce a donné a chacun de ses zombies une allure et une garde-robe spécifique, son travail a influencé une génération de grands maquilleurs contemporains dont: Rick Baker et Tom Savini.

Autre chefs-d’œuvre zombiesque qui saura séduire les cinéphiles et les fans de films d’horreur comme moi I walk with a zombie de l’exceptionnel Jacques Le Tourneur. Réalisateur de l’inoubliable et angoissant film La Féline.  Dans ce film il n’y a pas de zombies effrayant ni agressif, mais une femme catatonique.

Au cours de votre lecture du passionnant Les Zombies au cinéma, vous apprendrez  beaucoup de choses intéressantes sur ces créatures cauchemardesques omniprésente dans le monde entier tant au cinéma ( dont le fantastique film coréen Dernier Train pour Busan,…), que dans la littérature et à la télévision (Dead Set, Z nation, I Zombie, Walking Dead,…). Une fois qu’on a mis le nez dans Les Zombies au cinéma on a qu’une envie le dévoré en le lisant en une seule traite.

Cet ouvrage des éditions Hoëbeke est richement documenté, vous pourrez ainsi y trouver pour votre plus grand plaisir: des affiches de films, des photos extraites de films ou de making-of.

Au fur et à mesure des pages de Les Zombies au cinéma, vous ferez connaissance avec les zombies et leur évolution au cinéma. Au début de simples pantins soumis au Vaudou, ramené à la vie en étant exposé à des radiations ou des agents contaminant, parfois les extraterrestres s’en mêlent. Puis nos classiques Zombies lents et amateurs de bonne viande humaine qui au fur et à mesure évolue parallèlement à la société. Ils deviennent plus rapides (World War Z) se servent d’objets ou d’armes, sont plus ou moins conscients (The Girl with all the gift). Une chose est sûre, les zombies veulent propager le mal et ils ont faim.

L’ouvrage Les Zombies au cinéma accorde une place d’honneur au maître du genre George A. Romero qui a donné ses lettres de noblesse aux morts-vivants.  Un chapitre lui est même consacré La Révolution Romero.  La Nuit des morts-vivants a pour origine une nouvelle de Romero, mais surtout une œuvre qui peut sembler étonnant car elle se rapporte plus au mythe du vampire et ne parle pas de zombie Le classique Je suis une légende de Richard Matheson. « Je suis une légende est plus ou moins à l’origine de La nuit des morts-vivants » selon le réalisateur culte. « Il ne  s’agit pas de vampires et ce ne sont pas des zombies. Pour moi les zombies, sont ces créatures dans les caraïbes qui se tapent tout le boulot à la place de Lugosi.  En fait j’avais le sentiment de créer un monstre radicalement nouveau. C’est pour ça que dans le film, je les appelle des goules » Roméro.

La Nuit des morts-vivants, film de zombies culte par excellence dispose  d’une ambiance sombre, Romero place l’horreur à notre porté et instaure la terreur dans un lieu familier créant une sensation proche de l’inquiétante étrangeté. La menace est proche et prend vie ou plutôt non-vie chez des proches (ami, famille, voisin). Vous ne serez plus nulle part en sécurité. Ce film lance un des traits de caractère propre à nos chers zombies : leurs appétits insatiables pour la viande humaine, la chair vivante.

Vous découvrirez aussi grâce à Les Zombies au cinéma que même si le mot zombie n’apparaît pas à proprement parlé dans le film, les spectateurs  ont tout de suite assimilés ces créatures de cauchemar à des zombies et le terme est resté « Du coup je les ai appelé zombies et le mot est resté dans le film suivant Zombie de 1978 » Romero. Dans ce film le mal, le phénomène zombies se propage, ici l’attaque prend place dans un centre-commercial. L’idée est venue à George A Romero après avoir reçu une invitation pour l’inauguration d’un centre commercial.

Vous apprendrez comme moi au cours de votre lecture de Les Zombies au cinéma beaucoup de choses que vous ignoriez. J’ai ainsi appris que Dario Argento grand maître des giallo, films d’horreur, a aidé à réunir les fonds nécessaires à la réalisation de Zombie. Zack Snyder reprend le même principe avec son film L’Armée des morts. Sauf que dans cet opus les zombies sont loin d’être aussi pataudes, lentes d’avant.

Au fur et à mesure de votre lecture, vous connaîtrez pour votre plus grand plaisir tous sur l’histoire des Zombies au cinéma du mythe à peine émergeant et à la propagation de l’épidémie jusqu’au zombie roi qui envahit tous nos écrans ciné, télé, jeux vidéo aussi bien que la littérature. Ces différentes de médias interagissent et s’inspirent les uns des autres.

A l’aube du XXe siècle, les morts-vivants accèdent à la notoriété auprès du grand public avec la série de jeux vidéo Resident Evil et ses adaptations  au cinéma. Les morts marchent et sont parmi nous, ils ne nous quitteront plus grâce  au cinéma et à leurs multiples interprétations qui vous feront soi trembler de terreur ou qui au contraire vous feront mourir de rire.

 

Découvrez un livre qui ne manque pas de mordant avec Les Zombies au cinéma et dévorez-le d’une traite.

 

Les Zombies au cinéma d’Ozzy Inguanzo et Max Landis, Edition Hoebeke.

Prix : 29.90€

Pour plus d’information: http://www.hoebeke.fr/


Redonnez un souffle de vie et tout son éclat à votre linge blanc grâce à IDEAL Reblanchisseur

Nous connaissons toutes et tous le cauchemar du linge blanc qui ternit ou jaunit au fil du temps et des lavages et finit relayé au fond du placard. Le linge blanc nécessite une attention toute particulière pour qu’il conserve tout son éclat. Beaucoup de produits proposent des solutions soi-disant miracle qui nous déçoivent devant le peu de résultat.

Comme son nom et son slogan l’indique L’esprit couleur IDEAL dispose d’une sélection de produits qui redonneront du peps à vos couleurs dont pour le blanc et noir.

IDEAL Reblanchisseur 100%¨blanc est de petit format, un sachet de 300g, au design sobre. Sur un fond blanc avec des touches de bleu ciel des phrases et des mots chocs sont disposés et sonnent comme des promesses: 100%blanc, Lave et reblanchit en un seul lavage. Vous apercevrez en dessous de ces slogans, la représentation d’un hublot de lave-linge avec dedans un t-shirt blanc montrant le résultat avant et après l’utilisation d’IDEAL 100%blanc.

La formule duo «enzyme + lessive» contenu dans ce produit propose une action deux en un en détachant et lavant votre linge. J’ai testé pour vous IDEAL Reblanchisseur, d’abord septique j’ai décidé de tenter l’expérience. Il est facile d’emploi pas besoin de faire  des calculs d’alchimiste pour préparer le mélange.

Vous avez juste à ouvrir le sachet d’IDEAL 100%blanc, à le poser directement dans la machine puis à laisser agir la magie. Le sachet de 300g d’IDEAL Reblanchisseur permet de traiter jusqu’à 2kg de linge. Pour ma part j’ai décidé de tenter le tout pour le tout en testant ce produit sur: des t-shirts blanc et un oreiller qui avaient connu des jours meilleurs. Une fois la machine finit, j’étais curieuse de voir le résultat.

J’ai été agréablement surprise, les promesses d’IDEAL 100%blanc sont tenues. Les t-shirts et l’oreiller ont retrouvé un second souffle. Ils étaient d’une blancheur éclatante et le sont toujours. Le résultat obtenu avec l’oreiller était au-delà de mes attentes.

Le linge est d’un blanc des plus intense et agréablement parfumé grâce à la lessive contenue dans IDEAL 100%blanc. Ce produit est doux, le tissu est souple pour un blanc éclatant. Le petit plus de ce reblanchisseur et des moins négligeables: son prix des plus abordables pour un résultat optimal. IDEAL 100%blanc dispose aussi d’une gamme 100%noir pour redonner de l’éclat à vos textiles noirs.

 

Pour que votre linge blanc retrouve tout son éclat sans prise de tête laissez vous tenter par  IDEAL 100%blanc

 

IDEAL 100%blanc. PVC : 3.95€

Vendu en grande surface et Amazon


Retrouvez le temps d’une coloration végétale ou d’une coupe l’atmosphère d’un boudoir, d’un salon avec Bio d’Oré

Oubliez tout ce que vous connaissez des salons de coiffure en pénétrant chez Bio d’Oré. Une fois le seuil passé vous serez chaleureusement accueilli par Aurélia, la propriétaire et unique employée de ce salon ou plutôt appartement de coiffure, spécialisé entre autres dans les colorations végétales. Vous pénétrez au sein d’un appartement parisien situé sous les toits. En été les lucarnes au plafond baignent le salon Bio d’Oré et illuminent vos couleurs.

La décoration est sobre, élégante avec ses touches de rouges et son miroir au magnifique cadre doré. Bio d’Oré donne corps au terme salon de coiffure en prenant place dans le salon d’un appartement parisien. Dans un coin, une superbe coiffeuse moderne avec un miroir comprenant des lampes intégrées qui ne laisse passer aucun défaut. A son opposé, un canapé des plus confortables en forme de L où vous serez invité à patienter.

Loin du bruit, le salon donne dans une cours intérieure, du stress et des salons de coiffure surchargés, chez Bio d’Oré vous serez cocooné, au calme, dans une ambiance bonne enfant des plus agréables où le dialogue prime. Chez Bio d’Oré vous serez en petit comité entre 2 ou 3 personnes, l’idéal est d’y aller entre amies pour partager un pur moment de cocooning et un relooking réussi. Reposant. Voici le terme définissant le mieux le salon Bio d’Oré selon Irina, une de ses habituées, qui est venue accompagnée d’une amie. Il réconcilie avec les salons de coiffure ceux qui d’habitudes ne s’y sentent pas à l’aise, grâce à son ambiance détendue et conviviale. J’ai eu la chance de tester pour vous ce salon hors norme: Bio d’Oré. Une fois entrée on se sent vraiment à l’aise tant l’accueil est chaleureux, sans chichi, respectueux.

Arrivée très en avance, j’ai patienté dans le coin prévu à cet effet. Au lieu d’utiliser ma tablette ou de feuilleter un magazine, j’ai papoté avec une habituée, on a échangé des bons plans et parlé du salon. Je n’ai ainsi pas vu le temps passer. On a l’impression que le temps s’arrête, ralenti tant on ne voit pas les minutes s’écouler. On a vraiment la sensation d’un boudoir ou d’un salon où les femmes se pomponnent ou se font pomponner, dialoguent, passent du temps entre amis ou font connaissance. Bio d’Oré s’adresse aussi aux hommes.

Une fois mon tour venue, j’ai eu le plaisir de faire connaissance d’Aurélia, la créatrice et l’artiste de Bio d’Oré. On se trouve en contact avec une personne simple, facile d’accès, professionnelle, mais surtout à l’écoute. Pour Aurélia ce qui prime c’est l’humain, le contact, le dialogue, l’écoute c’est pour cette raison qu’elle a créé Bio d’Oré et qu’elle a décidé de prendre peu de client pour pourvoir pleinement s’occuper d’eux et faciliter le contact.

Très à l’écoute, Aurélia a su prendre en compte mes envies. Comme toujours avec les colorations végétales je désir des reflets dans les tons prune ou rouge. Elle m’a expliqué comme je m’en doutais que vu ma couleur de base châtain foncé/brun les teintes sont limitées. Le prune semble impossible sans décolorer au préalable mes cheveux.

Aurélia a ensuite préparé la décoction nécessaire dans le coin cuisine qui est plutôt celui de l’alchimie. Voici la recette miracle de ma nouvelle couleur naturelle aux reflets rouges des plus somptueux: 40g de cuivre intense, 40g de henné rouge, 20g de doré et 10g de vénitien. Une fois le mélange réalisé on retrouve le ballet des colorations avec bien sûr le temps de pause.

L’attente est d’une heure ce qui reste raisonnable pour une coloration végétale, vous serez invité à patienter au coin salon de Bio d’Oré. Pour ma part, j’ai de nouveau pu profiter de ce temps de détente confortablement installé avec au choix une tasse de thé, de café ou un verre d’eau et j’ai pu reprendre ma conversation avec Irina et son amie en attendant mon tour pour le rinçage.

Vous n’avez plus qu’à vous laisser aller au bon soin d’Aurélia. Loin de proposer des soins hors de prix ou assez cher, elle vous donnera des bons plans proche des recettes de grand-mère pour prendre soin de vos cheveux de façon naturelle et pour un budget raisonnable. Ainsi, vous pourrez appliquer en masque de soin au choix de l’huile de jojoba ou de l’huile de coco puis  laisser poser 1h ou toute la nuit selon vos envies. De même pour redonner de l’éclat à vos cheveux sans pour autant dépenser trop ou utiliser des produits chimiques, vous pouvez utiliser du vinaigre de vin dilué dans l’eau en rinçage par exemple, c’est inodore mais surtout efficace.

La dernière partie chez Bio d’Oré est un pur moment de cocooning ou vous n’avez plus qu’à vous laisser aller en toute confiance. Vous aurez juste à choisir au moment du séchage si vous désirez que l’on vous lisse ou boucle les cheveux. Pour ma part pour marquer le coup, j’ai demandé à Aurélia de les lisser. Le résultat de la coloration végétale était déjà le jour même des plus réussis. Le lendemain les reflets rouges étaient encore plus marqués et bien au-delà de mes attentes mes amies ont été subjuguées par la couleur.

L

Le petit plus du salon de coiffure Bio d’Oré vient du choix d’Aurélia de proposer un prix unique et des plus abordables tout inclus (coloration végétale + soin): 90€. Celles qui comme moi ont les cheveux longs seront heureuses d’apprendre qu’il n’y a pas de supplément pour la longueur, ce qui est une chose des plus rare. Outre l’ambiance chaleureuse et conviviale de Bio d’Oré, Aurélia a fait le choix de créer un lien avec ses clientes ou clients proche pour les habitués de l’amitié. On se quitte sur une bise et satisfaite de sa nouvelle couleur.

 

Changez de style et de couleur en partageant un moment des plus agréables et convivial chez Bio d’Oré.


Bio d’Oré

39 rue Saint-Antoine

75004 PAris

Pour plus d’information: https://www.biodorecoiff.com/a-propos